Pascualita : La légende de la mariée

Pendant plus de 87 ans, des visiteurs du monde entier se sont rendus dans une boutique de robes de mariée à Chihuahua, au Mexique, afin d’étudier le mannequin de mariée extrêmement vivant qui se trouve dans la vitrine et qui se trouve dans la vitrine depuis le 25 mars 1930.

La plupart sont si captivés par le regard envoûtant de La Pascualita que le mannequin a été nommé, qu’ils en ressortent convaincus qu’il s’agit en réalité d’un vrai corps embaumé.

Dès que le mannequin a été exposé, les gens ont vite compris qu’elle ressemblait étrangement à la propriétaire du magasin à l’époque, Pascuala Esparza. Il y avait juste quelque chose de trop comme la vie chez elle. De la courbe réaliste de ses oreilles et des creux de ses narines, aux petites rides et plis de la peau sur ses doigts et ses pouces, à la présence envoûtante d’empreintes digitales.

La Pascualita n’était en rien comparable aux mannequins de magasin en plastique coloré que les gens avaient l’habitude de voir. Elle semblait juste trop réaliste et bientôt, des rumeurs avaient couru qu’il ne s’agissait pas d’un mannequin de magasin ordinaire. C’était un cadavre embaumé. Et les habitants savaient à qui appartenait le cadavre.

Peu de temps avant le 25 mars 1930, la tragédie avait frappé la ville de Chihuahua et le propriétaire de La Popular.

Pascuala Esparza attendait avec impatience le jour du mariage de sa fille. Elle l’avait aidée à choisir une belle robe et avait posé avec amour un long voile blanc sur les cheveux noirs et satinés de sa fille. Mais alors que la tragédie frappa horriblement la mariée malheureuse alors que le cortège de la mariée se dirigeait vers l’église, la belle jeune fille de Pascuala Esparza avait été mordue par une araignée Black Widow. En quelques minutes, la fille de Pascuala Esparza était morte.

Peu de temps après, le nouveau mannequin représentant le plus beau vêtement de mariage est apparu à la fenêtre de La Popular.

Les habitants ont remarqué les détails réalistes et la ressemblance entre la mannequin et la jeune mariée décédée si tragiquement quelques semaines auparavant. Ils l’ont surnommée La Pascualita, ou «Petite Pascuala».

Horrifié par les rumeurs, Pascuala a publié une déclaration officielle réfutant les rumeurs voulant que le mannequin soit sa fille morte, mais à ce moment-là, il était trop tard, personne ne voulait la croire.

La Pascualita a commencé à vivre seule. On dit qu’un magicien français frappé d’amour arriverait la nuit et lui donnerait vie, l’amenant à la ville.

D’autres disent que ses yeux les suivent dans le magasin et qu’elle change de position pendant la nuit.

Sonia Burciaga, une employée de magasin, qui doit changer les tenues de mannequins deux fois par semaine, déclare: «Chaque fois que je vais près de Pascualita, mes mains sont en sueur. Ses mains sont très réalistes et elle a même des varices aux jambes. Je crois qu’elle est une vraie personne. « 

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Par Paul Middleton, source: Ghosts, the paranormal, mythes et légendes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *