Fongus Ergot aurait provoqué des persécutions de sorcellerie à Salem

La science a prouvé que la consommation de pain de seigle contaminé peut entraîner cette maladie. Les preuves tendent à soutenir la théorie selon laquelle c’était la principale cause de la manie de la sorcellerie de Salem.

L’ergot est un champignon présent sur certaines plantes comme le seigle, le plus commun, le blé et l’orge. L’ergotisme, également appelé St. Anthony’s Fire, est le nom de la maladie qui affecte les personnes qui ont mangé des céréales contaminées.

Cet empoisonnement alimentaire n’était pas rare en Europe à l’époque médiévale. Les symptômes de cette affection comprennent des troubles gastro-intestinaux, des sensations de brûlure, de démangeaisons ou de ramper, des convulsions, des hallucinations, une psychose et, dans les cas extrêmes, la mort.

Celles-ci ont affligé certaines personnes accusées de sorcellerie. Le chimiste suisse Albert Hoffman a accidentellement découvert que, bien que l’ergot ne contienne pas de LSD, il contient de l’ergotamine, qui est utilisée pour synthétiser l’hallucinogène.

Cas d’ergotisme historique

Au cours des siècles passés, certaines victimes de l’ergotisme convulsif ont affirmé entendre le diable leur parler et étaient soupçonnées d’être possédées; peut-être en raison d’hallucinations ou de tortures infligées aux accusés en raison d’autres symptômes manifestés. Les gens ne savaient pas que ces symptômes étaient dus à une intoxication alimentaire.

Des symptômes d’ergotisme ont été enregistrés depuis l’époque médiévale et, peut-être, depuis la Grèce antique. Il y a eu des cas en France commençant vers le VIIIe ou le IXe siècle avant notre ère. En 1039, il y a eu une épidémie majeure.

Des hôpitaux ont été construits pour soigner les victimes. Bien que les malades aient été guéris, probablement parce qu’ils n’avaient pas mangé de pain de seigle pendant leur hospitalisation, la maladie était susceptible de réapparaître après leur congé lorsqu’ils mangeaient l’aliment de base.

Au cours du XXe siècle, il y a eu des éclosions d’ergotisme occasionnelles, survenues en 1926-27 en Russie, avec dix mille cas signalés et en Angleterre, 1927, avec deux cents.

En 1951, la dernière épidémie enregistrée s’est produite à Pont-Saint-Esprit, Provence, France. Le Dr Jean Vieu et deux collègues ont été intrigués par les hallucinations et le discours incohérent des victimes.

Ils ont fouillé leurs maisons et ont trouvé un élément commun. Parce que le pain était du blé, il a fallu plus de temps pour diagnostiquer cette cause d’ergot. Plus de 200 personnes souffraient de graves affections, 32 sont tombées malades psychiatriques et quatre sont décédées.

Théorie: l’ergotisme a provoqué des persécutions de sorcellerie à Salem

Beaucoup de gens sont conscients de la tragédie qui s’est produite dans le Massachusetts de 1692 à 1693. Cent quarante et une personnes ont été arrêtées pour avoir pratiqué la sorcellerie.

Dix-neuf ont été pendus, quatre sont morts en prison et un, Giles Corey, a été poussé à mort par des pierres pour avoir refusé de reconnaître que le tribunal avait le droit de le traduire en justice.

La colonie du Massachusetts était en proie à la ferveur religieuse fanatique des Puritains. La fille et la nièce du ministre Samuel Parris sont devenues délirantes, ont manifesté des convulsions, ont ressenti des sensations mystérieuses sur la peau, ont émis des paroles brouillées et, parfois, semblaient en transe.

Ensuite, d’autres individus ont présenté les mêmes symptômes. Les villageois ont conclu qu’ils étaient victimes de sorcellerie. Il est prouvé que l’ingestion de nourriture contaminée par l’ergot était un facteur primordial.

Selon les recherches de Linnda Caporael, professeur au département des sciences et technologies du Rensselaer Polytechnic Institute, la cause principale était l’ergotisme car les symptômes étaient ceux de cette maladie et le seigle était le grain de base pour les habitants de Salem.

Les recherches de l’historienne Mary Matossian soutiennent la théorie de Caporael. Elle a étudié les incidents en utilisant des critères tels que la température, les précipitations, les cultures cultivées dans les zones où l’ergotisme a été trouvé et a découvert qu’une grande partie des essais de sorcellerie étaient concentrés dans les régions alpines de France et d’Europe centrale où le seigle était l’aliment de base.

Elle a théorisé que la chasse aux sorcières a commencé lorsque les victimes présentaient des symptômes d’empoisonnement à l’ergot et que les gens pensaient que la sorcellerie était à l’origine de cette maladie.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *