Le fantôme de Lumley : revenu de la tombe pour condamner ses meurtriers?

une histoire de fantômes très inhabituelle qui a provoqué un grand débat dans le groupe Facebook, Afterlife Answers a également exposé les limites du débat sur les fantômes.

Le sujet des fantômes et de la hantise , qui a conduit à des débats fascinants sur ce qu’ exactement un «fantôme» a été amené avec sa grande controverse d’opinion, Qu’est-ce qu’un fantôme? Pourrait-il s’agir d’une entité liée à la Terre, vouée à jamais à errer dans un lieu spécifique? Un fantôme pourrait-il être simplement un «esprit angélique», ou peut-être dans un but particulier?

L’une des plus grandes joies de toute recherche paranormale est de découvrir des récits historiques qui semblent défier toute explication rationnelle – en particulier (comme dans le cas du fameux «Lady in Black», fantôme de Cheltenham tiré d’un article précédent du PDN), lorsqu’il existe de multiples récits attestés et une masse. d’informations pour sauvegarder les histoires. Cela a piqué la tête de mon chercheur, car je connaissais plusieurs types d’histoires de fantômes dans lesquelles l’esprit semblait revenir pour un seul but. Bien que j’ai trouvé plusieurs formes fantomatiques correspondant à ce scénario particulier, une histoire en particulier est restée gravée dans ma mémoire.

L’histoire de Lumley Un cas très inhabituel

L’un des récits les plus étranges que j’ai rencontrés est un récit historique de l’activité paranormale du XVIIe siècle, connu sous le nom de «Lumley Ghost», ou parfois «The Chester Le Street Ghost». Bien que, à première vue, le conte ait l’air d’un drame fictif, ce récit était bien documenté à l’époque et relaté dans plusieurs livres au cours des années suivantes.

Lumley
Une carte du comté de Durham, au nord-est de l’Angleterre, imprimée en 1833.

Donc, revenons à l’année 1630 dans le comté anglais de Durham (en haut à droite de l’Angleterre) et dans un village appelé Lumley. John Walker vivait ici à cette époque. John était veuf et – à la grande consternation des villageois locaux – il partageait maintenant sa maison avec une parente beaucoup plus jeune, Anne Walker. Naturellement, les rumeurs circulaient largement, dans les allées et les auberges de Lumley, concernant la véritable nature de leur relation et, pour quelque raison que ce soit, il était de notoriété publique que Anne était tombée enceinte.

À ce stade, Mark Sharp – un mineur originaire du Lancashire (en haut à gauche de l’Angleterre) – entre en scène. Ami et collègue de John Walker, principal source de commérages chez Lumley, M. Sharp semble avoir acquis la réputation d’avoir une réputation de vie plus violente et criminelle. La femme enceinte, Anne Walker, a été envoyée chez une tante, tandis que le village retentissait de nombreux commérages sur son sort et son avenir. sans doute avec le cours futur de son âme éternelle. À un moment donné, Mark Sharp a rendu visite à la tante d’Anne et l’a convaincue que, sur l’ordre de John Walker, une maison familiale avait été située pour Anne, loin du quartier et loin des villageois curieux. Comme John était un Yeoman (un homme possédant une superficie considérable de terre, le rendant puissant localement et quelqu’un à respecter) et considéré comme étant de bonne qualité (mis à part les nombreuses langues de commérages dans le village de Lumley), la tante aida Anne à faire ses bagages et bientôt, Mark et Anne avaient quitté la région. Anne ne devait plus jamais être vue en vie.

Dessin de 1887 de Willington Mill, comté de Durham.

Au 19ème siècle, Willington Mill devint le premier moulin à maïs à vapeur dans le nord de l’Angleterre. Cependant, au 17ème siècle, il était connu comme un «moulin plus plein»; utilisé pour fabriquer et presser le tissu. C’est là que travaillait un ouvrier de chiffon appelé John Grime. Juste après minuit, un jour de 1630, John Grime quitta son lieu de travail à Willington Mill à minuit, à six milles environ de Lumley. Ce faisant, il rencontra l’apparition d’une jeune femme. Selon les récits historiques de cette affaire, comme indiqué dans « L’histoire et les antiquités du comté de Durham » de Robert Surtees:

«En hiver, un certain James / John Grime (comme on les appelle dans ce pays-là) qui était meunier et vivait à environ 3 km du lieu où vivait Walker, était une nuit seul très tard à l’usine, moudre le maïs; et vers 12 ou 1 heure du soir, il descendit l’escalier après avoir mis du maïs dans la trémie; les portes du moulin étant fermées, il y avait une femme au milieu du sol, la chevelure autour de la tête, pendante et tout sanglante, avec cinq grosses blessures à la tête. Il était très effrayé et émerveillé et commença à se bénir. et enfin, lui a demandé qui elle était et ce qu’elle voulait? A ce qu’elle a dit, je suis l’esprit d’une telle femme, qui vivait avec Walker et ayant eu un enfant avec lui, il a promis de m’envoyer dans un lieu privé, où je devrais bien être vu jusqu’à ce que je sois mis au lit, et bien encore; et alors je devrais revenir et garder sa maison. Et en conséquence, dit l’apparition, j’ai été renvoyé une nuit en retard avec un certain Mark Sharp, qui, sur une lande, a nommé un lieu connu du meunier, m’a tué avec une pioche, comme des hommes qui creusent des charbons ardents et m’ont donné ces cinq blessures et après avoir jeté mon corps dans une fosse de charbon très fort, et caché la pioche sous une banque; et ses chaussures et bas étant ensanglantés, il essaya de les laver; mais voyant que le sang ne sortait pas, il les cacha là. Et l’apparition a de plus indiqué au meunier qu’il devait être l’homme qui le révélerait, ou bien qu’elle devait encore apparaître et le hanter. et m’a donné ces cinq blessures, et après j’ai jeté mon corps dans une fosse de charbon, près de, et caché la pioche sous une banque; et ses chaussures et bas étant ensanglantés, il essaya de les laver; mais voyant que le sang ne sortait pas, il les cacha là. Et l’apparition a de plus indiqué au meunier qu’il devait être l’homme qui le révélerait, ou bien qu’elle devait encore apparaître et le hanter. et m’a donné ces cinq blessures, et après j’ai jeté mon corps dans une fosse de charbon, près de, et caché la pioche sous une banque; et ses chaussures et bas étant ensanglantés, il essaya de les laver; mais voyant que le sang ne sortait pas, il les cacha là. Et l’apparition a de plus indiqué au meunier qu’il devait être l’homme qui le révélerait, ou bien qu’elle devait encore apparaître et le hanter.

Ne sachant pas quoi faire ensuite et ne voulant pas contrarier John Walker, homme de pouvoir et d’autorité, John Grime décida de garder les choses pour lui. En conséquence, cela ne s’est pas très bien passé avec l’esprit inquiet d’Anne.

«Le meunier rentra chez lui très triste et lourd, mais ne dit pas un mot de ce qu’il avait vu, mais évita autant qu’il put de rester au moulin sans nuit, sans penser à rien, pensant ainsi pouvoir échapper à la réapparition de cette affreuse apparition. Mais malgré cela, une nuit où il commençait à faire noir, l’apparition le revit, et sembla très féroce et cruel et le menaça de lui dire que s’il ne révélait pas le meurtre, elle le poursuivrait et le hantait sans cesse; pourtant, malgré tout, il le cachait jusqu’à la veille de saint Thomas avant Noël; peu après le coucher du soleil, alors qu’elle se promenait dans son jardin, elle est apparue de nouveau, puis l’a tellement menacé et l’a effrayé qu’il a promis fidèlement de le révéler le lendemain matin.

Maintenant convenable, John Grime s’est directement adressé aux autorités pour lui raconter son histoire. En examinant son histoire, on découvrit le corps de la pauvre Anne à l’endroit même où l’esprit l’avait mentionné, ainsi que des vêtements ensanglantés appartenant à John Walker. Walker et Sharp ont été dûment arrêtés et, malgré leur ferme refus d’admettre le meurtre, ils ont rapidement été jugés. Une fois reconnus coupables, les deux hommes ont toujours refusé d’admettre toute forme de culpabilité, jusqu’au point où ils ont été rapidement exécutés via un nœud coulant.

D’une part, cela semble être un cas convaincant d’un esprit vengeur revenant de la mort pour condamner ses assassins et ce ne serait certainement pas le premier du genre. Cependant, pourrait-il y avoir d’autres raisons logiques? peut-être plus terrestre? Serait-ce un cas d’utilisation du paranormal pour couvrir un meurtre odieux? John Grimes a pu dire aux autorités où se trouvait exactement le corps d’Anne. Serait-ce parce qu’il a lui-même commis le meurtre et utilisé un conte surnaturel comme alibi parfait? Il faut tenir compte du fait qu’il s’agit des années 1630 – les récits de sorcellerie et d’occultisme étaient bien en vue. Il faut également prendre en compte que cette région spécifique de Durham était pleine d’histoires fantomatiques, transmises de génération en génération. On estime que les rumeurs selon lesquelles la terre serait hantée ou les malédictions remonteraient aux années 1400. Aussi, au fil des siècles – et un peu comme « Chinese Whispers » – certaines différences sont apparues dans l’histoire. Peut-être mal entendu, ou des mots mal prononcés, passionnants prononcés au cours de près de 400 ans, mais il faut néanmoins comprendre que ces variations existent, telles que le nom de famille exact d’Anne et l’année où ces prétendus événements sont supposés s’être produits. En effet, plusieurs rumeurs circulaient à l’époque sur les événements qui se déroulaient dans la salle d’audience, notamment deux histoires précises selon lesquelles le fantôme d’Anne s’était présenté directement devant le juge lui-même. Un autre témoin a affirmé avoir vu l’esprit d’un enfant se tenant sur les épaules de John Walker au tribunal. mais néanmoins, il faut comprendre que ces variations existent, telles que le nom de famille exact d’Anne et l’année où ces prétendus événements sont supposés s’être produits. En effet, plusieurs rumeurs circulaient à l’époque sur les événements qui se déroulaient dans la salle d’audience, notamment deux histoires précises selon lesquelles le fantôme d’Anne s’était présenté directement devant le juge lui-même. Un autre témoin a affirmé avoir vu l’esprit d’un enfant se tenant sur les épaules de John Walker au tribunal. mais néanmoins, il faut comprendre que ces variations existent, telles que le nom de famille exact d’Anne et l’année où ces prétendus événements sont supposés s’être produits. En effet, plusieurs rumeurs circulaient à l’époque sur les événements qui se déroulaient dans la salle d’audience, notamment deux histoires précises selon lesquelles le fantôme d’Anne s’était présenté directement devant le juge lui-même. Un autre témoin a affirmé avoir vu l’esprit d’un enfant se tenant sur les épaules de John Walker au tribunal.

Bien que certains doutes puissent peser sur John Grimes, il est également important de savoir qu’il y a eu davantage de déclarations d’activité paranormale à Willington Mill. Dans son livre de 1842,  » Récit authentique d’une visite à la maison hantée de Willington, près de Newcastle Upon Tyne « , Moses Aaron Richardson (1793 – 1871) donna de nombreux exemples d’activité fantomatique à l’intérieur du moulin, notamment plusieurs apparitions et des bruits épouvantables.

En effet, plusieurs rumeurs circulaient à l’époque sur les événements qui se déroulaient dans la salle d’audience, notamment deux histoires précises selon lesquelles le fantôme d’Anne s’était présenté directement devant le juge lui-même. Un autre témoin a affirmé avoir vu l’esprit d’un enfant se tenant sur les épaules de John Walker au tribunal.

En dépit de nombreux récits distincts de la triste disparition d’Anne, il reste encore beaucoup de place à la spéculation. La seule certitude est que l’histoire elle-même ornerait facilement les pages de tout roman de fiction paranormal.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

RÉFÉRENCES D’IMAGES:

Cartes et imprimés anciens: https://www.antiquemapsandprints.com/antique-county-map-of-durham-by-archibald-fullarton-c1833-old-380244-p.asp

Collections spéciales, Université de Newcastle: https://blogs.ncl.ac.uk/speccoll/2016/10/26/the-haunted-house-at-willington/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *