/script>

Le Vatican publie un nouveau rite d’exorcisme

Le diable existe. Cette réalité impopulaire est mise en évidence par la promulgation d’un nouveau rite d’exorcisme pour l’Église catholique.

A Colombian pastor, pressing a crucifix on a believer’s head, attempts to evict a supposed demon during the exorcism ritual performed at a house church in Bogota, Colombia, 10 March 2016. Hundreds of Christian belivers, joined in nameless groups, gather ev | usage worldwide

De Exorcismus et supplicationibus quibusdam, approuvé par le pape Jean-Paul II le 1er octobre 1998, a été officiellement publié par le Vatican le 26 janvier. Le document définit une nouvelle forme liturgique précise pour le rite d’exorcisme. Le formulaire de 84 pages, présenté par la Congrégation du Culte Divin, a été publié entièrement en latin; les conférences épiscopales de différentes nations peuvent maintenant préparer leurs propres versions dans les langues vernaculaires.

Ce nouveau document du Vatican reconnaît clairement à la fois l’existence du diable et la réalité de la possession diabolique. Dans une courte introduction, le document attire l’attention sur l’existence à la fois de «créatures angéliques» et d’autres «appelés démons , qui sont opposés à Dieu». Puisque l’influence du Démoniaque peut devenir apparente dans les gens, les lieux ou les choses, le document continue, l’Église «a prié et continue de prier pour que les hommes soient libérés des pièges du diable».

Le nouveau rite confirme «la victoire du Christ et la puissance de l’Église sur les démons». Il rappelle les rites de la tradition chrétienne: «l’exorcisme mineur» des catéchumènes avant leur baptême et les exorcismes majeurs conduits selon ce rituel. Ces derniers sont destinés à «chasser les démons ou à s’affranchir de l’influence démoniaque, grâce à l’autorité spirituelle que Jésus a confiée à son Église».

Le rituel liturgique lui-même est centré sur les prières supplicatives, demandant l’aide de Dieu et les prières «impératives» adressées directement au diable, lui ordonnant de partir. Les prières doivent être dites lorsque l’exorciste pose la main sur l’individu et font partie d’un rituel global qui comprend des bénédictions spécifiques et des arrosages d’eau bénite. Le rituel comprend également la litanie des saints, la lecture des Psaumes et de l’Évangile, et une proclamation de la foi qui peut être soit le credo familier, soit une simple question-réponse (« Renoncez-vous à Satan? Je le fais. » ). Le rituel se termine par le baiser de la croix et la prière finale, proclamant le triomphe du Christ et de son Église.

Le nouveau rituel d’exorcisme remplace celui qui a été promulgué dans le cadre du rituel romain de 1614. Le Concile Vatican II a appelé à la révision de ce rituel, qui a été accompli par étapes au cours des 30 dernières années; le rite d’exorcisme était le dernier des nouveaux rituels à être introduit.

En présentant le nouveau document aux journalistes à Rome, le cardinal Jorge Arturo Medina Estevez, préfet de la Congrégation pour le culte divin, a déclaré que le rite n’avait pas été très modifié par rapport au rituel précédent. Il a ajouté que bien qu’il y ait «très peu de cas» dans lesquels le rite est utilisé, le rite d’exorcisme – qui ne peut être utilisé que sous la direction de l’évêque local et avec le consentement de la personne souffrant de possession diabolique – reste nécessaire parce que le diable est une réalité. Il a averti que si de nombreux catholiques aujourd’hui ne professent plus la croyance au diable, cette croyance «n’est pas une question d’opinion que l’on peut accepter ou rejeter; c’est un élément de la foi et de la doctrine catholique. »

Le News Service Noticias Eclesiales rapporte également que lors de la présentation, le cardinal Estevez a souligné que «l’exorcisme a son point de départ dans la foi de l’Église, selon laquelle Satan et d’autres mauvais esprits existent et que leur activité principale consiste à dévier les hommes de la chemin du salut. « 

Concernant l’existence réelle du diable et son action néfaste dans le monde, il a souligné que «le diable est le menteur par excellence. Le mensonge a toujours été, dès le début, sa stratégie préférée pour tromper les hommes en leur faisant croire que le bonheur réside dans l’argent, le pouvoir et la concupiscence charnelle. »

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : OCCULTWORLD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *