/script>

La dame en noir : L’histoire de fantôme la plus troublante d’Arkadelphia

Au fond des contreforts immaculés des montagnes Ouachita dans le sud-ouest de l’Arkansas, se trouve une histoire de fantômes qui est enracinée aussi profondément dans la culture que les milliers de pins qui bordent le paysage.

L’histoire se déroule dans la petite ville universitaire d’Arkadelphia, qui compte environ 10 000 habitants, et est la quintessence de la petite ville des États-Unis. Contrairement à la plupart des villes universitaires du pays, Arkadelphia accueille non pas une, mais deux écoles très acclamées qui sont en désaccord depuis de nombreuses années.

Henderson State University et Ouachita Baptist University sont les deux écoles qui ont élu domicile à Arkadelphia. Au début de leur existence, ces deux universités de taille moyenne avaient de très grandes différences en matière de religion et de valeurs. C’est cette différence qui a déclenché l’histoire fantôme connue sous le nom de La Dame en noir.

L’histoire commence dans les années 1920 lorsqu’un jeune homme du nom de Joshua a rencontré l’amour de sa vie, Jane. Jane était étudiante à Ouachita et Joshua, originaire de Henderson, n’a jamais pensé à sortir avec elle. Ses amis n’étaient cependant pas aussi compréhensifs, car ils ont commencé à l’ostraciser et ont menacé de ne plus jamais lui parler s’il ne mettait pas fin à sa relation avec Jane.

Selon Mary Jo Mann, diplômée d’Henderson et historienne locale, la raison pour laquelle Joshua a eu du mal à ses amis était probablement parce que Jane était très religieuse et n’était pas du genre sortant.

« Aller à Ouachita à l’époque ne signifiait pas de fêtes et presque pas de rencontres », a déclaré Mann. « Ils n’avaient vraiment aucune chance depuis le début, car personne de Henderson ne penserait jamais à voir quelqu’un d’Ouachita à cette époque, et s’ils le faisaient, ils pourraient s’attendre à ressentir la chaleur de leurs amis. »

Jane et Joshua ont réussi à garder leur amour ensemble, jusqu’au jour où Joshua a finalement cédé au bizutage de ses amis. Il a rompu avec Jane juste avant la danse annuelle de retour à Henderson, ce qui a rendu la nouvelle encore plus dévastatrice pour elle.

Jane était écrasée.

Elle est retournée dans son dortoir à Ouachita pour mettre une robe et un voile noirs, car elle estimait que rien ne valait la peine d’être vécu si elle ne pouvait pas avoir Joshua. Elle a ensuite commencé à marcher vers l’une des nombreuses falaises qui bordent la rivière Ouachita, où elle a plongé jusqu’à sa mort quelques instants plus tard.

À partir de ce moment, lors de la soirée de retour à Henderson, la fille qui est devenue connue sous le nom de The Lady in Black a hanté le campus à la recherche de ceux qui ont fait rompre Joshua avec elle.

Cette histoire de fantôme est encore très prédominante dans la communauté Henderson aujourd’hui, comme Mann peut l’attester.

« Cela me donne vraiment des frissons quand quelqu’un la mentionne », a déclaré Mann. «Il n’y a personne sur le campus de Henderson qui ne sait rien de l’histoire.»

Chaque année, Mann raconte l’histoire de La Dame en noir lors du discours de Pine Tree qui accueille la nouvelle recrue sur le campus de Henderson.

«Quand j’ai entendu l’histoire pour la première fois, cela m’a donné la chair de poule», a déclaré Angela Welch, junior à Henderson. « La façon dont elle – Mann – raconte l’histoire m’a fait croire que le fantôme est réel. »

Welch a également ajouté que lorsqu’elle et un groupe d’amis retournaient au dortoir des filles vers minuit le jour du retour de l’année dernière, elle avait vu une silhouette pâle vêtue de noir sortir du bâtiment.

« Je ne pouvais pas dire ce que c’était au début, puis quelqu’un a crié que c’était la Dame en noir », a déclaré Welch. «Je viens de crier et j’ai couru dans mon dortoir. Je crois vraiment que c’était elle parce qu’on pouvait voir un voile tout noir et il y avait une sorte de lueur autour de son corps. »

Mann a dit que les observations sont rares parce que le moment du fantôme n’est qu’une nuit par an: le retour aux sources. « Je n’ai jamais eu la chance de la voir moi-même », a déclaré Mann. «Mais je sens que j’aurai ma chance un jour.

Avec la connaissance de Mann du fantôme et la capacité unique de raconter des histoires, l’histoire est devenue connue non seulement dans la communauté d’Arkadelphia, mais aussi dans tout l’État.

De nombreuses organisations de presse à travers l’État ont couvert The Lady in Black, le reportage le plus connu datant des années 80 de Chuck Dovish, de KTHV Channel 11 à Little Rock, pour son hebdomadaire spécial Travling Arkansas.

« Avec l’aide de Mary Jo Mann, nous avons pu sortir de la falaise où elle aurait sauté », a déclaré Dovish. «C’était vraiment un sentiment étrange d’être là parce que la falaise était si raide et on pouvait presque sentir sa présence. Nous avons fait une courte reconstitution pour le spectacle, et nous avons dû obtenir une autorisation spéciale de Ouachita pour même aller sur le site. »

Les responsables de Ouachita n’ont pas souhaité commenter la validité du fantôme de Lady in Black, affirmant qu’elle n’est qu’une rumeur. Et la falaise où elle aurait sauté – qui appartient à Ouachita – a été fermée pour empêcher quiconque d’y entrer sans escorte universitaire.

« Il y a beaucoup de gens qui disent qu’elle n’est pas réelle », a déclaré Mann. «Mais je n’ai jamais vu une de ces personnes errer sur le campus Henderson la nuit du retour à la maison pour essayer de savoir si elle pouvait la voir. Et je ne peux pas dire ce que je ferais non plus. »

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Par John M. Worthen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *