J’ai travaillé sur une émission de télé-réalité paranormale, mais ce que filmé m’a vraiment terrifié

Nous sommes tous passés par là: vous surfez sur les chaînes un samedi après-midi paresseux lorsque vous arrivez soudainement sur une scène de vision nocturne verte mettant en vedette un groupe de chasseurs de fantômes. Mais qu’est-ce qui est réel, et qu’est-ce qui se cache derrière la télé?

Eh bien, après avoir réservé une place dans l’une de ces émissions de télé-réalité paranormales, j’ai eu ma réponse.

Vous connaissez les émissions dont je parle. La télévision est actuellement inondée de séries mettant en vedette des gens ordinaires partageant leurs rencontres supposées surnaturelles ou des enquêteurs campant dans un lieu hanté dans l’espoir de capturer finalement quelque chose de irréversiblement réel devant la caméra.

Il y a plusieurs mois, alors que je parcourais un site de casting, j’ai trouvé un appel aux acteurs pour reconstituer une rencontre paranormale. J’ai déjà fait quelques travaux d’acteur auparavant, mais rien de tel. Pourtant, je me suis dit, pourquoi ne pas tenter le coup? J’ai donc envoyé mes photos et ma bande d’acteur. Dans l’ensemble, c’est un processus relativement indolore. J’ai un peu échangé des courriels et discuté au téléphone à quelques reprises avec les directeurs de casting, et comme ils filmaient les reconstitutions sans lignes, je n’avais pas besoin d’auditionner – ma bobine était suffisante. En un mois, j’ai été confirmé pour un concert sur un réseau bien connu pour l’une des émissions de télé-réalité paranormales les plus anciennes de la télévision.

J’étais fière de moi, car je suis depuis longtemps fan de ce type de spectacles. En grandissant, ma grand-mère m’a élevé avec une bonne dose de «Mystères non résolus» et d’une radio de minuit. Ajoutez à cela le fait que la maison de mon enfance se trouvait sur le terrain d’un ancien asile pour malades mentaux et que vous disposiez des ingrédients parfaits pour créer un fanatique paranormal.

Bien que la validité de ce qui se passe sur certaines de ces émissions soit quelque peu discutable (pour le moins qu’on puisse dire), elles sont indéniablement divertissantes. Et, bien sûr, ils peuvent même parfois être un peu hokey, mais je les aime toujours. Ils sont également une mine d’or pour les réseaux et, à leur tour, dirigent toute une industrie de la fanfare et des conventions paranormales.

Bien que j’étais enthousiaste à l’idée de jouer mon rôle, quand je parle de fantômes, je me considère comme un «croyant sceptique». Aussi ouvert que je sois au royaume du surnaturel et de ce qui peut se trouver de l’autre côté, je suis très ancré dans mon esprit. croyances. Je n’entendrai jamais un plancher qui craque et saute immédiatement à la conclusion que cela a été causé par Casper et ses copains.

Je veux voir des preuves convaincantes.

Mais je suis aussi ouvert à l’idée que certaines choses échappent à notre compréhension.

Le jour du tournage, je me suis rendu en voiture à l’endroit où le spectacle était tourné dans le nord de l’État de New York. Je pensais que je me dirigeais vers une «maison hantée» ou un poste de télévision, mais mon GPS m’a dirigé vers une longue allée de gravier flanquée de quenouilles envahies par la végétation. En descendant l’étroite allée, une ferme décrépite avec des plaques de parement vieilli et des garnitures écaillées est apparue.

Quand j’ai jeté les yeux sur cette étrange structure de deux étages, je me suis dit, ah oui, quelle brillante conception de la production. Mais peu je savais, ce n’était pas réglé. La production filmait les segments de reconstitution à la maison réelle présentée dans le spectacle.

La « vraie » maison hantée.

En entrant dans le tournage, les producteurs ont révélé le titre de la série assez tôt. J’avais entendu parler de l’émission, mais cela faisait longtemps que je ne la regardais pas. Pourtant, je n’avais pas réalisé que ce programme particulier avait filmé les reconstitutions aux endroits où les événements avaient réellement eu lieu.

Et bien que je sois prêt pour mes scènes, je n’étais pas prêt pour ce que je rencontrerais dans cette maison ce jour-là.

Plusieurs enfants seraient décédés sur les lieux après avoir subi divers accidents. Comme si ce n’était pas assez sombre, une future mère s’était pendue à un arbre dans la cour et un présumé tueur en série aurait déjà habité une fois à la maison.

Quand je suis arrivé, un des producteurs de l’émission m’a salué rapidement et m’a conduit à une tente dans la cour avant où les acteurs et l’équipe pourraient camper entre les prises. Là-bas, j’ai rencontré les propriétaires et ils ont partagé un peu de l’histoire riche et profondément troublante de la propriété, ainsi que quelques-unes de leurs expériences paranormales personnelles.

Plusieurs enfants seraient décédés sur les lieux après avoir subi divers accidents. Comme si ce n’était pas assez sombre, une future mère s’était pendue à un arbre dans la cour et un présumé tueur en série aurait déjà habité une fois à la maison.

Près d’une douzaine de corps ont été exhumés dans la seule arrière-cour. Cependant, on ne sait pas exactement combien d’âmes prétendent que le marais environnant est leur dernier lieu de repos.

Les habitants de la maison disent avoir vu des ombres inexpliquées et entendu des voix désincarnées et même des grognements. Ils prétendent qu’un esprit en colère qui vit au deuxième étage de la maison a également clairement révélé sa présence.

Le prêtre de la famille, présent lors du tournage de ce jour-là, a rappelé le moment où une force invisible l’a assailli dans l’escalier à l’intérieur de la maison et lui a laissé une égratignure au bras.

Comme nous étions en train de filmer à l’endroit même où l’entité lui aurait fait du mal, il a exprimé sa préoccupation pour le casting et l’équipe qui tiraient à l’intérieur de la maison. Mais c’est ce conseil qu’il nous a donné qui m’a fait froid dans le dos: assurez-vous que rien ne vous suit à la maison.

Il a expliqué qu’il est courant qu’un esprit conduise quelqu’un à partir d’un site hanté. En gros, vous leur avez rendu visite chez eux, alors c’est à leur tour de rendre visite à la vôtre.

Je ne voulais pas faire l’expérience de cela et aucun des autres acteurs ou membres de l’équipe. Le prêtre a affirmé que pour éviter qu’un esprit ne vous suive, il vous suffisait de parler à voix haute comme: «S’il y a quelque chose qui me suit, vous n’êtes pas le bienvenu ici. Va-t-en. »La tactique avait apparemment fonctionné pour lui – ou du moins, il l’avait dit – donc je me suis dit que j’essaierais quand je serai parti. Je veux dire, mieux vaut prévenir que guérir, non?

Mes scènes ne se sont déroulées qu’après le déjeuner, alors que tout le monde était en train de filmer, je me suis promené dehors et j’ai décidé d’explorer la grange qui était adjacente à la maison.

En entrant dans la structure vide, j’ai entendu ce qui ressemblait à une personne marchant sur le toit en tôle de la grange. 

Je me suis précipité dehors pour voir s’il y avait quelqu’un sur le toit, mais je n’ai vu personne. Il aurait été impossible de grimper au sommet de la grange sans une échelle – et il n’y en avait pas – et en plus, tout le monde était à l’intérieur de la maison en train de filmer une scène.

J’étais épouvantée – surtout si je me demandais pourquoi j’étais sur la propriété au départ, mais je n’étais pas convaincue non plus que ce que j’avais entendu était vraiment un pas.

Je suis retourné à la tente de production et les propriétaires m’ont rejoint peu de temps après. Ils m’ont montré leur boîte à spiritueux, une pièce d’équipement de chasse aux fantômes qui ressemble à une radio. La boîte à esprit prend soi-disant des fréquences qui ne peuvent pas être entendues par l’oreille humaine et les rend audibles, et certains chercheurs paranormaux prétendent que cela leur permet de communiquer avec les morts. Les propriétaires ont ensuite demandé à la boîte s’il y avait des esprits présents. Presque immédiatement, une voix robotique répondit: « Oui. »

Lorsqu’ils ont demandé à l’entité de révéler son emplacement, la boîte a déclaré: «Dans la grange». 

Mon coeur a immédiatement sauté un battement.

Un des propriétaires m’a alors dit qu’ils croyaient qu’un «esprit amical» vivait dans la grange. Ils l’appelaient « homme d’étain », comme on l’entendait souvent marcher sur le toit en tôle de la grange.

Ma mâchoire a chuté. Les pas que je venais d’entendre appartenaient-ils à l’homme d’étain? Je n’avais aucun moyen d’être sûr, alors j’ai décidé de le garder pour moi. Mais avant même que je puisse complètement assimiler mes pensées, le directeur m’a dit qu’il était temps de se mettre en costume.

Aronson peu après avoir revêtu son costume d'esprit menaçant dans sa voiture.
Aronson peu après avoir revêtu son costume d’esprit menaçant dans sa voiture.

On m’a présenté une armoire essentiellement noire composée d’un jean foncé, d’une chemise de travail et d’un fedora, et j’ai rapidement changé de voiture (ah, le monde glamour de la télévision).

Je ne savais pas grand chose de mon rôle ni de ce que je ferais – on m’avait seulement dit que je jouerais un esprit menaçant pour les segments de la reconstitution. Je n’avais pas reçu de script à l’avance car je n’avais aucune ligne à mémoriser et on m’a dit que mon blocage m’expliquerait sur le plateau. Je ne savais même pas à quel esprit je voulais jouer, mais lorsque je suis retourné à la tente, les propriétaires ont vu mon fedora et ont immédiatement su. 

« Oh, tu joues lui . »

« Lui? » Ai-je demandé à contrecœur.

Ils m’ont parlé de l’esprit de l’homme qui occuperait soi-disant le dernier étage de la maison. Ils ont affirmé qu’il était de loin l’esprit le plus sombre qui réside dans la maison et ils l’ont cru comme étant celui qui avait attaqué le prêtre dans les escaliers. Il aurait également attaqué un autre visiteur de la maison en lui jetant une lourde cannette de nourriture sur la tête.

Génial. Je jouais l’homme qui s’est révélé être le plus mauvais esprit de la maison – et sur son propre terrain, pas moins.

Après que les propriétaires m’aient révélé cette information, les autres membres de la distribution et de l’équipe sont sortis pour le déjeuner. Pendant que nous mangions, quelque chose a attiré mon attention sur le deuxième étage de la maison: j’ai soudainement remarqué qu’un rideau dans une fenêtre commençait à bouger comme si quelqu’un le retirait lentement. J’ai tout de suite trouvé cela inhabituel car, autant que je sache, il n’y avait personne à l’étage et la journée d’été était particulièrement calme.

J’ai continué à regarder attentivement le rideau lorsqu’un membre de l’équipe a remarqué mon regard. Elle a demandé s’il y avait quelqu’un là-haut et le directeur a confirmé que tout le monde était à l’extérieur. Quelqu’un a demandé si un ventilateur courait dans cette pièce, mais en raison du silence nécessaire au tournage, tous les fans de la maison avaient été fermés.

Un des propriétaires a noté que c’était probablement lui . Et avant que quiconque puisse dire un mot, le rideau se retira une fois de plus et un visage macabre nous regarda directement.

« Le voici », dit-elle avec une grande franchise. Elle avait vécu à la maison la plus grande partie de sa vie, alors elle a prétendu avoir grandi avec ce genre d’activité et, pour elle, c’était presque banal. Moi, d’autre part, je tremblais complètement à ce stade.

Le rideau se remit en place et il partit dès son apparition. Je ne pouvais pas croire ce que je venais d’assister.

Je viens de voir un fantôme. Ou du moins ce que je crois être un fantôme. Et il a semblé me ​​regarder.

Mon pouls s’emballait. L’entité n’était visible que pendant une seconde, et vous auriez dû vous concentrer sur la fenêtre au bon moment pour la voir, mais j’étais certain que quelqu’un avait regardé par cette fenêtre. Je ne pouvais pas quitter les yeux de l’endroit où je venais de voir son visage. Plusieurs autres personnes présentes ont également affirmé l’avoir vu – ou quelque chose – de la fenêtre, et le propriétaire semblait presque un peu excité d’avoir décidé de faire une petite apparition.

J’étais moins qu’enthousiaste.

J’ai immédiatement essayé de trouver un moyen d’expliquer ce que j’avais vu. Je me demandais si cela aurait pu être un reflet, mais le contour était si distinct et le mouvement du rideau était très évident. Tout s’était passé d’une manière qui rendait difficile la rationalisation – ou le discrédit.

Je savais que je tournais au moins certaines de mes scènes dans la maison et qu’après avoir entendu toutes les histoires et avoir vécu ce que je venais de vivre, je ne voulais vraiment pas y aller. Mais j’avais déjà signé un contrat, tout le monde était prêt à tirer et je ne pouvais pas revenir en arrière à ce moment-là. De plus, l’équipe avait filmé toute la matinée à l’intérieur et rien ne s’était passé, donc j’espérais que tout irait bien.

Le réalisateur, qui n’a pas vu l’homme dans la fenêtre ou n’a pas beaucoup de temps pour assister à l’observation, a commencé à organiser l’équipe pour photographier ma scène à venir. Avant que je le sache, il était temps de rentrer à l’intérieur.

En rentrant chez moi tard dans la nuit, je me suis retrouvé à vérifier continuellement mon rétroviseur pour m’assurer qu’il n’y avait rien – ou personne – sur ma banquette arrière. Mon esprit s’emballa lorsque je repassai ce qui s’était passé et je fus légitimement effrayé par ce que j’avais vécu ce jour-là.

Mon estomac a commencé à se retourner lorsque je suis entré dans la maison pour la première fois. De vieilles photos bordaient les murs lambrissés. La température était brûlante et les lampes de production n’aidaient pas non plus. Même s’il s’agissait d’une journée ensoleillée et ensoleillée, l’intérieur était étrangement sombre.

Je montai lentement les escaliers et me dirigeai vers le grenier du deuxième étage où je fixai immédiatement les yeux sur le rideau que je l’avais vu – ou quelque chose d’autre – scrutant les instants précédents.

Lorsque le réalisateur et l’équipe de tournage ont examiné les scénarimages, je ne pouvais pas m’empêcher de penser que j’étais regardé.

Une poupée effrayante était assise dans un coin et je ne pouvais pas dire ce qui appartenait à la maison ni ce qui était un accessoire que l’équipe avait traîné pour mettre en scène la scène. En fin de compte, tout était original à la maison et je me sentais sérieusement mal à l’aise dans cette pièce du deuxième étage.

Nous avons passé ce qui semblait être des heures à l’étage mais nous n’avons filmé qu’une scène là-bas. Le reste de mes scènes était dans d’autres parties de la maison et à l’extérieur. Inutile de dire que j’étais heureux quand nous avons fini de filmer à l’étage et que je pouvais enfin quitter cette pièce.

Lorsque le directeur m’a appelé, j’ai immédiatement sauté dans ma voiture et je suis parti. En me rappelant le conseil du prêtre, j’ai parlé à voix haute: «Si quelque chose me suit chez moi, vous n’êtes pas le bienvenu», alors que je m’éloignais de la propriété. Je n’étais pas convaincu qu’il ferait quoi que ce soit – ou qu’il y avait même tout ce qui devait être fait – mais je ne voulais pas me réveiller et de trouver le debout au pied de mon lit.

En rentrant chez moi tard dans la nuit, je me suis retrouvé à vérifier continuellement mon rétroviseur pour m’assurer qu’il n’y avait rien – ou personne – sur ma banquette arrière. Mon esprit s’emballa lorsque je repassai ce qui s’était passé dans la grange et ce que je vis dans la fenêtre du deuxième étage. J’étais légitimement effrayé par ce que j’avais vécu ce jour-là. Même si j’écris à propos de mon expérience, l’adrénaline me pousse dans les veines.

Certains pourraient penser que mon expérience m’empêcherait d’envisager de nouvelles aventures paranormales, mais ce jour-là, cela n’a fait qu’ajouter à ma curiosité pour le surnaturel. Aussi paniqué que je fusse, je suis maintenant autant, sinon plus, intrigué.

Avant de réaliser le projet, je me suis toujours demandé si les «vraies maisons hantées» de ces émissions de téléréalité étaient réellement réelles. Ce que j’ai appris, c’est que l’expérience peut vraiment façonner la perspective. Est-ce l’environnement avec lequel j’ai interagi et les histoires que j’ai racontées pendant le tournage qui m’ont amené à entendre et à voir certaines choses? Peut être. Mais après ma journée dans cette maison, je crois que ce que j’ai vécu ne peut pas être facilement démystifié.

Reste que ce qui rend tant d’émissions – et ce type d’expériences en général – est si frustrant qu’il n’ya pas d’arme à fumer qui prouve jamais pleinement l’existence du paranormal. Je me retrouve à repasser ce jour-là encore et encore dans l’espoir de trouver un moyen d’expliquer ce qui s’est passé ou, peut-être, de me convaincre enfin et sincèrement que j’ai vraiment vu un fantôme ce jour-là.

Je comprends tout à fait que si d’autres personnes ne croient pas au surnaturel, et je suis sûr que certaines personnes qui lisent ceci sont déjà à la recherche de moyens de percer dans mon histoire, et c’est tout à fait correct. C’est difficile pour moi même d’y croire, et j’étais là. En fin de compte, j’espère que les gens accepteront de garder l’esprit ouvert, car il y a tellement de choses dans ce monde – et au-delà – que nous ne pouvons pas expliquer. Et jusqu’à ce que nous puissions le faire, je vais continuer à me poser des questions et à chercher des explications chaque fois que je peux les trouver.

Alex Aronson est un junkie de la culture pop et un écrivain de divertissement. Son travail a paru dans Esquire, Cosmopolitan, Good Housekeeping, Redbook et plus. Il est également producteur numérique et ancien animateur de «The Graveyard» d’Airtime. Vous pouvez le trouver sur  Instagram  et  Twitter .

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source et crédits : HUFFINGTONPOST

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *