Borley Rectory : La maison la plus hantée d’Angleterre?

Borley Rectory était un manoir victorien qui s’est fait connaître comme «la maison la plus hantée d’Angleterre». Construit en 1862 pour accueillir le recteur de la paroisse de Borley et sa famille, il a été gravement endommagé par un incendie en 1939 et démoli en 1944.

Beaucoup de gens croient que les problèmes spectraux de Borley ont commencé il y a des siècles. En 1362, des moines bénédictins ont construit un monastère dans le petit village d’Essex, au sud-est de l’Angleterre.

La légende locale dit qu’un moine a tenté de s’enfuir avec une religieuse du couvent voisin de Bures. Malgré le fait qu’un plan d’évacuation ait été organisé et qu’une voiture soit prête à les faire passer en contrebande, les deux amoureux ont été arrêtés.

Le moine a été pendu et la religieuse a été encastrée dans les murs des caves du monastère. La légende moderne a commencé en 1862, lorsque le révérend Henry Bull est devenu recteur de Borley et a construit le presbytère un an plus tard, en 1863. Les villageois étaient au courant de la triste religieuse que l’on pouvait voir, marchant tristement autour du pays près de l’ancien monastère – et il semble que le révérend Bull s’est habitué à elle aussi.

En 1875, il ajouta une nouvelle aile au presbytère qui surplombait ce qui était connu dans le village sous le nom de «Marche des soeurs» afin de pouvoir surveiller le fantôme. Cependant, la religieuse finit par devenir un ennui, d’autant plus qu’elle avait l’habitude de regarder par les fenêtres du presbytère, effrayant de nombreux visiteurs. Henry Bull mourut en mai 1892 dans la chambre bleue du presbytère.

Son fils Harry a pris le bâtiment en charge et, le cas échéant, les récits d’événements hantés se sont multipliés. Quatre des sœurs d’Henry ont vu la religieuse marcher sur son chemin et, en plus de l’apparition de la religieuse, de nouvelles observations d’un entraîneur fantomatique et de chevaux sont arrivées dans l’allée du presbytère. Harry Bull mourut en juin 1927, également dans la chambre bleue; avant sa mort, il aurait prétendu avoir eu «des contacts avec des esprits», mais son décès a marqué la fin de la relation physique et terrestre des Bull avec le presbytère.

En octobre 1928, le révérend Guy Eric Smith et son épouse assumèrent la résidence au presbytère. Les Smith connaissaient l’histoire de la maison et commençaient bientôt à expérimenter leurs propres phénomènes étranges. Des objets ont été déplacés dans la maison, des lumières ont été allumées et éteintes, des pierres ont été jetées, il y a même eu le bruit d’étranges murmures mentionnant le surnom de Henry Bull – Carlos.

Les Smith ont finalement écrit au Daily Mirror pour demander de l’aide, et le journal a envoyé l’enquêteur paranormal, Harry Price, au presbytère. Price a enregistré des incidents liés à de nombreuses activités inhabituelles, notamment des sonneries de cloche inexplicables et l’étrange apparence d’un médaillon catholique.

Les Smith quittèrent l’immeuble puis quittèrent complètement Borley en avril 1930, mais en octobre de cette année débuta une période que Harry Price qualifierait de «cas le plus extraordinaire et le mieux documenté de hantise dans les annales de la recherche psychique ‘. Le révérend Lionel Foyster, sa jeune épouse Marianne et leur fille adoptive Adélaïde se sont installés dans le presbytère et le phénomène s’est immédiatement aggravé.

Marianne a fait face aux pires attaques de poltergeist: des objets lui ont été lancés et des messages qui lui étaient adressés paraissaient griffonnés sur les murs. Un message disait: «Marianne, aidez-nous, s’il vous plaît. Demandes d’aide et prières ».

Le révérend Foyster a décidé de faire exorciser le presbytère et les choses se sont arrangées pour une courte période, bien que les hantises soient revenues et que Marianne ait été à plusieurs reprises jetée de son lit par des forces spirituelles. Le révérend Foyster a finalement décidé de déplacer sa famille loin de la région et tous les recteurs suivants ont refusé de vivre dans la maison.

En juin 1937, Harry Price décida lui-même de louer le bâtiment et installa une équipe d’observateurs. Le 27 mars 1938, une séance a eu lieu dans le presbytère. Une voix spirituelle a annoncé que le presbytère s’enflammerait dans le couloir et même le soir même. Il n’a pas. La location de Price a expiré et la maison a été reprise par le capitaine William Gregson et son épouse.

Le 27 février 1939, le capitaine Gregson était dans sa bibliothèque quand une lampe dans le couloir tomba. Onze mois plus tard que les esprits avertis, Borley Rectory a brûlé. Des témoins ont vu d’étranges apparitions danser dans les flammes et on aurait vu le visage de la religieuse regarder depuis la fenêtre supérieure. Avant que le presbytère ne soit rasé en 1944, Price retourna sur les lieux et chassait dans les caves lorsqu’il trouva la mâchoire d’une jeune femme. Il croyait que cela appartenait à l’infâme religieuse et lui donna un enterrement chrétien. Cependant, cela n’a pas arrêté les événements étranges et de nombreux habitants croient maintenant que les esprits habitent l’église de Borley et le cimetière d’église de l’autre côté de la route.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Sources: Wikipedia & 100 étranges mystères de Matt Lamy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *