Nam Koo Terrace : La maison la plus hantée de Hong Kong

Au milieu des tours de verre modernes de Hong Kong, il y a une maison historique cachée sous les toits de la ville où les habitants vous diront que quelque chose ne va pas du tout.

Il n’ya pas d’autre moyen de décrire ce bâtiment que de dire que, dans ses murs, c’est un lieu de mort qui a coûté la vie depuis les années 1940. Bienvenue sur Nam Koo Terrace…

Nam Koo Terrace a été construit en 1921 par une riche famille de marchands dont le chef, To Chun-man, avait des aspirations politiques considérables.

Lui et sa famille ont vécu dans la maison pendant vingt ans dans une paix relative. La carrière de Chun-man était florissante et la famille montait sans cesse sur l’échelle sociale, mais en 1941, tout cela cesserait lorsque les Japonais vaincront les troupes britanniques et occupèrent Hong Kong.

To Chun-man a été informé que sa propriété, Nam Koo Terrace, serait nécessaire comme bureau du personnel pour les officiers japonais et que lui et sa famille ont été forcés de quitter les lieux. En réalité, les Japonais n’avaient pas l’intention d’utiliser la maison comme bureau stratégique, mais la transformèrent en une maison de passe pour les soldats japonais en poste à Hong Kong.

La légende raconte que To Chun-man, après avoir découvert ce que la maison de sa famille était devenue, a confronté les soldats là-bas avec sa famille dans l’espoir de comprendre. To Chun-man a été battu à mort alors que les soldats présents ont violé et assassiné sa femme.

Pendant les quatre années où Nam Koo Terrace était une maison close au sein de l’occupation japonaise à Hong Kong, le bâtiment avait acquis une réputation de maudite.

Nam Koo Terrace, la maison hantée à Hong Kong

Les travailleuses de la maison de passe ont disparu pour disparaître sans laisser de traces, et si l’assassinat japonais de prostituées chinoises ne serait pas si extraordinaire, de nombreux soldats, apparemment sans raison, se sont suicidés entre ses murs.

En 1945, l’occupation prend fin et la propriété revient au fils survivant de To Chun-man. Qu’il ait entendu les rumeurs de ténèbres à l’intérieur de Nam Koo Terrace ou simplement à cause du sort réservé à ses parents par ses parents, il n’a jamais habité la propriété.

Il resterait vacant pendant encore quarante ans jusqu’à ce qu’il soit vendu à une société après l’autre, chacune avec ses propres projets ambitieux, dont aucun ne se produirait.

N’importe quel bâtiment aussi grand que Nam Koo Terrace, qui reste vide pendant soixante-huit ans, attirera forcément des visiteurs communs d’adolescents du quartier et d’explorateurs urbains, mais dans ce cas, bon nombre d’entre eux s’y rendraient pour y mourir. La maison est encore connue comme un endroit où les gens disparaissent et où d’autres ne se sont pas suicidés.

Tout comme d’autres foyers de suicide tels que la forêt d’Aokigahara, les autorités présument que la réputation tire l’attitude déjà suicidaire; si cela n’avait pas été fait à Nam Koo Terrace, elles l’auraient fait ailleurs. Malgré cela, la réputation de l’immeuble pendant la Seconde Guerre mondiale pour des suicides où il n’y avait aucune cause crée une quantité d’émerveillement.

Un seul cas confirmé de «disparition» s’est produit à Nam Koo Terrace. L’histoire raconte que cinq écolières sont entrées illégalement dans la maison au milieu de la nuit, une planche de Ouija à la main. Au cours de leur séance de simulation, l’une des filles a commencé à vomir et à trembler violemment.

Quand elle est arrivée, le groupe a fui la maison – à l’exception de la fille qui se tenait sur les marches de Nam Koo Terrace et qui regardait la ville comme si elle était incapable de partir. Lorsque les filles se sont approchées d’elle, elles auraient entendu la voix d’un homme les appeler du deuxième étage.

Les voisins entendaient le bruit des filles paniquées et ont contacté la police, mais lorsqu’ils ont tenté de l’éloigner du seuil de la porte, elle est devenue psychotiquement violente et les a attaqués. Le rapport de police officiel indiquait qu’elle faisait preuve d’une force exceptionnelle et que trois agents devaient la maîtriser et l’éloigner.

Dans les semaines qui ont suivi, elle a subi un traitement psychologique jusqu’au matin où sa mère l’a retrouvée partie avec rien d’autre qu’un billet à sa place indiquant «rentre». La presse avait déjà appris l’histoire depuis le moment où les filles s’étaient rendues à la maison et la disparition nécessitait maintenant une fouille intensive, mais malgré cela, la fille n’a plus jamais été vue.

Aujourd’hui, Nam Koo Terrace est la propriété de Hopewell Holdings, qui avait prévu de construire un hôtel à méga tour sur le terrain. Ces plans, comme tous les autres, ont été annulés et les derniers rapports nous apprennent que Hopewell quittera la propriété en tant que site du patrimoine, en dépit de leurs investissements considérables dans les terrains coûteux de Hong Kong.

La sécurité a augmenté sur la propriété, mais les gardes, ainsi que des passants, ont signalé la présence indéniable d’un homme enveloppé d’ombres dans la maison.

Le dernier corps, une autre victime du suicide, a été retiré de Nam Koo Terrace en 2010, mais les gardes parlent encore d’une voix qui leur demande de pénétrer dans la maison.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source et crédits : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *