La triste histoire de Blanche Monnier : Une beauté qui a été enfermée pendant 25 ans

Blanche Monnier (1er mars 1849 – 13 octobre 1913), était une femme de Poitiers, en France, qui a été secrètement enfermée dans une petite pièce par sa mère aristocratique pendant 25 ans.

Elle a finalement été retrouvée par la police, alors entre deux âges et dans un état émacié et sale; selon les responsables, Monnier n’avait pas vu de soleil pour toute sa captivité.

Comment l’horreur a-t-elle commencé

Monnier était un mondain français issu d’une famille bourgeoise respectée de Poitiers d’origine noble et ancienne. Elle était réputée pour sa beauté physique et a attiré de nombreux prétendants potentiels au mariage.

Jeune Blanche Monnier

En 1874, à l’âge de 25 ans, elle veut épouser un avocat plus âgé qui n’est pas du goût de sa mère Louise; elle a soutenu que sa fille ne pouvait pas épouser un « avocat sans le sou ».

Sa mère désapprobatrice, irrité par le défi de sa fille, l’a enfermée dans une petite pièce sombre dans le grenier de leur maison, où elle l’a gardée isolée pendant 25 ans.

Louise Monnier et son frère Marcel ont continué leur vie quotidienne, faisant semblant de pleurer la mort de Blanche. Aucun de ses amis ne savait où elle se trouvait et l’avocat qu’elle souhaitait épouser est décédé subitement en 1885.

Enquête et découverte effrayante

Le 23 mai 1901, le «procureur général de Paris» reçut une lettre anonyme – dont l’auteur est encore inconnu – révélant l’incarcération:

Monsieur le procureur général: J’ai l’honneur de vous informer d’un événement exceptionnellement grave. Je parle d’une fille célibataire qui est enfermée dans la maison de Mme Monnier, à moitié affamée et vivant sur une litière putride depuis vingt-cinq ans – en un mot, dans sa propre crasse.

Les fonctionnaires étaient sceptiques quant à la véracité ou non des allégations de la lettre. Pourtant, ils se souvenaient du chagrin public de 25 ans auparavant, lorsque la fille des Monniers Blanche avait disparu sans laisser de trace.

Blanche a toujours été connue comme une femme très joviale avec de beaux cheveux et de grands yeux. Peut-être que la lettre n’était qu’un canular tordu? Quoi qu’il en soit, la police a décidé d’enquêter.

La porte de la maison était verrouillée. Ils ont frappé, mais ils ont dû forcer la porte quand personne n’a répondu. Alors que la porte s’ouvrait enfin, ils furent frappés d’une odeur affreuse. Ils ont suivi la puanteur, arrivant enfin à l’origine de l’odeur, qui était le grenier.

Monnier a été sauvé par la police de conditions épouvantables, couvertes de nourriture et d’excréments anciens, avec des insectes tout autour du lit et du sol, pesant à peine 25 kilogrammes (55 lb).

Blanche Monnier lorsque la police l’a retrouvée.

Un policier a ainsi décrit l’état de Monnier et de son lit:

«La malheureuse était allongée complètement nue sur un matelas de paille pourri. Tout autour d’elle se formait une sorte de croûte faite d’excréments, de fragments de viande, de légumes, de poisson et de pain pourri… Nous avons également vu des coquilles d’huîtres et des insectes traverser le lit de Mademoiselle Monnier.

« L’air était si irrespirable, l’odeur dégagée par la pièce était si grave, qu’il nous était impossible de rester plus longtemps pour poursuivre notre enquête. »

Malgré beaucoup de bâillonnement, la police a réussi à l’envelopper dans une couverture et à la précipiter à l’hôpital Hôtel-Dieu de Paris. Entre-temps, Madame Louise est restée paisiblement dans la salle familiale de sa maison. Marcel a été retrouvé dans la pièce à côté de la veuve.

Triste fin

Sa mère a été arrêtée, est tombée malade peu de temps après et est décédée 15 jours plus tard après avoir vu une foule en colère se rassembler devant sa maison.

Accusé d’être complice, Marcel a été jugé seul. Il a affirmé que Blanche était folle, et qu’elle n’avait jamais été restreinte, mais a choisi de rester dans la pièce.

Plusieurs témoins ont affirmé avoir entendu Blanche crier à plusieurs reprises depuis le grenier, un témoin du soir affirmant avoir entendu Blanche crier:

«Qu’est-ce que j’ai fait pour être enfermé? Je ne mérite pas cette horrible torture. Dieu ne doit donc pas exister, pour laisser souffrir ses créatures de cette façon? Et personne pour venir à mon secours! »

Frère a d’abord été reconnu coupable, mais a été acquitté plus tard en appel; Marcel Monnier a été jugé handicapé mental, et bien que les juges aient critiqué ses choix, ils ont constaté qu’il n’existait pas à l’époque de «devoir de sauvetage» dans le code pénal avec une règle suffisante pour le condamner.

Après sa libération, Monnier a continué de souffrir de problèmes de santé mentale. On lui a diagnostiqué divers troubles, dont l’anorexie mentale, la schizophrénie, l’exhibitionnisme et la coprophilie. Cela a rapidement conduit à son admission dans un hôpital psychiatrique à Blois, en France, où elle est finalement décédée en 1913 dans une obscurité apparente.

Article traduit par Damien pour preuve du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *