L’histoire d’une petite fille qui hante les dortoirs du Camp Atterbury

Lorsque Melinda Zell a commencé son association avec l’Atterbury Job Corps en février 2005, elle ne savait pas que ses études incluraient également celle du domaine spirituel.

Le Job Corps est situé sur un terrain autrefois occupé par le complexe de l’hôpital général de Wakeman. À l’époque, l’hôpital a laissé sa propre empreinte sur le terrain du Camp Atterbury. Les 47 bâtiments qui composent l’hôpital étaient les plus grands du genre aux États-Unis dans les années 40, avec plus de 9 000 lits. Pendant sa période de service, l’établissement a traité plus de 85 000 patients et était l’un des nombreux centres de chirurgie plastique de l’armée dans le pays. L’hôpital est devenu un témoin silencieux des résultats de la guerre et des personnes qui entraient et sortaient de ses portes.

Spéculons sur les médecins et les infirmières qui traversaient quotidiennement les couloirs de ces bâtiments. Leur travail consistait à réconforter et à guérir beaucoup de personnes bien au-delà de cela. Et de ceux qui occupaient un lit et se trouvaient dans une position bien au-delà de leur contrôle ou de leur compréhension? Leur vie quotidienne est devenue une série de visites de ce personnel vêtu de blanc, chargé de soulager la douleur et de traiter les blessures – physiques et psychologiques. Nous devons également spéculer sur la douleur et les troubles personnels que ces bâtiments ont absorbés pendant cette période. Ce brassage quotidien, remplacé par un cycle cohérent de nouveaux arrivants. Il peut être comparé à une éponge géante, tout tremper puis relâcher progressivement.

Dans la journée, l’entrée au Camp Atterbury. (Photo soumise)

De nombreux patients sont partis de leur propre gré, mais il y avait ceux qui se sont enregistrés mais ne sont jamais partis. Dans le champ paranormal, les hôpitaux semblent être le plus grand destinataire de drames de vie ou de mort alimentant une activité fantomatique. Je dis juste. …

Pendant des mois, un étudiant de Job Corps est sur des terrains, ces terrains deviennent essentiellement leur monde et le campus leur terrain de jeu. Quelques-uns ont affirmé que la vie au centre est comme «vivre en prison». D’autres, ayant trois repas par jour et un endroit pour dormir, n’ont rien à redire. Les ramifications du monde «réel» en dehors de la clôture du périmètre se sont progressivement filtrées dans l’environnement académique protégé et contrôlé – drogues, alcool, bagarres, sexe et coups de couteau d’une étudiante en 2008. Même un campus fortement sécurisé favorisant l’avancement et la réussite personnels n’est pas à l’abri des influences extérieures.

Bienvenue au Atterbury Job Corps Centre! (Photo de Rick Hinton)

Pourtant, il semblerait que des «choses» se passent juste sous la surface – et ne font pas partie du programme de Job Corps. De nombreux bâtiments sur le campus sont en effet plus récents, construits à l’emplacement des anciens bâtiments. Cependant, une grande partie des bâtiments existants a été réaménagée. Hormis les rénovations, de nombreux membres de la communauté paranormale estiment que tous ces emplacements ont le potentiel de devenir des signes avant-coureurs pour ceux qui sont restés. Zell a eu sa propre rencontre en dortoir en tant qu’étudiante en 2005:

«Je me souviens avoir été dans la salle de bain à 1 heure du matin. J’ai entendu quelqu’un entrer et la porte de la cabine à côté de la mienne s’est ouverte et fermée. J’ai baissé la tête pour regarder sous (la stalle) et je n’ai vu aucun pied. J’ai dit bonjour.’ Il n’y avait pas de réponse. «Les gars… ce n’est pas drôle! Je me dépêchai, finis et fouilla toute la salle de bain. Rien! Mon cœur a commencé à battre et puis j’ai entendu le rire d’une petite fille dans le couloir et une balle qui rebondissait. J’ai couru dans ma chambre. Je pensais que j’étais fou jusqu’à ce que quelqu’un d’autre me dise qu’il avait entendu la même chose! »

Est-ce la seule histoire paranormale qui sort du Job Corps Center? Zell a répondu avec un sourire: «Ce n’est que le début. … »

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : SSTIMES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *