Quand les morts utilisent le téléphone pour nous contacter

12 septembre 2008 16h23. Un train de banlieue Metrolink, avec 225 personnes à son bord, se jette dans le train de marchandises Union Pacific sur une route sinueuse à Chatsworth. Il a fait 24 morts et près de 150 blessés.

Charles Peck était au nombre des victimes de cet horrible accident. Un examen médical de son corps révéla qu’il était décédé rapidement après la collision, presque instantanément. Mais pendant des heures après sa mort, sa famille a reçu un total de 35 appels de son téléphone portable. À 21h08, près de cinq heures après l’accident, le fiancé de Peck, Andrea Katz, a reçu l’un de ces appels. Mais quand elle a répondu, tout ce qu’elle a entendu était statique. Bien qu’elle n’ait rien entendu de l’autre côté, elle lui a dit de s’accrocher et que de l’aide était sur le point d’arriver.

Chaque fois qu’ils essayaient de le rappeler, tous les appels étaient acheminés vers la messagerie vocale.

Lorsque les opérations de sauvetage se sont arrêtées sur les lieux et que les secouristes se sont tournés vers la tâche difficile de récupérer, un autre appel est sorti de son téléphone et les équipes de recherche ont décidé de le retrouver. Ils ont découvert que cela venait du premier train et sont donc retournés fouiller les décombres dans l’espoir de le retrouver en vie. Le dernier appel a été lancé par le téléphone de Charles Peck à 3 h 28, presque une heure avant que son corps soit retrouvé sans vie.

C’est un phénomène dans lequel les gens reçoivent littéralement des appels téléphoniques des morts. L’appelant décédé avait généralement une relation étroite avec le destinataire. Dans de tels appels, le téléphone sonne généralement normalement, mais peut sembler plat et anormal. La connexion est généralement mauvaise et la voix du défunt s’estompe. La voix est reconnaissable, cependant, et parle généralement des noms et des mots familiers ou familiers. L’appel téléphonique est interrompu de manière abrupte, soit par l’appelant, soit par la fin de la ligne. Si la voix est trop faible, le destinataire peut raccrocher avec frustration.

Si le destinataire connaît l’identité de l’appelant décédé, il peut entrer dans un état de choc et raccrocher immédiatement. Si le destinataire ne sait pas que l’appelant est décédé, il peut parler jusqu’à trente minutes. Habituellement, ces appels ont lieu dans les vingt heures suivant le décès de l’appelant, bien que certains appels aient été signalés jusqu’à deux ans après le décès.

En règle générale, le but de tels appels mystérieux semble être de laisser un message d’adieu, ou un avertissement d’un danger imminent, ou une information nécessaire aux vivants. L’actrice Ida Lupino a reçu un appel de son père six mois après son décès. il lui a dit où se trouvaient des papiers pour régler sa succession.

Appels téléphoniques des morts.

Parfois, comme dans le cas de Peck, la famille reçoit un appel du téléphone du défunt. Il pourrait provenir d’une cellule ou d’un téléphone fixe situé dans la maison inhabitée du défunt. D’autres fois, juste avant le décès du patient en phase terminale, ils reçoivent un appel téléphonique d’un être cher disparu depuis longtemps. Dans de nombreux cas, les numéros avaient même été déconnectés. Mais ils sont toujours apparus sur l’identification de l’appelant. Chaque fois que le vivant décroche le téléphone, tout ce qu’il entend à l’autre bout est statique. Il y a eu des cas de personnes qui recevaient les appels les enregistrant uniquement pour trouver des voix dans l’enregistrement qui n’étaient pas perceptibles à l’oreille humaine à ce moment-là. 
Voici deux des contes

Mark Prebost avait vécu une longue vie et avait survécu à la plupart de sa famille et de ses amis. Tragiquement, il a également survécu à bon nombre de ses enfants pour atteindre l’âge avancé de 93 ans. Lorsqu’il a reçu un diagnostic de cancer de la prostate, il l’a pris avec un grain de sel. Il disait souvent qu’il vivait plus longtemps qu’il n’aurait jamais pensé, mais sa famille lui manquerait tout de même. Il a surtout aimé les fêtes.

La maladie a ravagé le vieil homme et la douleur était intense et constante. Sa fille âgée et ses enfants ont pris soin de lui chez lui, alternant les périodes où ils sont restés avec lui jusqu’à ce que le cancer qui s’était propagé dans son corps lui ait coûté la vie une froide journée d’octobre. La fille était soulagée car son père âgé avait tellement souffert ces derniers mois et, même si elle ne croyait pas à la vie après la mort, elle se réconfortait du fait qu’il ne souffrait plus.

Ses funérailles étaient rares car il avait peu d’amis et de parents en vie. Après les funérailles, les assistants se sont rendus chez la fille pour un service commémoratif et un dîner. À mesure que la nuit passait, ils continuaient à recevoir des appels téléphoniques avec air mort. Finalement, la fille remarqua l’identité de l’appelant. Les appels venaient de la maison de son père. Il n’y avait personne là-bas, elle avait les clés. Ils ont reçu quelques appels supplémentaires au cours de la soirée et elle a laissé le répondeur les prendre en charge.

Le lendemain, par curiosité, elle passa en revue les deux derniers appels enregistrés par la machine. Elle a entendu sur la bande la faible voix de son père qui disait: «Tout va bien Margie, je vais bien» et «Ta maman est avec moi, tout va bien». Comme tant de vice-présidents, le discours est faible et difficile à entendre. Mais Marge était sûre de ce qu’elle avait entendu. Son père lui a dit au revoir et lui a fait savoir qu’il existait encore sous une forme ou une autre. Une forme qui était en sécurité, heureuse et avec la femme qu’il avait aimée et perdue tant d’années auparavant.

Cela n’avait pas l’air bien pour Lisa. L’adolescent avait traversé des années de traitement, mais l’angoisse de la chimiothérapie semblait être pour rien. La leucémie avait finalement submergé son corps et elle en était à ses derniers jours. Son père était à ses côtés, lui tenant la main et lui essuyant le front alors qu’elle transpirait tandis que la bataille finale faisait rage dans son corps fragile. Sa mère était décédée quelques années auparavant dans un terrible accident de voiture. En ces derniers jours, son père était assis sans pouvoir tandis que Lisa appelait sa mère. Il essaya de la réconforter, mais il semblait que sa présence, même attentionnée, ne suffisait pas.

Alors que le père était assis avec elle la nuit dernière avec une infirmière à ses côtés, le téléphone sonna. Il laissa Lisa seule avec l’infirmière quelques instants pour y répondre, mais de l’autre côté, il y avait beaucoup de parasites. Il pensa une seconde que, par le biais de la statique, il avait entendu la voix d’une femme dire quelque chose, mais c’était indiscernable. Après avoir éteint le téléphone, il a vérifié l’identité de l’appelant pour voir qui l’appelait. La réponse le stoppa net.

Le numéro de téléphone était celui de sa maison il y a cinq ans. Le numéro avait longtemps été déconnecté, juste après la mort de sa femme. Il essaya de rappeler mais obtint la voix familière de la femme robotique l’informant que le numéro n’était plus en service. Immédiatement, l’infirmière l’a rappelé dans la pièce. Sa fille passait. Elle est morte quelques minutes après le mystérieux appel téléphonique. Un appel téléphonique qu’il croit encore avoir été passé par son épouse décédée. Et après réflexion, il est certain que les mots faibles qu’il avait entendus à travers la statique avaient dit: «Elle sera en sécurité avec moi».

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source: theparanormalpastor.blogspot.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *