/script>

Quel était le fantôme de Nathanial Hawthorne

Beaucoup de ceux qui ont lu «Le fantôme du Dr Harris» pourraient penser que c’est de la fiction; mais l’histoire est vraie et capture les émotions de Hawthorne avec ses rencontres fantomatiques.

Nathaniel Hawthorne est né Nathaniel Hathorne à Salem, Massachusetts et aurait changé l’orthographe de son nom de naissance, ajoutant le «w» parce que son arrière-arrière-grand-père était l’un des juges des procès de sorcellerie de Salem.

Hawthorne est surtout connu pour sa fiction, en particulier The Scarlet Letter et The House of the Seven Gables. Edgar Allan Poe a publiquement loué Twice Told Tales. La courte histoire de Hawthorne sur le fantôme du Dr Harris était un départ de son style de romantisme noir.

Nathaniel Hawthorne

«Introduction» de Hawthorne au Dr Harris

En 1830, l’auteur vivait à Boston et se rendait quotidiennement à la bibliothèque, l’Athenaeum, pour faire des recherches et écrire dans sa salle de lecture. Le révérend Dr. Harris, un pasteur octogénaire, se rendait également à la bibliothèque tous les jours pour s’asseoir sur une chaise, près de la cheminée et lire le Boston Post.

Harris était un petit homme aux cheveux blancs, d’apparence fragile. Hawthorne était avec un ami lorsqu’il a vu le ministre dans la rue. L’ami a appelé Harris qui s’est retourné et a répondu avec vivacité.

Après qu’ils se soient séparés, l’auteur a demandé à son ami qui était le monsieur. La réponse fut qu’il était le révérend Harris de Dorchester. Hawthorne avait entendu parler de lui comme d’un noble gentleman, mais ne l’avait jamais connu avant ou après cet incident.

À partir de ce moment, l’auteur l’a regardé lorsqu’il est entré dans la salle de lecture et a ressenti une sorte de lien avec le ministre.

Révérend Dr. Harris

Un jour, vers midi, Hawthorne a vu Harris en lui assis à sa place habituelle et n’a rien remarqué de différent. Ce soir-là, un ami lui a dit que Harris était décédé.

L’auteur a dit à son ami qu’il avait tort parce qu’il l’avait vu ce matin-là. L’ami, encore une fois, lui a dit que l’homme était mort et l’a validé avec des faits. Hawthorne a essayé de se convaincre qu’il s’était trompé en voyant Harris.

Les sentiments de Hawthorne à propos de la vision répétée du fantôme

Il pensait qu’il ne reverrait jamais Harris, mais lorsqu’il est entré dans la salle de lecture le lendemain, il a vu le ministre assis à sa place habituelle lire le journal.

C’est alors qu’il a réalisé qu’il voyait un fantôme. Hawthorne n’a pas ressenti la peur, la crainte ou toute autre émotion que la plupart des gens ressentent lorsqu’ils voient un fantôme. De temps en temps, il levait les yeux et voyait le fantôme de Harris. Il a écrit que le spectre ne l’avait pas remarqué et que personne d’autre ne semblait voir le spectre.

Les rencontres étaient si fréquentes que Hawthorne accepta l’existence du fantôme comme il le fit avec ces «vieux brumeux» qui se prélassaient dans la chaleur du feu et somnolaient, journaux à la main. Il trouvait curieux que le fantôme soit solide, pas vaporeux.

Ce ne fut que longtemps après la fin des rencontres qu’il prit conscience de la façon dont les incidents avaient été étranges et étranges. Il essayait de donner un sens à l’affaire en racontant aux gens le fantôme de Harris et en évaluant leurs réactions.

Quel était le fantôme de Hawthorne?

Les sceptiques pourraient dire que Hawthorne hallucinait. Il a vu quelque chose pour lequel il n’y avait pas de stimulus externe. L’image était un produit de l’esprit de l’auteur.

Cela peut être escompté car il y a eu plusieurs observations et Hawthorne a clairement décrit ses réactions au fantôme.

Le fantôme de Harris était obsédant. Les hantises sont comme une cassette vidéo, une énergie imprimée dans le temps et l’espace. Ils peuvent être vus, entendus, sentis, ressentis au toucher, goûtés et sentis.

Ils n’ont aucune intelligence. Toutes les personnes d’un groupe ne perçoivent pas une obsession. Il est possible que d’autres dans la salle de lecture aient vu Harris et, comme Hawthorne, ne l’aient pas mentionné.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *