Une Prêtresse Vaudou Décède, Emportant Toute La Ville Avec Elle

Pour ne pas être sous-estimé, les gens pratiquent des rituels de magie noire. En particulier, ce qu’on appelle le vaudou peut provoquer une folie soudaine et même la mort dans certains cas. Une femme qui était une prêtresse vaudou aurait emporté une ville entière avec elle à sa mort. (Une prêtresse vaudou est un guide spirituel entre les vivants et les morts)

Cela s’est produit en Louisiane et le nom de la femme était Julia Brown. Il est en fait possible de faire un tour en bateau dans le marais de Manchac. Ici, des curieux curieux peuvent contempler la zone où Julia a erré, détruisant tout sur son passage.

Au fil des ans, un certain nombre de promoteurs immobiliers ont tenté de construire cet emplacement sans succès. Il est resté tristement célèbre ici pour ceux qui osent se promener sur ces terres. Là où le village existait autrefois, il y a des tombes éparses où les morts reposent maintenant.

Avec une telle tragédie, de nombreux esprits agités bougent maintenant. Comme on peut l’imaginer, cette zone est devenue un point chaud paranormal. Des centaines, voire des milliers de personnes, ont déclaré avoir vécu une sorte d’activité fantomatique ici. Cela inclut les cris obsédants de quelque chose qui chante la chanson de Julia.

En 2009, le réseau A&E a produit une pièce où ils ont essayé d’enregistrer tout type d’activité paranormale à la caméra. Plus tard, la chaîne SyFy a tenté cela également avec sa série Haunted Highway en 2013. Les deux équipes auraient documenté des preuves paranormales substantielles avec leurs enregistrements.

Julia Brown Brown, prêtresse vaudou

Les légendes et les traditions mentionnent que non seulement les fantômes errent ici, mais aussi les loups-garous cajuns, connus sous le nom de Rougarou. Avec ces deux menaces, il n’est pas sage d’errer dans le marais de Manchac, surtout seul la nuit. Pendant la période où Julia Brown vivait ici, les gens avaient plusieurs options.

Quand quelqu’un tombait malade, ils pouvaient faire le voyage à la Nouvelle-Orléans ou chercher Julia pour ses capacités de guérison apparemment surnaturelles. Pendant ce temps, il n’était pas rare que Julia elle-même se déplace dans le village local de Frenier pour aider aux maladies et même aider à l’accouchement. Les histoires de ses guérisons rapides, se sont rapidement répandues dans les marécages. Julia Brown était une pratiquante de magie très respectée dans sa petite ville.

Après un certain temps, les citadins ont commencé à prendre Julia pour acquise. Elle se sentait trahie et utilisée. Julia avait l’impression qu’on lui commandait trop souvent et parfois les gens demandaient son aide même sans demander. Cela s’est produit le plus souvent avec ses voisins à proximité.

Avec le temps, Julia est devenue méchante envers les autres. Elle a commencé par prédire leur avenir en leur annonçant une grande malédiction qui arrivait dans la ville de Frenier. Prédire les événements futurs était quelque chose qu’elle exploitait avec ses pouvoirs. Julia fera plus tard sa dernière prédiction le 28 septembre 1915. Après cela, elle tombe morte. Des semaines avant que cela ne se produise, les gens l’ont entendue chanter: «Un jour, je vais mourir, et je vais vous emmener tous avec moi», encore et encore.

Marais de Manchac en Louisiane

Plus tard, la plupart sinon la ville entière, se sont réunis aux funérailles de Julia dans l’espoir de les voir lui rendre hommage. Malheureusement pour eux, l’âme émouvante de Julia ne serait jamais facile – lorsque les clous sont entrés dans son cercueil, un ouragan dévastateur a déchiré tout le village.

Il ne restait que deux survivants. Des centaines de personnes sont mortes ce jour-là de cette terrible tempête. Les habitants qui vivent ici à l’époque moderne disent qu’il n’est pas rare que des squelettes apparaissent encore dans la zone marécageuse. Incroyablement, 350 personnes sont mortes ce jour-là. Une personne vivait ici et a eu de la chance pour eux d’être à la Nouvelle-Orléans lorsque la tempête a frappé. Voici ce qu’ils avaient à dire:

«L’eau se lavait dans la porte d’entrée. Nous pensions que nous étions partis. Tous les camps là-bas ont disparu. Sur le grand lac, qui avait du gros bois, du gros bois de cyprès, c’était comme un sanglier cassé. Je parie que cette tempête a soufflé sur cent vingt ou trente milles à l’heure. On pouvait l’entendre traverser le col South quand il a frappé chez nous – tout comme un train de marchandises. »

La légende de Julia Brown continue de vivre, attirant de nombreux touristes curieux dans la région.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

(Source: Semaine en bizarre )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *