Rencontre avec un cochon démoniaque

“Ne vous écartez pas du chemin!” N’est-ce pas l’avertissement donné aux enfants dans les contes de fées, sinon ils risquent de courir le danger sous la forme d’un grand méchant loup… ou de quelque chose de pire? Un octobre après-midi, Katty et son amie Staci s’égarèrent dans les bois menaçants et ce qu’ils rencontreraient hanterait les cauchemars de tout enfant. C’est l’histoire de Katty….

J’habite à la campagne, juste à l’extérieur de quelques villes de taille moyenne de l’ouest de l’Illinois, tout près de la frontière entre l’Iowa et l’Illinois, près du Mississippi. J’ai eu quelques expériences paranormales auparavant, allant de ma petite enfance jusqu’à maintenant. Certains membres de ma famille en ont eu aussi.

J’ai très peu parlé de cette expérience parce que j’avais peur que les gens pensent que j’étais folle ou si je mentais, mais je jure sur tout ce qui m’est cher que cela s’est passé un jour d’octobre, il y a 11 ans. J’avais 15 ans à l’époque (j’ai 26 ans maintenant).

Un après-midi, mes grands-parents ont emmené ma meilleure petite amie, Staci, et moi, pour faire leurs courses. Ils ont alors décidé que ce serait amusant de nous emmener dans une citrouille, car c’était si proche de Halloween. Je pense que cette parcelle de citrouilles était située dans quelques comtés au nord-est de nous et était très amusante. Il y avait des hayrides, un labyrinthe de maïs et une grange où nous pouvions obtenir du cidre et d’autres produits de la récolte. Bien sûr, il y avait aussi une très grosse parcelle de citrouilles où nous pouvions choisir nos propres citrouilles directement de la vigne.

Ce jour-là, il y avait pas mal de familles avec de jeunes enfants. Je me souviens que c’était vraiment ensoleillé et exceptionnellement chaud pour octobre. Grand-mère et grand-père nous ont dit que nous pouvions partir seuls et explorer la ferme (étant donné que nous étions plus âgés et que nous n’avions pas besoin de supervision à leur avis), Staci et moi sommes partis pour le patch de citrouilles, qui a pris environ six heures, selon moi. acres. Je pense que c’est ce que dit le panneau sur la route; le patch de citrouille était juste énorme et tentaculaire.

Résultat de recherche d'images pour "demonic pig demon"

La parcelle de citrouille n’était pas disposée dans un champ droit ou un carré, comme beaucoup d’entre eux. Il y avait de petits chemins de terre, des collines, un ruisseau et de petits bosquets et des groupes d’arbres qui en séparaient et en divisaient des parties. Il s’est tordu un peu derrière les bois, si vous pouvez imaginer ce que je décris.

Le petit bâtiment en brique

Staci et moi nous amusions à parcourir le long de la parcelle de citrouilles et à explorer tous les petits recoins du terrain. Nous avons finalement fait demi-tour au bout de la parcelle, de sorte que nous ne puissions plus nous dissimuler. la ferme principale où étaient mes grands-parents et tous les autres clients.

Quand nous avons contourné ce tournant, nous avons vu que nous faisions face à un fourré assez dense avec beaucoup d’arbres. Nous pouvions voir que les bois s’étendent sur une colline de taille décente et qu’il y avait une crevasse rocheuse faisant partie de cette colline. De l’eau coulait dans la crevasse sous la forme d’une petite cascade qui se déversait dans un ruisseau au fond des arbres et coulait dans la forêt, à l’abri des regards.

Je me souviens que nous étions restés bouche bée parce que c’était vraiment joli, avec la lumière du soleil qui scintillait dans l’eau et toutes les feuilles rouges et oranges qui tombaient un peu partout. Staci a eu la brillante idée de voir à quelle distance du ruisseau se trouvait la cascade. Staci a toujours été plutôt autoritaire, et même si je sentais que nous ne devrions pas le faire, nous y sommes allés parce que je ne voulais pas me disputer avec elle.

Nous avons franchi la limite de la fin du patch citrouille et dans le fourré. Presque immédiatement, après environ dix marches qui suivent le ruisseau, nous sommes tombés sur un petit bâtiment en brique. Je ne sais pas vraiment à quoi il servait, mais c’était en brique rouge, assez bas et de forme carrée / hexagonale. Il y avait une cheminée sur un côté, une porte en métal et une fenêtre sur au moins deux côtés. C’était trop petit pour être une maison, même pour une personne. Cela m’a rappelé les petits bâtiments de salle de bains trouvés dans certains parcs publics.

Et voici où la chose terrifiante s’est produite.

La créature cochon

Lorsque Staci et moi avons marché sur le côté pour l’inspecter, un visage nous a regardés dans la fenêtre du côté droit du bâtiment! Je sais que cela semble stupide, mais cela ressemblait à un cochon avec un visage ou une fourrure noire, des yeux rouges opaques, et de très longues dents acérées qui sortaient de sa bouche. Les dents n’étaient pas de longues défenses comme celles d’un sanglier; il n’avait pas de défenses. Celles-ci ressemblaient plus à des dents humaines de la même longueur, longues et bizarres, sortant de sa bouche!

L’expression sur son visage est ce qui m’a le plus effrayé. Cela avait l’air méchant, en colère ou hostile. On aurait dit qu’il voulait nous faire du mal. Et il devait être grand parce que je pouvais dire que ce n’était pas à quatre pattes comme un cochon ordinaire. Pour regarder par la fenêtre, il fallait être debout ou au moins se pencher comme un homme sur deux pieds.

Dès que Staci et moi avons aperçu cette créature, elle a dit: «Oh mon dieu!» Et la chose a hurlé! C’était comme le son d’une vache folle ou stressée, mais croisé avec un humain. Ce n’était pas un cri effrayé, c’était comme s’il voulait attaquer. Comme je l’ai dit, j’ai eu le sentiment que cela voulait nous faire mal ou que j’étais en colère parce que nous étions là-bas.

Nous avons tous les deux crié et nous sommes presque poussés l’un contre l’autre en essayant de fuir ce petit bâtiment. Je ne savais pas si c’était derrière nous ou non, mais j’étais en mode de survie et je ne regardais pas en arrière pour vérifier.

Nous avons finalement atteint le bord de la citrouille, avons sauté par-dessus le ruisseau et avons parcouru les six acres jusqu’à la ferme. Une fois que nous sommes arrivés là où se trouvaient toutes les autres personnes, Staci s’est arrêté et est resté figé près d’un stand de légumes sans bouger. C’était comme si elle était sous le choc. Je suis allé à la grange où grand-mère et grand-père discutaient avec le propriétaire de la ferme. Ils ont vu mon visage et ont su que quelque chose n’allait pas.

Grand-mère et grand-père et le fermier m’ont fait revenir derrière la grange pour que les petits enfants et les familles n’entendent pas ce que j’avais à dire. Je leur ai dit exactement ce que nous avions vu. Grand-père ne voulait pas me croire et a dit que nous venions de nous effrayer. Nous sommes allés chercher Staci, qui était toujours traumatisé devant la grange. Quand ils ont finalement réussi à la faire parler, elle leur a dit exactement la même chose.

Ce que le fermier savait

Voici la chose: dès que le fermier a réalisé quel petit bâtiment en briques nous avions vu, son visage est devenu blanc. On aurait dit qu’il avait été giflé. Grand-père lui a demandé quel était le problème. Le fermier lui a murmuré quelque chose et grand-père nous a dit d’aller attendre dans la voiture. Nous faisions.

Quand grand-père est revenu, il avait l’air très secoué. Il est entré et a raconté à Staci, grand-mère et moi ce que le fermier lui avait confié. La famille du fermier était propriétaire de cette propriété depuis près d’un siècle et, dans les années 1930, son oncle lui avait tout dit qu’il avait vu un «démon» qui ressemblait à un cochon dans les bois et qu’il vivait dans ce petit bâtiment.

La famille du fermier ne croyait pas son oncle, pensant qu’il inventait des histoires ou devenait peut-être malade mentalement. Puis, à la fin des années 30, son oncle a disparu pendant environ cinq jours. Finalement, l’un des membres de la famille a retrouvé le cadavre de son oncle dans ce petit bâtiment. Pas une marque sur lui, et le coroner ne pouvait pas comprendre ce qui s’était passé; il avait été en parfaite santé à la fin de l’adolescence et au début de la vingtaine et n’avait aucune blessure à trouver. Il venait de tomber raide mort sur le sol de ce petit bâtiment en brique sans raison apparente.

Le fermier a également dit à son grand-père qu’une fois de temps en temps, il entendait toujours un animal non identifiable crier ou hurler dans les bois au bord du champ, mais il ne pouvait pas identifier quel type d’animal pouvait produire un tel son. La famille du fermier a toujours signalé ce bruit par intermittence sur la propriété depuis la mort de son oncle.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Par Stephen Wagner (expert en phénomènes paranormaux), source: paranormal.about.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *