L’étrange histoire de la mariée italienne : Julia Petta

Le cimetière du Mont Carmel est réputé pour être le lieu de repos de nombreux évêques et archevêques de Chicago, ainsi qu’une vaste collection de gangsters bien connus, dont Al Capone, mais l’une des tombes les plus populaires et les plus mémorables au cimetière appartient à la femme au foyer Julia Buccola. Petta, morte en couches en 1921 à 

Après sa mort, Julia fut enterrée, vêtue de sa robe de mariée et de son bébé au mont Carmel. Mais peu de temps après sa mort, sa mère, Filomena, a commencé à avoir des rêves dans lesquels Julia lui disait qu’elle était toujours en vie. Les rêves troublants de sa mère se poursuivirent pendant les six prochaines années. Enfin, elle a obtenu l’autorisation de faire exhumer et examiner le corps de Julia. Bien que le cercueil se soit un peu décomposé et que le corps de son bébé soit décomposé, le corps de Julia était frais et intact, sans aucun signe de décomposition ou de décomposition.

Les moyens exacts par lesquels Filomena a obtenu l’autorisation d’exhumer le corps de sa fille ne sont pas connus, mais il est connu que les coûts de l’exhumation et du nouveau monument ont été payés par Henry Buccola, le frère de Julia.

Résultat de recherche d'images pour "julia petta"

La pierre tombale de Julia comporte une petite photo d’elle en robe de mariée et une grande statue d’elle, inspirée de cette photo. Une photo de Julia prise par sa mère après son exhumation, six ans après sa mort, figure également sur le monument. La photo montre une jeune femme reposant paisiblement dans le cercueil recouvert de boue, les bras croisés devant elle. Son corps semble être parfaitement préservé, sans aucun signe de décoloration ou de pourriture.

Certains suggèrent l’existence de frictions entre Mme Buccola et le mari de Julia, Matthew, qui s’est remarié à peu près au moment de l’inhumation car il est remarquable que le nom marié de Julia n’apparaisse nulle part sur le monument, ni celui de son enfant mort-né. Les personnes présentes lors de son exhumation auraient touché la peau de Julia et ont affirmé que celle-ci était toujours douce et que ses joues étaient toujours d’un rouge rosâtre.

Mais l’histoire de «La mariée italienne» ne s’arrête pas là. Il a été rapporté à de nombreuses reprises qu’une silhouette fantomatique représentant une femme errant dans le cimetière près de la tombe de Julia portait une robe de mariée blanche et fluide.

La tombe de Julia se trouve près de l’entrée du cimetière sur Harrison Street, et des automobilistes qui passaient ont signalé avoir vu la figure dans le cimetière la nuit. Une histoire prétend qu’un petit garçon a été accidentellement laissé au cimetière par sa famille. Quand ils sont revenus le chercher, ils l’ont trouvé tenant la main d’une femme vêtue d’une robe blanche qui le ramenait à eux. Lorsque le garçon a rejoint sa famille, la femme a disparu.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source et crédits : ANOMALIEN

Par Paul Middleton, source: Ghosts, the paranormal, mythes et légendes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *