Les monstres du Northumberland

Les légendes disent que la vieille voie pavée qui s’étend de Corbridge à Berwick, dans le Northumberland, connue par certains comme la chaussée du diable, a été construite par une race de géants appelée les Yotuns ou Ettins. Non loin de là, près d’Alnwick, l’homme Wooley de Rugley a été aperçu au cours des siècles.

L’antiquaire de Newcastle, Richard Heslop (1842-1916), a décrit les légendes d’une mystérieuse créature hominoïde sauvage connue sous le nom de Broon Man o ‘the Maors chez les Cheviots. Monstre ou homme des cavernes perdu?

Une autre créature mystérieuse enregistrée dans nos légendes locales est l’esprit de changement de forme connu sous le nom de braag. À Low Fell, à Gateshead, les gens craignaient l’apparition nocturne du Portobello Braag. À Pelton, dans le comté de Durham, un autre homme apparaîtrait sous la forme d’un âne, attirant les gens dans des marécages et des marais dangereux.

Les freins étaient souvent associés aux marais, véritables pièges mortels avant que les marais ne soient asséchés pour devenir des terres agricoles au cours des derniers siècles.

Sur les landes, d’autres esprits diaboliques tels que Jinny-o’-thi-lantern utiliseraient de mystérieuses lumières bleues pour guider les imprudents des sentiers sûrs – et les conduire à la mort.

Les mineurs du village Pit de Callington craignaient un piège (un esprit pervers) qui hantait leur houillère. Ils croyaient que l’étouffement essaierait de couper les cordes (les soams) dont dépend la vie des hommes de la fosse. Alors ils ont appelé l’étrange « Cutty Soams ».

Différents cantrips (charmes magiques traditionnels de Northumbrie) ont été utilisés comme protection contre les braves, les lunettes de force et les sorcières. Rowan, du bois de sorcière et du trèfle violet ont été plantés autour des maisons et des talismans tels que des styens troués (pierres trouées) ont été placés au-dessus des portes pour se protéger des forces obscures.

L’antiquaire John Trotter Brockett (1788-1842) a écrit que c’était dans les régions reculées et les hautes terres que dominait la superstition et que, dans les lointaines collines des Cheviots du Nord, la croyance la plus forte en l’existence des elfes et des fées, ou fwoak ”comme ils étaient connus.

Ces croyances populaires de l’époque ne ressemblent en rien aux douces fées que l’on voit sur les dessins animés de Disney. Les communautés rurales de Northumberland et de Durham, comme ailleurs en Europe, considéraient les fées et les elfes comme une menace sérieuse pour leur famille, leur foyer, leur bétail et surtout pour leurs enfants, qui pourraient être volés par les fées et remplacés par un changeling.

Une peinture du ver Lambton

Une peinture du ver Lambton

Au 19e siècle, des poursuites pénales avaient été engagées contre des personnes qui avaient attaqué ou même tué des membres de la famille soupçonnés d’être des changelings. À Northumberland et aux frontières, certaines familles superstitieuses croyaient que leurs vrais enfants avaient été enlevés à Elfhame (le féerique royaume redouté d’Alfeim dans la mythologie nordique).

Parmi les créatures les plus effrayantes de Northumbria et des frontières se trouvait la race semblable à un troll connue sous le nom de Redcap. Ces gobelins sont toujours apparus sous la forme d’hommes âgés, avec des chapeaux rouge vif. Mais ils n’étaient pas des nains de jardin. Leurs casquettes ne pourraient retenir la rougeur chérie qu’en baignant dans le sang de victimes humaines récemment assassinées. Les Redcaps étaient pour les Cheviots de Northumberland et les Frontières ce que les vampires étaient pour les Carpates de Transylvanie. Il n’est donc pas surprenant que notre frontière Dracula, le redoutable seigneur de Soulis du château de l’Hermitage, ait eu son bonnet rouge comme un familier.

Alors que les sacs étaient souvent trouvés près des marais et des marais, les collines et les montagnes abritaient des monstres, des fées diaboliques, des hommes sauvages et poilus et des gobelins, dont Heslop dit que les duergers, une race de trolls de Cheviot, sont «les pire et le plus méchant « .

Mais certains esprits et créatures qui descendent plus bas sur les collines et dans les vallées et les fermes de la plaine de Northumbria pourraient être beaucoup moins effrayants. Il existe une tradition particulièrement marquée d’esprits serviables dans le nord de la Northumbrie, comme le Hobthrush, qui venait la nuit et effectuait des tâches pour aider les paysans humains. Plus la tâche est ingrate, plus le Hobthrush est heureux.

Le Hobthrush était un travailleur très assidu, mais il ne demanderait aucun paiement. Si les paysans laissaient un cadeau pour montrer leur reconnaissance, il disparaîtrait aussi mystérieusement qu’il était venu, pour ne jamais revenir. Le Hobthrush le plus connu était celui d’Elsdon Moat. Il portait un chapeau en lambeaux et passait ses nuits à faire toutes sortes de corvées pour aider ses hôtes humains.

Mais lorsque les agriculteurs voudraient qu’il parte, ils lui laissaient simplement le cadeau d’un nouveau chapeau et ils étaient laissés en paix.

Tout aussi méchants, les gyests, parfois appelés ghests ou bargyests, étaient étroitement liés aux sacs. Ces créatures perverses chercheraient également à effrayer les gens et les éloigner d’un chemin connu et sûr vers leur fin miraculeuse et marécageuse, ou peut-être les amener à marcher dans l’obscurité d’une nuit de Cheviot au bord d’un précipice. Prenant souvent la forme de chevaux, d’ânes ou de gros chiens monstrueux, les gyests pourraient également changer de forme pour apparaître comme des hommes, voire comme des piles de foin. Mais toujours leur intention était de tromper les humains, pour leur propre amusement, et de les attirer vers leur destin.

Des gyests ont été associés à divers endroits de la Northumbrie, du cœur de la Tyneside aux confins de la région. Brocket nous dit que les rues de Newcastle étaient hantées par une nuit qui ressemblait à un chien, un veau ou même un cochon pour terroriser les gens de la ville et était particulièrement actif autour de Dog-Loup-Stairs.

Il y avait plusieurs noms pour les créatures terrifiantes de la nuit qui hantaient les anciens villages du Northumbrian: gyest, boggle, wirrikow ou tout simplement kow, comme le célèbre Hedley Kow, qui a joué des tours aux villageois de Hedley-on-the-Hill. Les récits de cette créature ont été enregistrés par le 19ème folkloriste Joseph Jacobs (1854-1916). Tout en étant un monstre beaucoup moins menaçant, le Hedley Kow se caractérisait principalement par sa capacité à changer de forme et à jouer des tours à ces humains crédules qui devraient peut-être se rendre compte que dans la vie, rien n’est vraiment ce qu’il semble.

Les dragons étaient représentés dans notre tradition par le monstre serpent connu localement comme un ver (deux syllabes et des rimes avec forum). Bien sûr, le plus célèbre de ces dragons était le ver Lambton. Mais le monstre de la chanson populaire, qui était si gros qu’il s’enroulait sept fois autour de la colline du monument de Penshaw, n’était pas le seul monstre de cet acabit.

Il y avait aussi le ver Sockburn du comté de Durham et le ver Wode de Worniston, et le plus mystérieux de tous était le ver Laidley de Spindleston Heugh, près de Bamburgh, l’ancien siège des rois de Northumbria.

Le conte du Laidly Worm (ce qui signifie Loathsome Serpent ou Dragon Hidey en Northumbrian) prend une tournure différente du thème magique du changement de forme, car ce dragon était en fait une belle princesse de Northumbrian. Après la mort du roi, son père, la belle-mère maléfique de la princesse devint reine à Bamburgh et transforma la jeune fille en dragon hideux. Mais la princesse avait un frère en Norvège, qui est retourné à Bamburgh et a ramené sa sœur à la forme humaine avec un seul baiser.

Beaucoup de légendes de Northumbrian ont un élément scandinave ou sont basées sur la mythologie nordique. Les bretelles de Northumbeland et de Durham étaient de proches cousins ​​de la baekhest, l’esprit de cheval méticuleux du folklore nordique et le fougère qui visitait des fermes éloignées la nuit pour protéger et faire des tâches ménagères pour la famille humaine endormie témoignent d’une ressemblance frappante avec le Tomte de Norvège et de Suède.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source: chroniclelive.co.uk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *