David Bray : chercheur en paranormal dévoile la vérité sur la «chasse aux fantômes» et les émissions tv

Dans un monde surpeuplé de personnes qui tentent de découvrir la vérité derrière l’existence d’entités paranormales, il devient souvent déconcertant pour le grand public de déduire ce qui est en réalité, et ce qui est une fiction.

Avec des émissions telles que «Ghost Hunters» et «Ghost Adventures», la seule connaissance du domaine par les gens ne peut provenir que de médias sensationnalistes visant à faire de la pratique une sorte de film d’action plutôt qu’une étude scientifique.

Toutefois, selon David Bray, cofondateur et enquêteur principal de la Eastern Connecticut Paranormal Society , ceci est plus éloigné de la réalité des enquêtes paranormales actuelles.

«Si je prends une photo et que je dis« oh, il y a un fantôme dans la photo »; Eh bien, parce que nous n’avons aucune définition scientifique de ce qu’est un fantôme, ou de quoi il est fait, je ne peux en fait pas dire que c’est un fantôme sur la photo », a déclaré Bray.

«Il ne s’agit pas du plaisir de recueillir des preuves. Il s’agit d’aider les gens », a ajouté Bray.

Bray a aidé à fonder ECPS en 2015 lorsqu’il a rencontré son collègue Chris O’Connor, chercheur en paranormal.

O’Connor, qui est un médium psychique, a convaincu Bray de travailler ensemble, même si Bray n’avait jamais mené d’enquêtes paranormales formelles. «J’étais très sceptique à l’entrée et il m’a tellement impressionné que nous avons décidé de former un groupe», a déclaré Bray.

Au cours des quatre dernières années, le duo de Bray et O’Connor, ainsi qu’une équipe d’autres enquêteurs paranormaux, ont mené des enquêtes paranormales dans toute la Nouvelle-Angleterre et les ont conduites dans des sites tels que le Enfield Demon House et le Barnes Museum de Southington. .

Selon Bray, l’équipe effectue environ 50 enquêtes par an, ce qui n’inclut pas les réunions avec des clients potentiels, ni le flux d’appels téléphoniques et de courriels que l’équipe reçoit quotidiennement.

«En réalité, nous en faisons davantage dans le but de démystifier et de réfuter l’activité paranormale», a déclaré Bray. « Ce n’est qu’une des choses pour lesquelles nous voulons éviter de nous retrouver dans la même catégorie que d’autres équipes paranormales. »

Bray déclare que son équipe utilise les mêmes outils que les enquêteurs paranormaux à la télévision. Cependant, ECPS les utilise comme un moyen d’aider leurs recherches. En outre, l’équipe se félicite de l’examen scientifique de leurs travaux, travaillant souvent avec des dermatologues et des anthropologues pour clarifier leurs conclusions.

Lorsqu’il a discuté de l’ampleur de leur travail, Bray a expliqué que le terme paranormal ne se limitait pas nécessairement aux fantômes; le terme peut également s’appliquer aux figures cryptozoologiques, à la magie noire et aux démons, avec lesquels ils ont eu une expérience pratique.

« J’ai essayé de développer un système de communication avec tout ce qui frappait [au mur] », a déclaré Bray lors d’une discussion sur la communication avec une entité démoniaque au cours d’une enquête. « Vous parlez essentiellement dans les airs et lorsque vous dites » frapper deux fois pour oui « et poser une question, puis entendre deux coups violents, vous pouvez quasiment tenir une conversation avec tout ce qui frappe au mur. »

Bray a réalisé son talent dans le domaine de l’investigation paranormale à un jeune âge, affirmant avoir la connaissance de choses qui lui étaient inconnues auparavant. Adolescent, Bray explorait des sites abandonnés et des cimetières hantés, ce qui ne faisait que renforcer son intérêt pour le paranormal.

Bray finirait par découvrir qu’il était un empathe psychique. une personne capable de ressentir de l’énergie et de l’interpréter.

«Au lieu de voir, les empathes psychiques ressentent l’énergie des personnes, des lieux et des objets», a déclaré Bray. « Ils prennent ensuite cette information et l’interprètent comme une forme de connaissance qu’ils ne connaissaient pas auparavant. »

Comme l’explique Bray, la plupart de ces expériences sont subjectives, mais constituent néanmoins des qualités importantes dans le domaine de la recherche sur le paranormal. Cependant, Bray admet que beaucoup de gens prétendent être des empathes psychiques bien qu’ils ne comprennent pas pleinement l’essence de la pratique.

«C’est comme le mouvement new age. Tout le monde prétend être un empathe », a déclaré Bray.

Être un empathe a permis à Bray d’avoir un aperçu inégalé des enquêtes, allant même jusqu’à ressentir la douleur exacte de ce que le client a pu ressentir.

«Chaque fois que je marchais dans la cuisine, je ressentais des douleurs vives et violentes au côté gauche de ma tête», a déclaré Bray au sujet d’une enquête privée menée par ECPS. «Je suis ensuite passé par les étapes logiques consistant à retirer de la caféine ou juste à être fatigué, [mais] chaque fois que je quittais la cuisine, cela disparaissait».

«À la fin de l’affaire, nous avons découvert que la mère du client était décédée d’une overdose d’héroïne dans la cuisine. Elle est tombée et s’est fracturée le côté gauche de la tête en s’ouvrant sur le comptoir.

Malgré le glamour et le battage médiatique entourant le paranormal, Bray continue de rester ancré dans le réalisme, travaillant selon la déclaration de mission d’ECPS: « trouver la vérité ».

Bray croit que son travail ne consiste pas à mettre en scène un débat religion / science, mais plutôt à fusionner les mondes de la science et de la parascience afin de découvrir des choses dépassant notre compréhension actuelle.

De plus, Bray note les dangers du terrain, en particulier le poids que ce matériau a pour les personnes souffrant de maladie mentale.

«Nous avons eu beaucoup de cas dans lesquels nous avons discrédité l’activité paranormale et l’avons attribuée à un problème psychiatrique, qui a ensuite été considéré comme un diagnostic par un psychiatre», a déclaré Bray.

«Si nous y allons et que nous disons que votre activité paranormale est effectivement paranormale, et que vous avez des problèmes médicaux, non seulement nous pourrions être tenus pour responsables de négligence, mais nous permettons à cette maladie mentale de vous rendre plus grave encore, et non portion. »

Se sentir inspiré? ECPS organise des conférences sur la démonologie et l’année paranormale afin d’aider à mieux éduquer le public sur ce qui dépasse exactement le mince voile de notre réalité.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source et crédits : CTPOST

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *