La montagne du diable et les 7 portes de l’enfer

Niché dans les ruelles de l’Indiana, vous trouverez ce qui semble être une ville endormie avec une population de seulement 800 habitants. Malgré cette population de la taille d’un village, vos chances d’être assassiné ici sont de 150% plus élevées que la moyenne des États de l’Indiana ou des États-Unis.

C’est parce que la petite ville a aussi un horrible secret caché, un secret qu’ils gardent depuis près de 50 ans. C’est la maison du culte de la montagne du diable et le début des 7 portes de l’enfer. Bienvenue à Milltown Indiana…

Cet article est classé dans «Mythes urbains» pour la seule raison que la plupart des habitants de Milltown en sont venus à croire que c’était tout, mais comme nous le savons avec des cas tels que Elmer McCurdy , les mythes urbains ne sont pas toujours mythiques. Dans ce cas, il existe deux mythes urbains qui, étonnamment, ne sont pas expliqués conjointement.

Le culte de la montagne du diable

Le premier raconte qu’en 1969, il existait un culte connu sous le nom de Devil’s Mountain Cult dans la région de Milltown et que, le jour de l’Halloween de 1969, neuf personnes avaient été retrouvées assassinées de façon rituelle dans la mine abandonnée voisine.

En raison de la nature macabre dans laquelle les corps ont été retrouvés et du fait que de nombreuses victimes avaient de la famille dans la communauté unie, les meurtres ont été occultés par les médias et tenus très silencieux par le département du shérif local.

 Montagne du diable cul

En dépit d’une enquête minutieuse du département du shérif, aucune piste n’a été découverte, elle ne donnait que des indices montrant l’existence d’un culte satanique. Le département du shérif savait qu’il était au-dessus de sa tête et avait fait entrer le FBI en dépit de son désir de confidentialité, mais toujours sans conclusion.

Aujourd’hui, les habitants jurent que la mine voisine Milltown Limestone, maintenant surnommée Devil’s Mountain, est hantée (si on pourrait même l’appeler ainsi) à un niveau sans pareil. Il ne s’agit pas ici de fantômes ni même de poltergeists, mais de ce que l’on pourrait considérer comme de véritables apparitions démoniaques qui errent dans les cavernes.

Ajoutez à cela que le culte serait toujours actif et que le taux élevé de meurtres et de nombreuses informations faisant état de mutilations animales en seraient la preuve. La montagne du diable n’est pas un endroit sûr pour explorer.

Les 7 portes de l’enfer

Le deuxième mythe, comme je l’ai dit de manière surprenante, n’est pas raconté conjointement est l’histoire plus largement connue des 7 Portes de l’Enfer. L’histoire raconte très simplement qu’il était une fois une série de 7 ponts et tunnels auxquels un ordre secret, un culte satanique consacré en tant que «portes», était ouverte et que, grâce à la pratique rituelle d’une porte à l’autre, les portes de l’enfer pouvaient être ouvertes.

Séparément, les deux mythes semblent déraisonnables et seraient certainement classés dans la légende urbaine, mais ensemble, une histoire beaucoup plus spécifique commence à émerger. Nous avons la mine, les meurtres et la mention de pratiques sataniques dans les deux cas, mais ce qui manque évidemment, c’est la série de sept ponts et tunnels. Alors, a-t-il jamais existé et existe-t-il une trace de celle-ci aujourd’hui? La réponse rapide est oui…

La dernière porte est censée être la seule porte encore debout et est située à environ 70 miles au nord de la région de Milltown. Le mythe raconte également que la première porte est une grotte, mais une grotte naturelle, ce qui ne fait pas référence à la montagne du diable.

Encore une fois, une grotte géante au milieu des forêts de l’Indiana rural semble assez improbable, sauf qu’il en existe une située juste à l’extérieur de Milltown, presque directement au sud de la porte finale.

Le chemin des 7 Portes de l’Enfer peut être caché par le temps, mais il n’est pas parti.

Courir les 7 portes de l’enfer

Au nord de la route de campagne 1350, vous trouverez la dernière et unique porte encore debout à l’endroit où N Rock Run Church Rd passe sous la voie ferrée.

En regardant N Rock Run Church Rd et avec un peu de cerveau, vous pouvez voir que quelque chose ne va pas. La route semble commencer à la route de campagne 1350, mais demandez-vous ensuite pourquoi le «nord» Rock Run Church Rd. Maintenant, regardez de plus près le paysage de la carte. Sous le marqueur rouge, vous pouvez clairement voir où la route se poursuivait, divisant les deux champs. C’était avant 1980 et à l’époque on l’appelait simplement Rock Run Road.

De là, il a traversé Little Creek (porte n ° 6) et a rejoint la N County Road 350 West jusqu’à atteindre Rio Grande Road et a de nouveau creusé dans les bois qui existaient à cette époque jusqu’à la traversée de Bee Creek (porte n ° 5). Si vous continuez à suivre Bee Creek, vous découvrirez les vestiges d’un pont inutilisé (porte n ° 4). Plus au sud, vous atteindrez le W County Road 1000 N et malheureusement, c’est là que nous perdons la route, car cette zone a été aménagée avec plusieurs maisons modernes et de nouvelles routes aussi récemment que 2000.

Nous reprenons brièvement la route dans la forêt nationale Hoosier à Lost River, où les randonneurs vous diront qu’il existe un pont abandonné depuis longtemps (et qui s’est effondré), qui semble avoir été relié à une route à un moment donné, mais reste maintenant isolé dans le milieu de la forêt.

Grotte de marengo
Grotte de marengo

Si notre parcours indiqué est correct, Rock Run Road continuerait vers le sud, à la lisière du Brésil, dans l’Indiana, pendant encore 60 milles avant de s’arrêter à Marengo. Vous trouverez ici la porte n ° 1, la grotte de Marengo.

Les grottes de Marengo sont un véritable labyrinthe de tunnels souterrains couvrant sept hectares. Il a naturellement de multiples ouvertures vers l’extérieur, principalement par de petits trous juste assez grands pour permettre à une personne adulte de passer à travers.

Bien que la grotte ait été découverte à la fin des années 1800 et qu’elle ait fait l’objet d’une exploration approfondie, elle y trouve encore d’autres cavernes. En 1992 encore, une nouvelle section cachée derrière une fine couche de roche a été découverte, ajoutant 3 milles supplémentaires aux cavernes.

Rien de tout cela ne suffit pour prouver que ces deux mythes urbains sont fondés sur la réalité, mais ils amènent à envisager cette possibilité.

Une dernière chose, si vous choisissez de visiter ces lieux, rappelez-vous que nous avons fait notre part pour vous avertir de ne pas entrer dans Devil’s Mountain et n’essayez pas d’ouvrir les portes de l’Enfer. Ouvrir les portes de l’enfer serait très mauvais!

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source et crédits : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *