/script>

L’exorcisme de Christopher Haizmann qui avait signé un pacte avec le diable

Peintre bavarois mineur qui a annoncé en 1677 qu’il avait signé un pacte avec le diable et qu’il avait été tourmenté par les démons pour le reste de sa vie. Christopher Haizmann a été saisi d’une «convulsion contre nature» le 29 août 1677.

Il est allé à la police et a demandé une protection, affirmant que neuf ans plus tôt, il avait vendu son âme à Satan . La police a accédé à sa demande.
Haizmann a écrit et illustré l’histoire de son pacte infernal.

Il a déclaré qu’un jour le diable lui était apparu comme un bourreau avec un gros chien noir et lui a demandé pourquoi il était en détresse et triste. «Il m’aiderait à sortir de ma détresse si j’étais disposé à m’inscrire à l’encre pour qu’il soit son fils; il m’aiderait et m’aiderait de toutes les manières possibles », a écrit Haizmann.

Image result for christoph haizmann


Le peintre a accepté un contrat de neuf ans. Un pacte a été rédigé et signé dans Haizmann’s Blood. Au cours des années qui ont suivi, le diable lui est apparu à plusieurs reprises sous différentes formes grotesques, y compris celle d’un dragon avec des seins et des serres. Satan lui a également envoyé des visions de l’ enfer, que Haizmann a décrit comme «rempli de flammes brûlantes et d’une puanteur terrible. Il y avait là un grand chaudron d’où jaillissaient et gémissaient déchirants les êtres humains; sur son bord était assis un diable infernal qui ne faisait que verser de la résine enflammée, du soufre et du brai. »


À la fin de son contrat, Haizmann s’inquiétait de son propre destin. Envoyé par la police locale dans un sanctuaire de Mariazell, Haizmann a subi plusieurs jours d’ exorcisme, au cours de laquelle la Vierge Marie a récupéré le pacte du diable. Moins d’un an plus tard, Haizmann, se plaignant des tourments persistants du diable, réapparut au sanctuaire et subit un autre exorcisme. Cette fois, la Vierge Marie a déchiré le pacte. Haizmann s’est engagé dans un monastère bavarois mais ne pouvait toujours pas vivre en paix. Il a passé le reste de sa vie tourmenté par les visions du diable et de ses démons. Il est décédé en 1700.

Image result for christoph haizmann

Bibliothécaire et chercheur viennois réputé, le conseiller de la cour, le Dr Rudolf Payer-Thurn, a trouvé un document préparé à Mariazell décrivant l’exorcisme de Haizmann. Il a montré le document à Sigmund Freud et a demandé à Freud d’analyser l’affaire. Apparaissant à l’origine à Imago en 1923, «Eine Teufelsneurose im Siebzehnten Jahrhundert» de Freud («Une névrose diabolique du XVIIe siècle») est considéré comme un document clé de la psychanalyse freudienne.


Les papiers de Mariazell, y compris les peintures faites par Haizmann pendant sa possession , ont conduit Freud à croire ce qui suit:


1. Des autoportraits plutôt féminins de Haizmann dans ses peintures montrent Haizmann comme supprimant les tendances homosexuelles.
2. Les seins multiples dans les peintures montrent les relations sexuelles de Haizmann avec le diable.
3. Le chiffre 9 – il y a un écart de neuf ans entre le pacte de Haizmann avec le diable et sa mise en œuvre, et neuf jours au cours desquels Haizmann a résisté au diable – représente les fantasmes de grossesse.
4. Un pénis est peint sur le diable dans chaque image. Ceci, ainsi que les fantasmes de grossesse, montrent que Haizmann «recula d’une attitude féminine envers son père qui a son point culminant dans le fantasme de donner naissance à son enfant. Deuil pour le père perdu, exacerbé par le désir ardent de lui, le fantasme de grossesse réprimé [de Haizmann] est réactivé, contre lequel il doit se défendre contre la névrose et en dégradant son père. »
5. Freud a découvert que la vente de Haizmann au diable lui procurait la tranquillité d’esprit: «Son père était mort, il était devenu mélancolique, et le diable, qui est venu et lui a demandé pourquoi il était bouleversé et triste, a promis de l’aider. . . . . Ici, nous avons quelqu’un qui se donne au diable pour se libérer d’une dépression émotionnelle. »
6. En fin de compte, raisonna Freud, le diable est une figure paternelle.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *