Centralia, en Pennsylvanie : un vrai Silent Hill?

Il y a une ville minière dans l’est des États-Unis qui abritait autrefois plus d’un millier de personnes, la plupart d’entre elles membres de la société secrète qui a fondé la ville. Lorsque les feux de charbon ont éclaté dans les mines il y a cinquante ans, ceux qui ne sont pas morts ont abandonné la ville.

Les feux de charbon brûlent encore aujourd’hui, recouvrant les rues de cendres. Ceux d’entre vous qui connaissent bien les jeux vidéo et le film Silent Hill peuvent penser que je parle de cette ville, mais je ne le suis pas – cet article concerne la ville très réelle sur laquelle Silent Hill était basée. Bienvenue à Centralia Pennsylvania…

En 1841, Johnathan Faust rencontra une importante communauté de mineurs de charbon vivant dans des bidonvilles dans le canton de Pennsylvanie de Roaring Creek. Cherchant à combler un vide et à en tirer profit, il créa son bar la Bull’s Head Tavern.

Johnathon ne savait pas que les mineurs de charbon autour de lui appartenaient à une société secrète connue sous le nom de Molly Maguires. Le Bull’s Head Tavern deviendrait le lieu de rencontre par défaut de la société et, bientôt, le centre d’une nouvelle ville, Centralia, Pennsylvanie.

Les Molly Maguires sont venues en Amérique des rues d’Irlande pendant la guerre civile américaine. Bien que les historiens pensent que les Molly Maguires étaient une organisation pacifique, elles ont néanmoins été chassées par l’Agence nationale de détectives Pinkerton, et même par des groupes d’autodéfense cherchant à obtenir des récompenses des Pinkerton.

Crédit: Flickr / erin_m

Ces deux factions se sont rencontrées à Centralia, en Pennsylvanie, avec des résultats désastreux. Un feu a été allumé dans un terreau à la périphérie de Centralia, certains pensent que des justiciers espéraient attirer les membres du Molly Maguires dans un piège alors qu’ils se précipitaient pour éteindre le feu.

La chaleur dégagée par le feu a enflammé les gisements de charbon situés au-dessous et, combinés à l’oxygène fourni par les tunnels miniers, les incendies de mines de charbon ont commencé. L’historien et auteur de plusieurs ouvrages sur Centralia, David DeKok, décrit la scène souterraine:

«C’était un monde où aucun humain ne pourrait vivre, plus chaud que la planète Mercure, son atmosphère aussi toxique que celle de Saturne. Au cœur de l’incendie, les températures ont facilement dépassé 1 000 degrés ».

Le nombre de morts parmi les citoyens de Centralia, en Pennsylvanie, et les équipes d’urgence, atteignent facilement des centaines de personnes, bien que le nombre exact n’ait jamais été connu à ce jour.

Alors que les charbons fumants continuaient à répandre des cendres et des gaz toxiques dans la ville pour les années à venir, de nombreux autres sont morts d’inhalation et de nombreux maux physiques. Jusqu’en 1992, lorsque la Pennsylvanie a revendiqué les terres sous «domaine éminent» et a officiellement fermé la ville.

Il n’est pas surprenant que la ville fantôme de Centralia figure parmi les rangs les plus élevés d’endroits paranormaux avec des rumeurs de fantômes et même d’hallucinations décrites comme étant très similaires aux visuels fournis dans le film Silent Hill.

Cependant, malgré toutes les occurrences paranormales, la ville tient sa place parmi les endroits effrayants. La plupart des bâtiments sont en ruble, il ne reste que le plus grand bâtiment gouvernemental et une école, la fumée de charbon se dégage des tombes des cimetières voisins et les rues sont couvertes de cendre.

Bien que des visites soient disponibles, aucune ne vous mènera dans la ville ou dans les mines elles-mêmes, et pour de bonnes raisons. Vous ne devez pas vous inquiéter des fantômes de Centralia, mais de la ville elle-même.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source et crédits : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *