/script>

Glastonbury : Lieu de légendes et d’archéologies psychiques

L’abbaye de Glastonbury aurait été fondée par Saint-Patrick dans les années 400. Saint David, le saint patron du Pays de Galles était également à Glastonbury. L’abbaye était plus grande que Canterbury et Westminster. Différentes églises ont été construites sur le terrain.

Le dernier a été érigé dans les années 1200 ou 1300. Henry VIII l’a fait détruire lorsqu’il a fermé les abbayes et les monastères dans les années 1500 après sa séparation de l’Église catholique. Les troupes du comte de Somerset ont rasé les bâtiments, incendié la bibliothèque et brisé des statues.

Arthur et Guenièvre seraient enterrés sur le terrain. Dans les années 1100, les moines vous ont trouvé les restes d’un homme avec une inscription indiquant qu’il s’agissait de la tombe d’Arthur dans l’île d’Avalon.

Les ossements ont été réenterrés dans un tombeau en marbre noir dans les années 1200 et détruits lorsque Henri VIII l’a fait à l’abbaye. On pense que l’abbaye était sur l’île d’Avalon et il existe des preuves physiques qui soutiennent la possibilité que la terre ait été une île.

Frederick Bligh Bond, l’arrière-petit-neveu du capitaine Bligh of Mutiny sur la renommée Bounty, était fasciné par l’architecture de l’église et le Moyen Âge. Glastonbury avait une fascination encore plus grande pour lui. Bond a rejoint la Somerset Archaeological and Natural History Society. Lorsque la société s’est arrangée pour faire les fouilles de Glastonbury, il a offert ses services.

Bond s’intéressait à l’utilisation des talents psychiques en archéologie et dans les fouilles. Une fois qu’il fut en charge des fouilles de l’abbaye, il contacta un capitaine de marine à la retraite, John Allen Bartlett, «John Alleyne», pour l’aider. L’homme était un écrivain automatique. Bond croyait que sa présence était nécessaire au succès du processus psychique.

Frederick Bligh Bond

Leur première tentative a réussi. Ils ont reçu des communications des Watchers, qui prétendaient être des esprits de moines qui avaient vécu à Glastonbury. Ils ont parlé avec différentes voix. Le porte-parole des moines s’est appelé Johannes Bryant.

Il a dit qu’il a vécu de 1497 à 1533. Il parlait dans un mélange d’anglais et de latin. Bond craignait d’être accusé de fraude et d’avoir des témoins indépendants lors des prochaines séances. Ils ont confirmé que Bartlett a écrit à un rythme trop rapide pour inventer l’information.

Ils ont reçu deux dessins et des informations sur la chapelle Edgar. L’existence de la chapelle ne leur était alors pas connue. Après la chapelle, du nom du Saint anglais, Edgar, ils ont découvert qu’il existait encore quelques références écrites.

Il y avait aussi la chapelle Loretto, construite dans le style italien qui a été perdue. Les Watchers ont décrit son emplacement afin que Bond puisse le trouver. Plus d’informations devaient venir plus tard. Bond a recueilli des informations crédibles et logiques auprès des observateurs.

En 1908, à partir des informations qu’il avait obtenues des moines, il découvrit le mur nord de la chapelle Edgar. Enfin, il a pu tracer le périmètre des bâtiments. Il a découvert d’autres structures à partir des informations qu’il avait reçues des moines.

Bond a découvert toute la partie nord de l’abbaye, ce qui semblait être une horloge et un clocher, la cuisine et le dortoir des moines, le réfectoire, le four à verre et à poterie, la salle capitulaire, le verre coloré, l’autel principal, les systèmes de drainage, les cours d’eau et les secrets tunnels.

Grâce à la communication avec les Observateurs, Bond a pu identifier diverses parties de l’abbaye, y compris l’hôpital des moines, les jardins d’herbes, les toilettes, les dortoirs et certains petits cloîtres, qui ne figuraient pas sur les plans historiques.

Il y avait un autre moine, l’abbé Beere, qui a également fourni des informations. Il fut l’un des derniers constructeurs à avoir conçu la construction de l’abbaye. Selon lui, le bâtiment était basé à la fois sur la géométrie sacrée et sur les nombres. Il est allé en Italie pour enregistrer les mesures précises de la chapelle Loretto afin qu’elle puisse être reproduite.

En raison de la précision et de la rapidité de son travail, Bond est devenu l’architecte diocésain. Ce n’était pas un travail rémunéré, mais un passe-temps. Il a gagné son argent grâce à sa pratique architecturale, donnant des conférences et écrivant des livres. Il a gardé les Observateurs hors des rapports qu’il avait faits à la société archéologique, mais a fait allusion à leur communication dans un rapport en 1915.

En 1918, il publie The Gate of Remembrance et écrit sur les Watchers.

Bond ne croyait pas que les moines étaient des entités. Il croyait qu’il y avait un réservoir cosmique d’expérience humaine et de mémoire qui pourrait être exploité par ceux qui étaient sensibles, ce qui est en alignement avec la théorie de Carl Jung sur l’inconscient collectif.

Bond, après la publication de son livre, a été progressivement libéré de son travail à Glastonbury. Beaucoup croient que c’était uniquement à cause de son travail psychique. William, son biographe, Kenawell a écrit que c’était une excuse plutôt qu’une cause.

Bond s’était marié en 1894. Lui et sa femme, Mary, n’étaient pas heureux. Elle voulait divorcer, mais il a refusé d’en accorder un. Mary a répandu des rumeurs malveillantes en le calomniant. Bond était vain et arrogant et exagérait l’importance des postes qu’il occupait. Il a refusé de suivre les plans de fouilles systématiques présentés par les professionnels.

Bien que Kenawell affirme que le travail psychique n’était qu’une excuse pour la résiliation de Bond, il existe des preuves que le travail psychique a joué un rôle majeur.

Le principal homme d’église responsable de Glastonbury était Joseph Robinson, le doyen de Wells, qui s’est fermement opposé à la nomination de Bond comme architecte du diocèse. Robinson était furieux du livre que Bond a écrit et a déclaré que son travail n’était pas scientifique. Il a accusé Bond de spiritisme, un sacrilège pour l’église orthodoxe, et d’utiliser Glastonbury comme expérience.

Bond a refusé de nier ses affirmations sur les informations des Observateurs et a été soutenu par d’éminents chercheurs en psychologie, dont Harry Price et Sir Arthur Conan Doyle. L’église a considérablement réduit son financement. La société archéologique avait un co-directeur, Sebastian Evans, qui surveillait Bond.

Bond a refusé de travailler avec Evans en 1921, ce qui a conduit à son licenciement. Les fouilles ont été interrompues, ce qui devait durer six ans. Bond a soutenu que certaines des découvertes, en particulier l’abside de la chapelle Edgar avaient été modifiées pour réfuter les affirmations de Johannes selon lesquelles la chapelle avait une géométrie sacrée.

Bond a déménagé en Amérique où il s’est retiré de l’archéologie et de l’architecture et est devenu enquêteur paranormal. Il est retourné au Royaume-Uni et a vécu à Dolgelly, au Pays de Galles. Il a toujours gardé son amour de Glastonbury.

Même maintenant, ses livres sont interdits dans la librairie de Glastonbury.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *