Expériences de la vie après la mort : Le témoignage de Gerard Sybers

De nombreuses personnes affirment avoir vécu des expériences de mort imminente. C’est l’histoire d’un homme qui a survécu à un camp de prisonniers de la Seconde Guerre mondiale alors qu’il n’était enfant que pour «se mettre à plat» au cours des dernières années.

Gerard Sybers est une personne ordinaire (sa propre description) qui aime la vie et les nombreuses activités dans lesquelles il est impliqué. Mais il diffère de la plupart des gens par le fait qu’il a «vu le ciel» lors d’une expérience de mort imminente.

Sybers est né le 8 septembre 1936 à Bandung, aujourd’hui Indonésie, Indes néerlandaises. La famille a déménagé à Sumatra en 1940 parce que le père de Gerard était un fonctionnaire du gouvernement dont le poste l’obligeait à déménager, et pendant qu’ils y étaient emprisonnés par les Japonais.

Gerard a souffert d’un souffle cardiaque d’être interné et plus tard, à l’âge de neuf ans, a été diagnostiqué avec la fièvre de Blackwater, une forme de paludisme malin dont très peu se sont rétablis.

En 1991, Sybers a également été diagnostiqué avec un mélanome malin sur la tête qui a été retiré avec succès, mais il ne lui a été donné que six mois à vivre.

Ayant échappé à la mort à deux reprises, il a estimé qu’il était un homme exceptionnellement chanceux. Il avait épousé sa bien-aimée Elly et ils avaient une famille de quatre enfants et vivaient une vie heureuse.

Gerard Sybers et son épouse Elly.
Gerard Sybers et son épouse Elly.

Expérience de mort imminente

Le 20 décembre 1993, Gérard Sybers reprenait sa routine habituelle quand il tomba soudainement malade l’après-midi. Il savait qu’il était en train de mourir (Sybers dit qu’il n’est «pas facile de mourir») et il a prié pour que Dieu prenne son âme.

Il souffrait d’une douleur atroce et avait peur et sa femme a appelé le 911 immédiatement. Les ambulanciers sont venus et ont essayé de le réanimer. À l’hôpital, on lui a donné des médicaments auxquels il était allergique et il a subi un choc anaphylactique, avalant sa langue.

Il a de nouveau prié Dieu et en quelques secondes il a «vu» trois anges qui l’ont pris dans leurs mains et l’ont porté.

«La chose suivante, j’ai remarqué que je me suis retrouvé en présence de trois êtres célestes, dans de longues robes blanches fluides, qui m’ont porté avec précaution sur leurs mains. Je n’ai cependant pas pu distinguer leurs visages, car ils m’ont doucement emporté ».

Sybers dit que les anges ne parlaient pas mais que la communication était instantanée par quelque chose comme la télépathie. Il a demandé où ils l’emmenaient et a reçu la réponse «à la ville du Grand Roi».

ange

«Ils m’ont traité avec beaucoup de respect comme si j’étais le Fils du Roi ou un Prince d’Israël. Je n’ai traversé aucun tunnel, je n’ai vu aucun membre de ma famille, mais j’ai été instantanément transporté dans une ville lumière et amené devant le Grand Roi, qui, je pourrais ajouter, m’a traité comme un fils rentrant du combat », a-t-il expliqué. rappelle.

On a montré beaucoup de choses à Gérard dans la ville mais on ne lui a pas permis de s’en souvenir. Puis, à un moment donné, le roi lui a demandé s’il voulait rester et Sybers a répondu «Oh, oui.» On lui a également dit que s’il retournait, il pourrait faire un excellent travail dans ce monde, alors il est revenu à contrecœur.

Presque immédiatement, il était de retour dans son corps et souffrait terriblement. Il ne pouvait pas parler à cause de l’équipement médical dans sa bouche et il y avait des aiguilles dans diverses parties de son corps.

On a dit à sa femme qu’il serait un légume, mais Sybers a encore vécu pour raconter son histoire. Il a estimé qu’il n’était pas digne d’avoir été reçu par le roi d’une manière aussi émotionnelle et affectueuse, et dit aujourd’hui qu’il est extrêmement reconnaissant pour tout ce qu’il a.

«Beaucoup de choses que je ne pouvais pas raconter parce que la réalité de la vie là-haut est bien plus grande que ce que les mots humains peuvent exprimer. À quiconque trouvera du réconfort dans ce message, je dis: Dieu est amoureux de son peuple, et nous sommes considérés comme courageux par les anges, qui sont tout autour de nous sous le commandement du roi. », Dit Gérard.

Il mentionne également que la ville du Grand Roi est incroyablement merveilleuse et qu’il n’y a pas de mots pour la décrire.

« Multipliez ce que nous avons sur terre 1 000 fois et vous ne serez toujours pas proche de la beauté et de l’amour qui s’y trouvent. »

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *