Méfiez-vous du Pooka irlandais!

Toujours à l’extérieur après le crépuscule, le Pooka (phouka, púca, púka) est une fée des montagnes et des collines bien connue du folklore irlandais / celtique. L’Irlande est bien consciente du méfait et des intentions nuisibles du Pooka, ainsi que de la multitude de formes pétrifiantes qu’il peut prendre. Le púcaí peut avoir une fourrure sombre ou blanche, mais elle est généralement toujours sombre, car elle peut apporter une bonne ou une mauvaise fortune. Son déguisement principal ressemble à un cheval élégant, mais très sombre, avec des yeux jaunes intimidants et une longue crinière indomptée.

Lorsque le changeur de forme a la forme d’un cheval noir, il aime parcourir le pays le soir tout en endommageant les fermes isolées et leurs cultures, en abattant les barrières ou les clôtures et en provoquant la panique chez les animaux d’élevage. La frayeur que cette fée apporte, d’un simple coup d’œil, pourrait empêcher les poules de pondre leurs œufs ou les vaches de donner du lait. De plus, la population irlandaise parle d’une malédiction bien établie dans laquelle tous les voyageurs nocturnes sont précipités sur le dos du Pooka pour être ensuite jetés dans des fossés boueux ou des marécages. Heureusement, après ce voyage horrible, les Pooka les ramèneront là où ils ont été emmenés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Beaucoup ont cru qu’il avait aussi le pouvoir de la parole humaine, l’utilisant pour s’arrêter devant des maisons et appeler les noms de ceux qu’il veut pour ses crépuscules. Il peut également prendre une forme humaine mais semblera présenter des caractéristiques animales telles qu’une queue ou des oreilles. Si l’individu refusait, les Púca vandaliseraient volontiers leur propriété en raison de son attitude vengeance. Cette tradition ressemblait beaucoup à d’autres créatures folk irlandaises, telles que le daoine maithe ou le slua si, qui ciblent également les êtres humains par lesquels elles passent.

En Irlande du Nord, dans les régions isolées du comté de Down, le Pooka prendrait la forme d’un petit gobelin défiguré qui exige une part de la récolte à la fin de la saison des récoltes. À cause de cela, de nombreux récolteurs laissent plusieurs morceaux de leurs récoltes comme «part du pooka». Au sud des régions centrales, dans certaines régions du comté de Laois, le pooka devient un grand boogeyman laineux qui traumatise ceux qui se trouvent après la tombée de la nuit. Continuant vers le sud À Watertown et à Wexford, le Pooka volera comme un aigle aux ailes gigantesques, et au centre se trouve Roscommon, où il foulera le terrain comme un bouc noir aux cornes qui s’enroulent. Le 1er novembre est le jour de la pooka, le jour de l’année où l’on s’attend à ce qu’il se comporte civilement; cependant, début novembre, il est également connu de cracher ou de déféquer sur des fruits sauvages pour les rendre non comestibles ou dangereux.

pooka

Certaines mesures de protection prises contre cette fée espiègle consistaient à avertir les garçons et les filles de ne pas manger de mûres trop mûres pour éviter que le Pooka ne pénètre dans leur corps et que vous puissiez également prendre le contrôle de la créature en portant des éperons pointus pour vous empêcher d’être pris. utilisez-les pour diriger si sur le dos. Les éperons pointus peuvent provenir de la croyance irlandaise selon laquelle le «fer froid» peut éloigner le surnaturel.

Les origines du púcaí en Irlande sont principalement parlées dans les contes folkloriques. Certains disent que le nom pourrait avoir été transmis du «pook» scandinave ou «puke / puki», qui signifie «esprit de la nature». Ces êtres étaient très capricieux et devaient être apaisés continuellement sinon ils créeraient des ruines cultures à part et maladies itinérantes pour le bétail. Cependant, d’autres autorités suggèrent que ce nom vient du mot irlandais «poc», qui signifie soit «un bouc», soit un «coup de gourdin». Une autre alternative derrière la vérité de cette fée est que beaucoup remettent en question les premiers cultes du cheval celtique pour avoir fourni le concept sous-jacent de ce nightcrawler. Cela semble le plus crédible depuis que beaucoup de ces cultes se sont rencontrés sur les hauteurs et la plupart des histoires de Púca sont venues des hauts sommets des montagnes. D’autres faits amusants sont qu’il existe également une cascade formée par la rivière Liffey dans les montagnes de Wicklow en Irlande, connue sous le nom de «Poula Phouk» (le trou de Pooka), et la montagne Binlaughlin dans le comté de Fermanagh est également appelée le «pic de la parole cheval’. Quelque chose de similaire à ce qui s’était produit, jusqu’à tout récemment, était un rassemblement traditionnel à South Fermanagh qui avait lieu sur les hauteurs pour attendre «un cheval qui parle» le dimanche des myrtilles.

Certaines personnes disent de manière surprenante que le Pooka peut être plus mystérieux que dangereux lorsqu’il est traité avec le respect qui convient. La Púca peut même être utile à quelques occasions, où elle énonce des prophéties et des avertissements. Un exemple serait les récits du folkloriste Douglas Hyde. Cependant, à ce jour, un seul homme a réussi à monter sur la Pooka, son nom étant Brian Boru, le haut roi d’Irlande. Le Haut Roi réussit à contrôler le cheval magique et à rester sur le dos jusqu’à ce qu’il se rende épuisé; Pour ce faire, il a utilisé une bride spéciale contenant trois poils de la queue du Pooka. Le roi en a tiré deux promesses: cesser de tourmenter le peuple chrétien, de ruiner ses biens et de ne jamais attaquer un Irlandais, à l’exception de ceux qui avaient une intention perverse ou de ceux qui étaient ivres sans vergogne. Bien que, ces promesses ont été faites à ces derniers que le Pooka pourrait attaquer avec une férocité beaucoup plus grande qu’auparavant, et le Pooka a accepté. Malheureusement, au fil des années, beaucoup disent qu’il semble avoir oublié son contrat avec le Haut Roi alors qu’il continue d’attaquer des propriétés et des voyageurs sobres sur le chemin du retour.

Il y a beaucoup d’histoires de Púca assoiffées de sang comme un vampire et d’autres encore, disant même que certains sont des êtres mangeurs d’hommes. Ce conte folklorique repose sur votre croyance ou non, mais je sais que la fée Púca serait la moins effrayée quand elle apparaît à l’extérieur de votre maison pour son exercice nocturne. Faites comme les Irlandais et surveillez!

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source et crédits : MAGICALEUROPE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *