L’histoire de l’exécution d’un clairvoyant

Depuis qu’il y a des humains, il y a ceux qui prétendent être en communication avec des forces inconnues.

De l’ancien Utanapishtim de l’épopée de Gilgamesh aux voyants et devins de la Bible à John Edwards et au Long Island Medium, les médiums, les médiums, les voyants et les sorcières n’ont jamais été bien plus loin qu’un oracle ou une incantation loin de leur prochain chèque de paie.

Comme en témoignent l’Europe du Moyen Age, la Grande-Bretagne et l’Amérique, à certains moments de l’histoire, c’est le psychique qui paierait, et avec sa propre vie. Voici juste un de ces contes…

Notre histoire commence le 20 juin 1847, bien au nord-ouest de l’État, lorsqu’un garçon de 10 ans du nom de David Schamp a disparu.

Son père, Peter, était un membre riche de la petite communauté de Bryan, Ohio, et bientôt toute la ville était à la recherche de l’enfant disparu. Après cinq jours passés à peigner les bois sans succès, les citadins ont commencé à concentrer leurs soupçons sur un vagabond «à moitié fou» de 17 ans de la région de Wooster nommé Daniel Heckerthorn.

Une fois localisé et confronté, Heckerthorn a avoué avoir attiré le jeune garçon dans les bois et lui avoir donné des bonbons à l’arsenic.

Après qu’il soit apparu que le poison prenait trop de temps pour produire l’effet souhaité, Heckerthorn a attrapé l’enfant par les talons et l’a tourné en rond pour créer un élan avant de le diriger la tête la première dans le nœud noueux d’un hêtre, mettant ainsi fin à la vie de David Schamp.

Heckerthorn a ensuite transporté le corps dans un ruisseau voisin, où il a dissimulé le crime en enterrant sa victime dans un tas de bois pourri. Avec cette confession, on pourrait paresseusement supposer que l’affaire était résolue et définitive, si ce n’était que Heckerthorn continuait de parler.

Bryan, Ohio. L’ancienne prison est le bâtiment au centre de l’image recouvert de panneaux d’affichage.

Le méprisable meurtrier a poursuivi en décrivant comment il avait longtemps désiré apprendre l’art de la bonne aventure et pensait qu’il aurait enfin sa chance quand il aurait rencontré Andrew F. Tyler, un clairvoyant itinérant.

Selon Heckerthorn, Tyler avait visité la majestueuse maison de Schamp et, par la suite, avait concocté un plan dans lequel sa jeune adolescence tuerait l’enfant, cacherait le corps et ensuite les deux quitteraient la ville pendant plusieurs mois, gagnant enfin une fortune à leur retour. quand ils «devineraient» avec précision l’emplacement du corps.

Il y a quelques problèmes avec ce plan:

1) Aucun d’eux n’a quitté la ville après le meurtre, bien que Heckerthorn ait essayé de se cacher.

2) Dans la pleine chaleur de l’été, il est très probable que le corps soit découvert bien avant la fin du congé prévu.

Dans les deux cas, les deux ont été reconnus coupables et condamnés à la pendaison.

Compte tenu de sa jeunesse et de son «imbécillité», le tribunal décida par la suite de commuer la peine de mort de Daniel Heckerthorn de la prison à vie en prison, tandis qu’Andrew Tyler fut emmené à la potence dans le centre-ville de Bryan le 26 janvier 1849, pour subir un horriblement bâclé et indigne exécution.

Les ennuis ont commencé lorsqu’une foule, soucieuse d’assister à la mort d’un meurtrier présumé, a abattu la clôture privée entourant la potence, violant ainsi la loi de l’État qui interdisait les exécutions publiques.

Puis il y a eu le discours de Tyler à la foule rassemblée. Il a fermement affirmé son innocence et a suivi son discours avec une prière « pour le pardon de tous ceux qui avaient cherché sa blessure, et pour que lui et eux se rencontrent dans un monde plus heureux. »

Après sa prière, Tyler a insisté pour qu’il n’y ait qu’un pied de mou dans la corde suspendue, elle a été placée autour de son cou et la trappe a été suspendue. Terminé? Nan.

Dans sa courte chute, le nœud de l’étau a glissé autour du cou de Tyler et s’est coincé sous son menton, le laissant complètement suspendu mais sans lui casser le cou ni provoquer d’étranglement.

Un exemple de bourreaux potence.

On a dit que personne ne pouvait s’empêcher de se détourner de ce spectacle horrible alors que Tyler se débattait et gémissait de douleur. Heureusement, le shérif a fait lever la porte et Tyler a été épargné encore quelques instants.

Alors que la corde suspendue s’allongeait, le shérif a demandé à Tyler s’il maintenait toujours son innocence, ce à quoi il a répondu «Je suis innocent» et avec cela, la trappe a de nouveau sauté avec ses derniers mots: «Pour l’amour de Dieu, raccourcissez la corde! « 

Et il y a l’histoire de l’exécution d’un style clairvoyant de l’Ohio.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source: Booze & Boos (Aventurez-vous dans la nuit pour une visite intime de certains des points chauds les plus sombres de Columbus)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *