Le village esquimau qui a disparu

Le lac Angikuni est un lac de la région de Kivalliq, Nunavut, Canada. C’est l’un des nombreux lacs situés le long de la rivière Kazan; Le lac Ennadai est au sud et le lac Yathkyed est au nord. La rive du lac est remarquable pour ses affleurements rocheux.

En 1930, un journaliste de The Pas, au Manitoba, a rendu compte d’un petit village inuit au bord du lac Angikuni. Le village avait toujours accueilli les trappeurs de fourrures qui passaient de temps en temps.

Mais en 1930, Joe Labelle, un trappeur de fourrures bien connu dans le village, a constaté que tous les villageois étaient partis. Labelle fut accueillie par un silence étrange.

Il pensait que c’était très étrange parce que le village de pêcheurs était une colonie bruyante avec 2 000 Esquimaux qui allaient et venaient vers leurs kayaks. Mais il n’y avait pas d’âme.

Labelle a visité chacune des huttes et des entrepôts de poissons esquimaux, mais aucun des villageois n’était visible. Labelle vit un feu vaciller au loin et s’approcha avec précaution, sentant quelque chose de mal se préparait en cette nuit de pleine lune.

Sur le feu, un pot de ragoût noirci couvait. Pour rendre les choses plus mystérieuses, Labelle a vu qu’aucune trace humaine n’avait quitté la colonie.

Labelle savait que quelque chose de bizarre était arrivé aux 2 000 personnes, et il a donc couru sans arrêt au bureau télégraphique le plus proche et a envoyé un message sur ses conclusions à la Gendarmerie royale du Canada.

Les gendarmes sont arrivés quelques heures plus tard, et eux aussi ont été déconcertés par la disparition massive. Une énorme équipe de recherche a été envoyée pour rechercher les villageois disparus, mais ils n’ont jamais été retrouvés, et l’équipe de recherche a mis au jour des découvertes étranges.

Tous les chiens de traîneau qui avaient appartenu aux Eskimos ont été retrouvés enterrés à 12 pieds sous une congère de neige au périmètre du camp. Tous étaient morts de faim. Le groupe de recherche a également établi que toutes les provisions et la nourriture des Esquimaux avaient été laissées dans leurs huttes, ce qui n’avait aucun sens.

Puis vint la surprise la plus effrayante de toutes; l’équipe de recherche a découvert que toutes les tombes ancestrales des Esquimaux étaient vides. Quiconque ou quoi que ce soit qui avait pris tous les villageois vivants avait également déterré les morts, même si le sol glacé autour des tombes était aussi dur que du fer.

Plus tard, dans cette nuit d’un silence surnaturel, les gendarmes ont regardé avec admiration une étrange lueur bleue éclairer l’horizon. Le rayonnement étrange n’était pas les aurores boréales, mais semblait stable et artificiel.

Pendant que les gendarmes regardaient, la lumière pulsait puis s’estompait. Tous les journaux du monde ont signalé la disparition déroutante des 2 000 Esquimaux, même si beaucoup pensaient qu’une explication rationnelle finirait par se révéler, mais la disparition massive d’Anjikuni n’est toujours pas résolue.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *