Les sorcières oubliées de l’Ohio

Le 1er mars marque le 326e anniversaire des procès de Salem Witch, où deux petites filles précoces du nom d’Abigail Williams et de Betty Parris ont déclenché une tempête d’hystérie de masse qui a entraîné la mort de 33 de leurs voisins.

1692 Le Massachusetts était un mauvais endroit où séjourner si vous aimiez laisser voler votre drapeau de monstre, rapporte Booze & Boos .

Bien que rien de si grave dans la manière des sorcières n’ait eu lieu ici, il y a, à part les nombreuses légendes de tombes de sorcières dispersées dans tout l’État, quelques cas où la sorcellerie a élevé son nez verruqueux et son chapeau pointu.

Un peu plus de 100 ans après la folie qui s’est produite à Salem, dans le Massachusetts, deux jeunes filles adultes de la famille Hildenbrandt à Bethel, dans l’Ohio, ont tenté de relancer tout l’engouement lorsqu’elles ont commencé à convulser et à prétendre être ensorcelées.

L’année était 1805 et, selon le moulin à rumeurs, c’est lors de la célébration du mariage d’une de ces filles qu’elle a été prise au lit avec un homme qui n’était pas le marié.

Être rapide sur ses orteils, le gars de démolition a crié aux intrus «Aidez-moi à la maintenir! Elle est ensorcelée! »Dans un effort pour ajouter de l’authenticité au mensonge farfelu, la fille a commencé à jouer le rôle. Aucune idée de ce qui a inspiré sa sœur à se mettre en scène. C’était peut-être une affaire de singe à voir, de singe à faire.

Espérant extirper la source de la sorcellerie, les citadins ont fait appel à une vieille dame du Kentucky qui était considérée comme une autorité en la matière. Tout d’abord, la famille a dû effectuer une cérémonie qui était censée capturer la sorcière dans un sac de linsey-woolsey qu’ils devaient ensuite hacher et brûler.

Lorsque cette méthode a échoué, le sage a fait un charme avec des instructions pour qu’il soit placé dans la fourche d’un arbre à la fourche d’une route. La première personne à passer l’arbre serait la sorcière. Et le prix revient à… Nancy Evans!

Nancy était une femme plus âgée qui vivait près des Hildenbrandts. Elle avait également un chat noir avec lequel elle passait beaucoup de temps à parler comme si elle était humaine. Cela n’a probablement pas aidé.

Après l’accusation, un juge de paix a été convoqué et un procès a eu lieu où il a été décidé qu’un grand ensemble de balances serait construit. À une échelle, ils ont placé une bible et de l’autre une sorcière.

N’importe quelle sorcière ferait vraiment l’affaire mais Nancy se trouvait être commodément proche. L’idée était que la parole de Dieu l’emporterait sur une sorcière et que le côté de la balance de Nancy s’élèverait dans l’air.

Nancy pesait beaucoup plus que la Bible, il s’est avéré et a été acquitté de toutes les accusations. Étant donné que ses voisins fous de sorcière avaient mis le feu à sa cabine avant le procès, la vieille dame Evans a décidé de déménager dans le comté de Brown où elle a vécu le reste de ses jours en tant que membre respecté de sa communauté.

Curieusement, il existe des récits d’un docteur Shilling qui a erré dans le comté de Brown en 1876, supprimant la sorcellerie pour les agriculteurs à 50 $ la pop.

Une autre femme accusée de sorcellerie a fait les papiers de la ville de New Albany, Ohio, en 1875. Cette fois, les choses ne se sont pas si bien terminées. Quatorze ans plus tôt, Catherine Mesinger a épousé un immigrant allemand prometteur du nom de Jacob Ritter.

Leur mariage a été heureux pendant quelques années. Ce bonheur a commencé à décliner lorsque Ritter est venu à soupçonner que sa femme, son frère et une foule d’autres citadins étaient des sorcières.

Même si l’alcoolisme déchaîné de Jacob et les coups de Catherine ont conduit au divorce du couple en 1873, il a continué à rester chez elle assez souvent. Cet arrangement a tourné au vinaigre en septembre 1875 lorsque Jacob est venu à la maison ivre de son esprit déjà affaibli et a supplié Catherine de libérer son sort.

Après qu’elle lui ait dit qu’elle ne pouvait rien faire pour lui, Jacob a tenté d’étrangler Catherine à mort avec un morceau de mousseline. Il lui a alors fracassé la tête en une «confiture parfaite» et s’est assis pour écrire la lettre suivante:

«J’ai tué ma femme parce qu’elle est une sorcière. Elle me persécute depuis onze mois. Je l’ai brûlée parce que la brûlure sera la récompense de toutes les sorcières, ce qui était une règle lorsque la race humaine était beaucoup plus sage. À l’heure actuelle, nous affirmons que nous avons tellement avancé et que nous sommes encore tellement ignorants pour ne plus croire aux sorcières. »

La lettre a ensuite nommé les habitants de New Albany qui, selon Ritter, étaient liés au diable.

Après avoir terminé la lettre, Jacob fourra le billet dans sa poche, mit le feu à la maison et alla dans la grange et se trancha la gorge. Lorsque les policiers sont arrivés sur les lieux, ils ont été horrifiés de voir Jacob Ritter sortir de la mare de sang qui s’amassait et s’asseoir et tenter de parler.

Certain qu’il ne survivrait pas à la nuit, Ritter a été transporté en prison et, comme s’il était victime d’une véritable sorcellerie, a continué d’exister dans un état horrible entre la vie et la mort pendant une période de deux mois.

Il était capable de manger et de marcher dans la prison, mais sa chair s’était assombrie et avait commencé à se décomposer, ce qui le rendait si horrible que tout le monde était dégoûté et l’a évité jusqu’au jour où il a finalement été libéré de son existence infernale.

Un autre procès pour sorcières a eu lieu dans la ville de Salem, dans l’Ohio, à la fin de 1893. Ici, une femme nommée Sadie Loop a été convaincue par une phytothérapeute que son beau-frère, Jacob Culp, était responsable de la mort de sa sœur et une série d’autres malheurs et maladies qui ont frappé sa famille.

Quand elle est allée aux autorités de son église méthodiste épiscopale et a accusé Culp de sorcellerie, un procès a eu lieu. Le plan de Sadie s’est toutefois retourné contre lui et c’est elle qui a été reconnue coupable de sorcellerie pour avoir collaboré avec la doctoresse et a été excommuniée de son église bien-aimée.

Est-ce que ce genre de chose continue aujourd’hui? Bien sûr, bien que les conséquences ne soient pas aussi graves. Beaucoup de femmes étranges et / ou méchantes autour de l’État et du monde vivent la vie d’un paria social. Nous venons de changer une lettre du mot que nous utilisons pour décrire ces personnes.

Au moins une partie de la lettre confessionnelle de Jacob Ritter était vraie: «À l’heure actuelle, nous affirmons que nous avons tellement avancé et que nous sommes encore si ignorants.»

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source: Booze & Boos (Aventurez-vous dans la nuit pour une visite intime de certains des points chauds les plus sombres de Colum

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *