La roue de la vie, roue de Samsara, les cycles de renaissance

La roue du samsara, également appelée roue du samsara, roue de la vie et roue de la souffrance, fait référence aux nombreuses renaissances que les hommes doivent traverser pour atteindre la perfection spirituelle.

La représentation de la roue du samsara est appelée « bhavacakra » et démontre les six domaines de l’existence, les lois du karma et du dharma, ainsi que le chemin qui mène à la libération des cycles de renaissance.

Bouddhisme et renaissance

La philosophie bouddhiste enseigne que les humains naissent plusieurs fois dans des corps différents jusqu’à ce qu’ils puissent enfin être libérés de l’existence physique et se libérer des souffrances et des douleurs inhérentes aux limitations du corps.

Les nombreuses vies que les gens doivent traverser visent à faire passer la conscience d’un état d’ignorance et de discorde à un état de pur bonheur et de perfection – le nirvana. Lorsque cela se produit, les hommes atteignent l’illumination et n’ont pas besoin de renaître à nouveau, car toutes les leçons ont été apprises.

Cependant, tout le processus de purification de la conscience peut prendre beaucoup de temps. Heureusement, l’ancienne sagesse a enseigné que pour ceux qui recherchent l’illumination, il existe un moyen d’y parvenir – en pratiquant le détachement, en devenant compatissant envers chaque créature et en obtenant un contrôle total sur le corps et l’esprit.

Le bouddhisme dit que les hommes commencent leur voyage dans le monde manifesté comme des créatures ignorantes qui ignorent leur vraie nature. Afin d’être consciente d’elle-même et de reconnaître toutes les créatures comme faisant partie d’une unité, la conscience s’incarne dans un corps physique. Le voyage de la conscience humaine serait régi par deux lois principales – le dharma et le karma.

Réincarnation

Dharma, la loi universelle

Le concept de dharma fait référence au chemin, à la route qui emmène tout le monde à la destination finale – le nirvana. La loi du dharma imprègne tout, des événements cosmiques aux règles sociales, et c’est la loi qui dit comment une personne doit se comporter, quels sont les rôles des personnes dans leurs classes sociales, leurs familles et leurs emplois.

Le Dharma peut également être traduit par «justice» parce que quand on agit selon le Dharma, on marche vers l’illumination. Bien que les règles sociales changent selon l’époque et le lieu, l’objectif reste le même, car l’évolution individuelle entraîne également une évolution sociale.

Pour les bouddhistes, l’idée de «bien» et de «mal» pourrait être comprise comme le bien étant tout ce qui est conforme au dharma, et le mal étant tout ce qui est éloigné du dharma.

Karma, la loi d’action et de réaction

Puisque les humains ont le libre arbitre d’agir comme ils le souhaitent, chaque fois que leurs actions ne sont pas conformes au dharma, la loi karmique les repoussera sur le chemin, et dans le plan physique, cela signifie que le plus éloigné s’éloigne du route qui mène au nirvana, la plus intense est la force du karma.

Tristesse, dépression, relations difficiles, problèmes financiers, etc. sont considérés comme le résultat de ne pas pratiquer la modération et de s’éloigner du dharma.

Cependant, si l’on exerce la voie médiane, c’est-à-dire le chemin de la modération, il ou elle ne générera pas de lourdes conséquences, et par conséquent, il ou elle est plus susceptible d’échapper aux cycles de renaissance, comme selon la connaissance bouddhiste, le attachement aux choses matérielles, aux gens, à la nourriture, aux émotions, etc. est chargé d’amener les gens à s’éloigner du chemin.

Pratiquer le détachement et la modération est alors le moyen de brûler le karma et de ne pas subir les conséquences négatives générées par des actions exagérées.

Réincarnation

Réincarnation selon le bouddhisme

De ce point de vue, les nombreuses incarnations des gens oscillent constamment entre deux extrêmes – des vies d’euphorie extrême générant des vies de tristesse extrême, des vies d’exacerbation générant des vies de rigueur, des vies de plaisirs trop sensuels générant des vies de trop de privations.

Entre les incarnations dans le domaine physique, la personne fait l’expérience des différents domaines de la conscience, se retrouvant temporairement piégée dans un état d’esprit qui peut être agréable ou douloureux, selon le karma accumulé au cours de la vie, jusqu’à ce qu’il tombe dans un nouvelle renaissance.

Ce processus se poursuivrait à l’infini, mais il est dit que chaque créature, après tant d’incarnations oscillant entre joie et tristesse, douleur et plaisir, richesse et pauvreté, cherchera naturellement à se libérer.

Enfin, le nirvana est atteint lorsque le chercheur découvre que le corps et le monde physique sont comme des vêtements que la conscience habille pour évoluer et que, par conséquent, le domaine physique est une illusion qui doit être transcendée. Cette certitude apporte l’illumination finale.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source et crédits : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *