All Hallow’s Eve : L’histoire hantée de Samhain

Célébrations d’Halloween: une vue historique

Halloween. Beaucoup d’entre nous le célèbrent mais ne connaissent pas son histoire. Ceux d’entre nous dans le domaine du paranormal savent que la légende dit que le voile est le plus mince à l’Halloween et que c’est une grande nuit pour communier avec le monde des esprits. Mais pourquoi? D’où vient cette croyance?

J’ai fouillé dans mes livres et trouvé un excellent article sur l’Halloween de Rosemary Ellen Guiley que je vais publier in extenso afin de vous renseigner un peu plus sur le thème d’Halloween, y compris son histoire et ses coutumes de l’Antiquité à nos jours.

Beaucoup d’entre vous connaissent Rosemary Ellen Guiley. Elle a documenté tellement de ce monde paranormal sous des formes digestibles. L’extrait suivant sur All Hallow’s Eve est tiré de son merveilleux travail,  The Encyclopedia of Ghosts and Spirits, 2nd edition .

Toussaint la veille (Halloween)

Une fête païenne des morts, qui a survécu jusqu’à nos jours dans la culture populaire comme Halloween, une nuit de farce ou de traitement par des enfants et d’autres habillés en costumes de fantaisie et de surnaturel. La veille de la Toussaint est observée la nuit du 31 octobre, suivie le 1er novembre de la Toussaint, également appelée All Hallowmas, All Saints et All Saints ‘Day, et le 2 novembre de la Toussaint.

Les anciens Celtes célébraient la nouvelle année au début de l’hiver, vers le 1er novembre. Ce festival le plus sacré de toutes les fêtes celtiques s’appelait Samhain (prononcé Sow’an), ce qui signifie «fin de l’été». En Irlande, le festival était connu sous le nom de Samhain , ou La Samon, pour la Fête du Soleil. En Écosse, la célébration était connue sous le nom de Hallowe’en.

Samhain a marqué la troisième et dernière récolte et le stockage des provisions pour l’hiver. C’était un festival solaire composé de feu sacré et de rituels de feu. Il était dédié au Seigneur des morts. Les Celtes croyaient qu’à la veille de Samhain, les morts étaient sortis de leurs tombes pour se promener librement sur la terre et causer des ennuis en endommageant les récoltes et en provoquant des troubles domestiques. On croyait que le voile entre les mondes des vivants et des morts était à son point le plus fin de l’année à Samhain, ce qui rendait la communication entre les vivants et les morts beaucoup plus facile.

Pendant les heures les plus sombres de la nuit, le Seigneur des morts était également censé appeler toutes les âmes perdues pour ressentiment. Les âmes condamnées ont été condamnées à passer 12 mois dans la vie après la mort sous forme animale, tandis que les bonnes âmes ont reçu 12 autres mois de mort, bien que sous la forme d’êtres humains. Des personnes vivantes ont organisé une veillée Samhain pendant les heures sombres pour prier pour les âmes perdues.

Certaines coutumes pratiquées par les Celtes pour Samhain restent sous diverses formes et sont similaires aux autres pratiques du Jour des Morts trouvées dans le monde.

Il était de coutume pour les Celtes de faire des offrandes de nourriture et de vin au Seigneur des Morts afin qu’il soit plus agréable dans sa condamnation des âmes perdues. Des offrandes ont également été faites pour les morts de retour eux-mêmes afin qu’ils puissent se rafraîchir et être moins enclins à causer des méfaits.

Les Celtes s’habillaient de déguisements pour tromper les esprits en les dépassant. Des villageois masqués ont organisé des défilés afin d’attirer les esprits hors de la ville.

Un autre rituel celtique à Samhain était l’allumage d’immenses feux de joie en hommage au dieu du soleil décroissant dans le but de raviver son énergie décroissante face à l’hiver. Les Celtes ont brûlé des chevaux vivants, qu’ils considéraient comme sacrés pour le dieu soleil. Au Moyen Âge, des chats ont été brûlés vifs dans des cages en osier dans le cadre des célébrations d’All Hallow.

Les Romains ont célébré plusieurs festivals qui ont influencé l’évolution d’Halloween. La Lémurie, pratiquée au début de Rome et influencée par la coutume grecque, était une affaire de trois jours qui a eu lieu en mai. Son but était d’apaiser les  lémures , qui étaient des fantômes maléfiques ou les fantômes de personnes décédées sans laisser de famille survivante. Un autre festival, Paternalia, observé en février, était une affaire privée dans laquelle les familles honoraient leurs propres morts avec des cadeaux, de la nourriture et des fleurs placés sur leurs tombes. Paternalia a été suivie par la Feralia, une fête publique destinée à donner repos et paix aux défunts. Les participants ont fait des sacrifices en l’honneur des morts, ont offert des prières pour eux et leur ont fait des offrandes. La fête a été célébrée le 21 février, fin de l’année romaine.

Au même moment de l’année où les Celtes célébraient Samhain, les Romains célébraient la fête de Pomone, la déesse des vergers et la récolte. Les pommes et les noix étaient parmi les aliments spéciaux utilisés, et ceux-ci ont conservé une place dans les festivités d’Halloween.

Lorsque l’Église chrétienne a entrepris de convertir les adeptes des religions païennes, les chefs d’église ont vu avec astuce qu’ils auraient plus de facilité s’ils incorporaient les jours saints et les rites existants dans les leurs. L’adoration des divinités païennes s’est traduite par la vénération des saints chrétiens. Au 8ème siècle, le pape Boniface IV a introduit la Toussaint pour remplacer la fête païenne des morts le 13 mai 610, quand il a consacré le Panthéon de Rome à Sainte-Marie et aux chrétiens martyrs. Plus tard, Grégoire III a rétabli le festival pour honorer les saints de l’église Saint-Pierre et a changé la date du 13 mai au 1er novembre pour coïncider avec les festivals païens. (Actuellement, l’Église grecque orthodoxe l’observe toujours le premier dimanche après la Pentecôte.) En 834, le pape Grégoire IV a officialisé la fête, à observer par toutes les églises.

Au lieu de sacrifices, l’Église a promu d’honorer les morts par des prières. Les offrandes de nourriture et de vin ont été remplacées par des gâteaux soul, de petits pains carrés décorés de groseilles. Les gâteaux ont été distribués aux pauvres du village, qui à leur tour prieraient pour les morts. Les «soulers» se promenaient pour mendier des gâteaux. Les gens qui craignaient les esprits des morts – ou craignaient pour eux – étaient encouragés à donner généreusement. En Irlande, les paysans ont fait du porte à porte pour collecter de l’argent, du gâteau au pain, du fromage, des œufs, du beurre, des noix, des pommes, etc., en préparation du festival de St. Columb Kill. L’Église chrétienne a également autorisé le déguisement mais a souligné que c’était pour honorer les saints morts et non pour effrayer les esprits.

Au fil du temps, ces pratiques de collecte se sont transformées en une pratique populaire pour les jeunes hommes et garçons, qui allaient de maison en maison chanter des «chansons soul» en échange de bière et de nourriture. C’est devenu un tour ou un traitement contemporain par les jeunes.

Au 10e siècle, le 2 novembre est devenu le jour de la Toussaint, le jour de la fête des morts. La fête a été approuvée par le pape Sylvestre II vers 1000 et s’est établie dans toute l’Europe du 11e au 14e siècles.

La Réforme a eu un effet drastique sur la Toussaint et la Toussaint. En 1517, Martin Luther a délibérément choisi le 31 octobre comme jour pour clouer ses réformes à la porte de l’église du château de Wittenberg, car il savait que les citadins assisteraient aux services cette nuit-là. Le mouvement protestant a abandonné les célébrations de la fête des saints, et avec cela, les rites se sont déroulés à la veille de la Toussaint également.

Toutes les pratiques de la veille de Hallow se sont poursuivies dans les poches, en particulier dans les régions celtiques telles que les îles britanniques, survivant comme des rites folkloriques, avec des fêtes, des incendies, des jeux et des farces. Au fil du temps, les rangs des morts ont été rejoints par des sorcières, des fées, des gobelins et des esprits de la tradition locale, qui seraient sortis en force cette nuit-là. La  chasse sauvage , une meute furieuse de fantômes de morts agités, dirigée par des chiens spectraux et des déesses païennes devenues sorcières, hurlant dans le ciel, a eu lieu la veille de la Toussaint.

En Angleterre, le jour de Guy Fawkes, célébré le 5 novembre, est devenu le festival qui a absorbé les principales caractéristiques de Samhain et de la Toussaint. (Guy Fawkes était un révolutionnaire catholique qui a été exécuté pour sa tentative de faire sauter la Chambre des Lords sympathique protestante le 5 novembre 1605.) Même aujourd’hui, Halloween est une affaire mineure en Angleterre, avec des festins, des feux d’artifice, des jeux et des feux de joie. placez-le à la place de Guy Fawkes Day.

Dans l’Amérique coloniale, les célébrations d’Halloween étaient dispersées. Les pratiques variaient considérablement en fonction de la domination d’un groupe ethnique particulier. Les zones fortement peuplées par les Anglais – comme le Massachusetts, bastion des calvinistes anglais – accordaient peu d’attention à Halloween, tandis que les zones dominées par les Écossais ou les Irlandais accordaient plus d’importance à Halloween.

Ce n’est que lorsque les famines de pommes de terre des années 1820 et 1840 ont poussé des milliers d’Irlandais frappés par la pauvreté aux États-Unis que Halloween s’est imposé dans le folklore américain. Les feux de cheminée ont remplacé les feux de joie celtiques; les jeux de divination en salon ont remplacé les rites oraculaires; les fêtes de la moisson ont remplacé les fêtes des morts; et les jeunes ont joué des tours aux voisins. Les coutumes de porter des costumes masqués et de mendier de la nourriture se sont également poursuivies. Les fêtes, qui faisaient également partie des rites de récolte annuels, comprenaient des jeux, de la danse et la narration d’histoires fantômes.

Les Irlandais avaient coutume d’Halloween de porter des lanternes faites de navets ou de betteraves sanctifiés, appelées lanternes jack o ‘ou lanternes jacky, qui étaient utilisées pour effrayer les esprits dans la nuit. Les immigrants en Amérique ont remplacé les citrouilles.

Les coutumes d’Halloween ont suivi les immigrants alors qu’ils traversaient l’Amérique. Dans l’ouest et le sud-ouest, les coutumes ont été influencées par les rites mexicains du Jour des morts, qui sont conformes aux dates catholiques de la veille du 31 octobre au 2 novembre.

Pendant l’époque victorienne en Amérique, Halloween a connu une renaissance en tant que fête distinguée. Les coutumes païennes avaient un attrait particulier pour la société victorienne, qui les édulcorait aux premiers rites sociaux. Halloween est devenue une soirée festive pour les jeunes et a joué un rôle important de matchmaking. Les concours de costumes étaient populaires.

Pendant les premières années du 20e siècle, Halloween aux États-Unis était en grande partie une affaire de communauté, un temps pour les grands rassemblements sociaux. Le festival a été modéré ou annulé pendant la Seconde Guerre mondiale, et a émergé dans les années d’après-guerre, le baby-boom comme un grand événement pour les jeunes. Les bonbons ou les bonbons de porte-à-porte ont été privilégiés par rapport aux fêtes communautaires. Dans les années 1970 et 1980, les bonbons empoisonnés sont devenus une préoccupation et les fêtes communautaires ont fait leur retour.

Le but original de All Hallow’s Eve, ou Samhain, en tant que festival pour les morts a presque été oublié, sauf parmi les Wiccans et les Païens contemporains. Ces groupes religieux observent Samhain comme l’un de leurs jours saints les plus importants, ou sabbas – un moment de fête et de gaieté, mais aussi un moment de célébrations religieuses solennelles. Les wiccans et les païens ont tenté de recréer les premiers rites païens à l’exception des sacrifices d’animaux, qui sont interdits. Les morts sont honorés. Samhain est considéré comme un bon moment pour communiquer avec les esprits et, comme le début de la nouvelle année, un bon moment pour les débuts et les nouveaux départs.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : PARANORMALSTUDY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *