Les démons de Doris Bither

Il n’y a pas beaucoup de détails sur les premières années de Doris Bither. Ce que l’on sait, c’est que Doris est née dans une famille de la classe moyenne supérieure qui a déménagé en Californie lorsque Doris avait 10 ans. Sa vie semble avoir été remplie de mauvais traitements dès le début, d’abord par la famille, puis par une série de relations abusives.

Elle a eu quatre enfants de quatre pères différents et tellement de petits amis qu’un de ses fils a dit qu’il avait perdu le compte du nombre. Doris était également alcoolique et souffrait d’une grave dépression, deux conditions pour lesquelles elle a refusé de se faire soigner.

C’est avec cela en toile de fond que les événements terrifiants se sont déroulés. Pourtant, dans la trentaine, Doris, une mère célibataire, vivait dans une petite maison au 11547 Braddock Drive à Culver City, en Californie. Ses quatre enfants, une fille et trois fils vivaient avec elle à la maison et ont été témoins de nombreux événements paranormaux.

Ce fut une rencontre accidentelle dans une librairie locale qui allait finalement apporter l’histoire au public. Doris Bither a entendu une conversation entre deux hommes confrontés à des phénomènes paranormaux.

Doris s’est approchée des hommes et leur a dit que sa maison était hantée et qu’elle avait besoin d’aide. Les hommes étaient sceptiques, probablement parce qu’elle était ivre, mais ont finalement décidé d’enquêter sur les allégations de la femme.

Les hommes étaient le Dr Barry Taff et Kerry Gaynor, tous deux de l’UCLA. Le Dr Taff visitera pour la première fois la maison Bither le 22 août 1974 et qualifiera les conditions de vie de misérables. La maison était pleine de déchets et la puanteur nauséabonde qui l’accompagnait.

La détérioration de la santé mentale de Doris Bither l’a empêchée de jouer son rôle de mère et a rendu sa famille totalement dysfonctionnelle. Le Dr Taff a immédiatement observé une tension intense à la maison qui semblait se concentrer sur la relation entre Doris et ses fils, en particulier son fils aîné qui avait 16 ans à l’époque.

Il semblerait que l’histoire aurait pu être ignorée comme les fantasmes effrayants d’une femme malade et délirante, mais le Dr Taff et ses associés estimaient qu’il y avait plus dans l’affaire que la maladie mentale et la dépendance à l’alcool.

Selon la famille Bither, il y avait quatre spectres dans la maison. L’un d’eux est apparu comme le fantôme d’un vieil homme et semblait inoffensif. Les enfants l’ont surnommé «M. Dont-il» et ont cru que c’était le fantôme de leur grand-père.

Les trois autres étaient cependant loin d’être inoffensifs. Les trois entités ont été violentes et ont agressé physiquement les membres de la famille. C’est Doris qui a subi le plus gros des attaques et a affirmé qu’elle avait été agressée et violée à plusieurs reprises par l’un des êtres.

Le Dr Taff et d’autres enquêteurs ont bien sûr trouvé cela difficile, voire impossible à croire, mais bientôt l’observation et les preuves les amèneraient à reconsidérer. Le Dr Taff a visité la maison Bither sur une période de deux à trois mois et a observé une grande partie de l’activité paranormale que la famille a revendiquée pour lui-même.

À un moment donné, le Dr Taff a réuni un groupe d’une vingtaine d’enquêteurs au domicile. Le groupe comprenait également des photographes professionnels et des opérateurs de caméras avec le meilleur équipement disponible. Le groupe s’est alors serré la main et leur équipement dans la minuscule chambre de Doris Bither et a attendu que l’entité fasse une apparition.

Doris Bither avec un arc lumineux au-dessus.
Doris Bither avec un arc lumineux au-dessus.

Après quelques minutes et rien ne semblait se passer, le Dr Taff a convaincu Doris de crier des insultes contre l’entité dans le but de les exaspérer et de faire commencer l’activité paranormale. L’idée n’a peut-être pas été bien pensée, mais elle a fonctionné.

Avec des caméras à grande vitesse roulant et des caméras fixes prêtes, une brume verte a commencé à se former dans la pièce, gagnant en densité au fil des secondes, puis, une forme a commencé à apparaître dans la brume.

Au début, l’image était faible, mais alors que la brume verte continuait à se rassembler, ceux dans la pièce pouvaient clairement voir ce qui semblait être un torse humain.

Le groupe n’a observé ni tête ni jambes, juste un torse qui semblait très musclé à mesure qu’il devenait plus visible. Lorsque le film des nombreuses caméras a été développé, comme cela arrive souvent, rien n’a été vu, à l’exception des images fixes qui montraient une étrange lumière d’arc au-dessus de la tête de Doris.

11547 Braddock Drive
11547 Braddock Drive

Les preuves d’une activité paranormale dans le cas de Doris Bither sont assez nombreuses malgré la nature extrême des allégations. Tous les membres de la famille ont vu les apparitions ainsi que bon nombre des enquêteurs de l’affaire.

Comme l’a dit Brian Harris, le fils du milieu de Doris, âgé de 13 ans en 1974, «la maison semblait juste s’animer». à toute heure du jour et de la nuit Quant à l’aspect le plus horrible de l’affaire Bither, le viol spectral de Doris, il semble être vrai.

Bien que personne n’ait jamais vu une entité visible violer Doris, des témoins l’ont vue être frappée et jetée par des mains invisibles. Doris a également subi les blessures fréquemment observées chez les victimes de viol, notamment des ecchymoses à l’intérieur des cuisses.

Doris a finalement réussi à réunir suffisamment d’argent pour quitter la maison sur Braddock Drive. Malheureusement, ses démons l’ont suivie partout où elle allait et elle a continué à rapporter avoir été violée par ce que l’on aurait appelé dans le passé un incubus.

Aucune activité paranormale n’a été signalée au domicile de Braddock Drive par les nouveaux locataires. Doris Bither est décédée d’une insuffisance pulmonaire en 1995. Repose en paix Doris.

Comme je suis de bonne humeur, j’ai ajouté des vidéos pour vous :

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *