/script>

Poltergeist : Découvrez ces 3 cas célèbres

Les meubles se déplacent seuls. Les murs tremblent de coups bruyants et inexpliqués. L’eau coule d’un plafond. Les brosses à cheveux disparaissent pendant des jours, pour réapparaître à leur place sur la commode.

Ce sont certains des signes et symptômes standard d’une hantise poltergeist. De l’allemand pour «fantôme bruyant», un poltergeist se rapporte à des phénomènes généralement attribués à des esprits ou fantômes nuisibles et se caractérise par une psychokinésie ou d’autres manifestations physiques.

Des cas ont été signalés presque depuis le début de l’histoire enregistrée. Trois cas célèbres se sont produits au cours de ce siècle, gagnant en reconnaissance, probablement, parce qu’ils ont fait l’objet d’enquêtes approfondies, ont été signalés et, dans certains cas, même photographiés et filmés.

L’affaire Enfield Poltergeist

Un autre fantôme anglais – celui-ci à Enfield dans le nord de Londres – a fait la une des journaux en 1977. L’activité étrange semblait se concentrer autour de la fille de Peggy Harper, divorcée au milieu de la quarantaine. Encore une fois, cela a commencé un soir d’août. «Tard dans la nuit», raconte An Urban Ghost Story, «Janet, 11 ans et son frère Pete, 10 ans, se sont plaints que leurs lits« sautillaient de haut en bas et allaient tout drôles ». Dès que Mme Harper est arrivée dans la pièce, les mouvements avaient cessé – pour elle, ses enfants inventaient tout. »

Mais les choses sont devenues progressivement plus bizarres à partir de là. Des bruits traînants et des coups sur le mur furent suivis d’une lourde commode glissant d’elle-même sur le sol. Mme Harper a rapidement fait sortir ses enfants de la maison et a demandé l’aide d’un voisin. «Les voisins ont fouillé la maison et le jardin mais n’ont trouvé personne. Bientôt, ils ont également entendu des coups sur les murs qui ont continué à intervalles espacés. À 23 heures, ils ont appelé la police, qui a entendu les coups, un officier a même vu une chaise se déplacer inexplicablement sur le sol, et a signé plus tard une déclaration écrite pour confirmer les événements. »

Plusieurs personnes ont été témoins des événements qui se sont produits les jours suivants: des briques et des billes Lego ont été jetées autour de la maison et étaient souvent chaudes au toucher. En septembre de la même année, Maurice Grosse de la Society for Psychical Research est venu enquêter. «Grosse prétend qu’il a vécu des événements étranges – d’abord, un marbre lui a été jeté d’une main invisible, il a vu les portes s’ouvrir et se fermer d’elles-mêmes, et a déclaré ressentir une brise soudaine qui semblait remonter de ses pieds à sa tête. « 

Grosse a ensuite été rejoint dans l’enquête par l’écrivain Guy Lyon Playfair, et ensemble, ils ont étudié le cas pendant deux ans. «Les coups sur les murs et les sols sont devenus presque nocturnes, les meubles ont glissé sur le sol et ont été jetés dans les escaliers, les tiroirs ont été arrachés des coiffeuses. Des jouets et d’autres objets volaient à travers la pièce, des draps étaient retirés, de l’eau était retrouvée dans de mystérieuses flaques d’eau au sol, il y avait des incendies suivis de leur extinction inexplicable. »

L’affaire Poltergeist de Thornton Heath

Il y a vingt-sept ans, à Thornton Heath, en Angleterre, une famille a été tourmentée par des phénomènes de poltergeist qui ont commencé un soir d’août quand ils ont été réveillés au milieu de la nuit par une radio de chevet qui s’était allumée d’une manière ou d’une autre – réglée sur un étranger – une station linguistique. Ce fut le début d’une série d’événements qui a duré près de quatre ans. Un abat-jour a été projeté à plusieurs reprises au sol par des mains sans aide. Pendant la saison de Noël de 1972, un ornement a été jeté à travers la pièce, frappant le front du mari.

« Alors qu’il se laissait tomber dans un fauteuil », rapporte Haunted Croydon, « l’arbre de Noël a commencé à trembler violemment. Venez le Nouvel An et il y avait des bruits de pas dans la chambre quand il n’y avait personne, et une nuit, le fils du couple s’est réveillé pour trouver un homme en robe démodée le regardant menaçant. La peur de la famille a grandi quand, alors qu’ils divertissaient des amis une nuit, on a frappé fort à la porte d’entrée, la porte du salon a ensuite été ouverte et toutes les lumières de la maison se sont allumées. »

La bénédiction de la maison n’a pas réussi à débarrasser la maison des phénomènes. «Des objets ont volé dans l’air, des bruits forts ont été entendus et la famille entendait parfois un bruit qui suggérait qu’un gros meuble… s’était écrasé au sol. Quand ils sont allés enquêter, rien ne serait dérangé. »

Un médium consulté a déclaré à la famille que la maison était hantée par un fermier du nom de Chatterton, qui considérait les intrus de la famille sur sa propriété. Une enquête a confirmé le fait qu’il avait en effet vécu dans la maison au milieu du XVIIIe siècle. «L’épouse de Chatterton s’est maintenant jointe pour provoquer le chaos, et souvent la femme du locataire était suivie dans les escaliers la nuit par une vieille femme aux cheveux gris portant un chasuble et les cheveux attachés en chignon. Si on la regardait, elle disparaîtrait de nouveau dans l’ombre. La famille a même rapporté avoir vu l’agriculteur apparaître sur leurs écrans de télévision, portant une veste noire avec de larges revers pointus, une chemise à col haut et une cravate noire. »

Après que la famille a quitté la maison, l’activité de poltergeist a cessé et aucune n’a été signalée par les résidents suivants.

L’affaire Danny Poltergeist

En 1998, Jane Fishman, journaliste au Savannah Morning News, a commencé une série d’articles sur un lit antique possiblement hanté dans la maison d’Al Cobb de Savannah, en Géorgie. Cobb a acheté le lit vintage de la fin des années 1800 lors d’une vente aux enchères comme cadeau de Noël pour son fils de 14 ans, Jason – un achat qu’il a regretté plus tard.

«Trois nuits plus tard», a rapporté Fishman, «Jason a dit à ses parents qu’il avait l’impression que quelqu’un avait planté des coudes sur son oreiller et le regardait et respirait de l’air froid le long de sa nuque. Il se sentait malade. La nuit suivante, il a remarqué que la photo de ses grands-parents décédés sur sa table de nuit en osier était tombée. Il l’a donc corrigé.

Le lendemain, la photo était à nouveau tournée vers le bas. Plus tard dans la matinée, après avoir quitté sa chambre pour le petit déjeuner, il est revenu et a trouvé au milieu de son lit deux Beanie Babies – le zèbre et le tigre – à côté d’une coquille de conque, un dinosaure fait de coquillages et un oiseau toucan en plâtre. Cela a attiré l’attention de ses parents – et de son frère jumeau, Lee. Essayant de donner un sens à l’irrationnel, Al cria: «Avons-nous un Casper ici? Dis-moi ton nom et ton âge. Puis il a laissé du papier et des crayons de composition lignés et, avec sa famille, est sorti de la pièce. En 15 minutes, ils sont revenus et ont trouvé écrit verticalement en gros caractères enfantins «Danny, 7 ans». »

Avec sa famille hors de la maison, Al Cobb a décidé de continuer à essayer de communiquer avec l’esprit de Danny. Avec le même genre de notes, Danny a indiqué que sa mère était décédée dans ce lit en 1899 et qu’il voulait rester avec le lit. Il a également précisé qu’il ne voulait pas que quelqu’un d’autre y dorme.

«Le même jour, ils ont trouvé une note qui disait:« Personne ne dort au lit », Jason, qui avait quitté la pièce, a décidé de s’étirer et de faire semblant de faire une sieste. Cela, dit Al, était une erreur. «Je suis retourné dans la pièce pour ramasser mes vêtements», se souvient Jason, «lorsque cette tête en terre cuite qui avait été accrochée au mur a traversé la pièce, me manquant juste avant de s’écraser sur la porte du placard.»

«Personne ne sait vraiment», écrit Fishman dans son deuxième épisode, «qui – ou quoi – laisse les notes copieuses, déplace les meubles, ouvre les tiroirs de la cuisine, met la table de la salle à manger, retourne les chaises, allume les bougies, organiser les affiches pour épeler le nom d’une personne, Jill, puis accrocher le produit fini sur le mur d’une chambre. Jason a également parlé d’autres esprits: «Oncle Sam», qui était venu récupérer sa fille qui, selon lui, avait été enterrée sous la maison; «Gracie», une jeune fille dont la sculpture se trouve au cimetière Bonaventure; et «Jill», une jeune femme qui a laissé un certain nombre de messages manuscrits, parmi lesquels un invitant les Cobbs à une fête dans leur salon. »

Le parapsychologue Andrew Nichols, chef de la Florida Society for Parapsychological Research, a enquêté sur le cas. «Ce qui s’est passé au Cobbs», a-t-il dit à Fishman, «- plus précisément à Jason – se serait produit sans« Danny »ou le lit. C’est l’énergie électromagnétique du mur – avec laquelle Jason a commencé à dormir quand ils ont déplacé le lit – qui a chargé une capacité psychique que le garçon avait déjà. »

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *