Mandy : la poupée hantée plus diabolique qu’Annabelle

Elle peut sembler être n’importe quelle poupée antique ordinaire, mais elle est bien plus que cela, selon le personnel du musée Quesnel, en Colombie-Britannique, où la poupée Mandy a été donnée en 1991.

Ses vêtements étaient sales, son corps déchiré, et sa tête avait des fissures, bien que cela ne soit pas surprenant avec une poupée âgée de quatre-vingt-dix ans. Le donateur a dit au personnel que Mandy vieillissait, qu’elle était fragile et qu’elle ne voulait pas que sa petite fille joue avec elle et la détériorait davantage.

Certains disent cependant que Mandy était hantée parce que des choses étranges se produisent à chaque fois que Mandy se trouve.

Le conservateur a saisi la poupée et s’est immédiatement senti mal à l’aise. Elle avait l’impression que la poupée avait un air incroyablement effrayant, non seulement ses vêtements étaient vieux et fanés, les parties douces et rembourrées de son corps étaient déchirées par endroits, mais le plus effrayant de tout était celui de Mandy. Sur le visage, il était peint de façon réaliste et avait des yeux de verre, mais le front au-dessus des yeux de la poupée était fissuré, faisant légèrement ressortir l’œil, comme si il regardait attentivement les spectateurs.

Maintenant, c’était le personnel du musée et les bénévoles qui étaient assaillis par des événements étranges et inexpliqués… les déjeuners disparaissaient du réfrigérateur et étaient ensuite retrouvés dans un tiroir, des pas se faisaient entendre lorsque personne n’y passait, stylos, livres, photos , et qui sait quoi d’autres seraient portés disparus, certains ne seraient jamais retrouvés et d’autres qui arriveraient plus tard. Bien sûr, il a été dit que le personnel était plus distrait que d’habitude.

Mandy n’avait pas encore de «maison» dans le musée. Alors qu’elle était assise en face de l’entrée du public, les visiteurs regardaient fixement et parlaient de cette poupée au visage fissuré et brisé, avec un sourire sinistre. Avec le temps, Mandy a été déplacée dans une autre partie du musée et soigneusement placée dans une mallette, car la rumeur circulait de ne pas la placer avec les autres poupées car elle leur ferait du mal. Depuis ce temps, il y a eu beaucoup d’histoires sur Mandy.

En 1992, on a demandé à la conservatrice, Ruth Stubbs, si elle connaissait une histoire de fantômes entourant le musée. Ne pensant jamais qu’il y aurait autant de publicité lors de la publication du livre «Histoires surnaturelles de la Colombie-Britannique», elle a écrit l’histoire de Mandy. Lorsque le livre a été publié sur les étalages en janvier 1999, l’histoire de Mandy a été connue à travers le Canada en un peu plus d’une semaine. Le premier article a été publié dans le journal Prince George Citizen et les stations de radio et de télévision se sont rapidement bousculées pour saisir cette histoire étrange, excitante et maintenant très populaire.

Ruth a été inondée d’appels venus de partout au Canada pour obtenir de l’information et des entrevues et les visiteurs ont commencé à arriver en masse. Certaines de ces personnes ont de nouveau eu d’étranges expériences avec Mandy. Un visiteur filmait Mandy en vidéo, mais la caméra s’allumait et s’éteignait toutes les 5 secondes. Dès que la caméra a été placée sur une autre exposition, la lumière de la caméra est restée allumée. Certains disent avoir vu les yeux de Mandy les suivre dans la pièce, d’autres dire avoir vu les yeux de Mandy cligner des yeux.

Poupée vraie mandy
Poupée vraie mandy

Lorsque Mandy a finalement été exposée au sein même du musée, elle a été l’une des premières choses que les visiteurs ont pu voir lorsqu’ils passaient devant l’entrée. Les visiteurs se plaignaient souvent de se sentir mal à l’aise en regardant la poupée, disant qu’il semblait y avoir quelque chose d’incroyablement faux avec elle. Parfois, les photographies de la poupée prises ne se révélaient pas, elles étaient floues ou avaient des anomalies de lumière étranges.

C’est à cause du malaise ressenti par les visiteurs que le personnel a placé Mandy plus loin dans le musée, dans sa propre vitrine. Cependant, malgré cela, chaque année, les gens vont toujours au musée juste pour voir Mandy.

Mais d’où vient Mandy et pourquoi est-elle hantée?

La légende derrière la poupée est qu’une nuit, un homme marchait devant une ferme abandonnée et inoccupée, alors qu’il pensait avoir entendu les pleurs d’un enfant venant de l’intérieur du bâtiment. Il monta l’allée et frappa à la porte. Pas de réponse.

Les pleurs ont continué, alors il a décidé de regarder autour de lui. Il entra dans la ferme vide et découvrit que les pleurs venaient de sous ses pieds. Ne sachant pas comment accéder à la cave des bâtiments de l’intérieur, il retourna à l’extérieur pour trouver l’entrée extérieure. En ouvrant les portes de l’orage, la lumière a illuminé la pièce et il a fait une découverte choquante, le corps d’une jeune fille, morte depuis longtemps, étendue par terre, une poupée dans ses bras.

On ignore pourquoi la jeune fille était dans la cave, que ce soit un accident ou une forme de punition, ou même si cela faisait partie d’un crime. Quoi qu’il en soit, on pense que lorsqu’elle est morte, son esprit a décidé d’habiter la poupée.

Le conservateur des musées est allé voir le donateur un peu plus tard et on lui a expliqué la véritable raison pour laquelle Mandy avait été donnée. Finalement, après avoir été découverte dans la cave, la poupée s’était rendue chez le donateur, mais elle a rapidement transmis la poupée au musée, non parce que sa fille risquait d’endommager la poupée désormais fragile de 90 ans, mais parce que de l’activité dans la maison.

La vraie raison était que, quand la poupée était chez elle, la femme pouvait entendre un cri qui venait de la cave, et quand elle descendait pour enquêter, afin de trouver la source des larmes, elle ne trouverait personne, le fenêtre de caves serait ouverte et la poupée sur le sol. Lorsque cela a commencé à se produire plus fréquemment, elle a décidé de s’en débarrasser et en a fait don au Quesnel and District Museum.

Dès la première nuit où la poupée n’était plus dans la maison des donateurs, les pleurs inexpliqués s’étaient arrêtés brusquement.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Par Paul Middleton, source: Ghosts, the paranormal, mythes et légendes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *