L’histoire effrayante derrière le phare Gibraltar Point de Toronto

Servant de signal marin sur les Grands Lacs depuis 1808, le phare de Gibraltar Point à Toronto est le lieu d’un mystère non résolu.

Situé à la pointe sud-ouest des îles de Toronto, ce phare est construit en calcaire et en forme d’hexagone. Au Canada, seuls 2 autres phares sont construits sur une base hexagonale.

La tour originale construite en 1808 mesurait 52 pieds de haut et était équipée d’une lampe blanche à l’arrêt. En 1932, la tour a été construite jusqu’à une hauteur de 22 mètres et un feu blanc tournant a été installé, alimenté au pétrole puis au charbon.

Lorsque le phare a été raccordé à l’électricité en 1916, un feu à éclat électrique a été installé. En 1958, le phare a été placé sur une tour en acier et le phare a été confié au service des parcs métropolitains de Toronto. Rénové en 1961, le phare est une attraction touristique favorite de l’île de Toronto.

Meurtre au phare de Gibraltar Point

John Paul Rademuller, le premier gardien de phare, était connu pour brasser sa propre bière en utilisant la recette de son Allemagne natale et de nombreux soldats de Fort York traverseraient le port pendant leurs heures de repos pour prendre un verre au phare de Gibraltar Point. .

Rademuller était bien connu en tant que bootlegger et il était soupçonné d’avoir fait passer en contrebande du whisky en provenance des États-Unis. Malheureusement, sa bière a été la cause de son décès.

Il a été assassiné le 2 janvier 1815 et on pense que Rademuller a été tué par trois soldats ivres qui s’étaient rendus à Fort York pour aller chercher de la bière.

On raconte que Rademuller a refusé de servir de la bière aux soldats. Ils l’ont donc battu et traîné jusqu’au sommet du phare. Puis ils l’ont jeté du rebord. Les soldats ont coupé son corps en morceaux et l’ont enterré à plusieurs endroits le long de l’île.

Près de quatre-vingts ans plus tard, le gardien de phare, George Durnan, a découvert des morceaux de cercueil enfouis dans le sable sur l’île de Toronto, ainsi qu’une partie d’une mâchoire humaine. L’île de Toronto étant également un lieu de sépulture pour les peuples autochtones, il n’a pas été prouvé que l’os de la mâchoire appartienne à John Paul Rademuller.

Le phare de Gibraltar Point de nos jours

La hantise du phare de Gibraltar Point

Les visiteurs du phare ont vu apparaître un homme errant dans les jardins comme s’il cherchait quelque chose. On pense que c’est Rademuller qui cherche ses membres.

Certaines nuits, il y a des bruits de brume gémissante et inexpliquée. Dans la tour du phare de Gibraltar Point, des bruits sourds ou des échos étranges ont été entendus.

Il existe des récits d’observations d’orbes et de bruits de pieds qui montent les escaliers et le bruit de quelque chose qui est traîné.

Article traduit par DAmien pour preuves du paranormal

Source et crédits : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *