Les multiples visages de la Wicca et de la sorcellerie

La sorcière d’aujourd’hui, ou Wiccan, peut apparaître comme une grand-mère britannique qui fait des biscuits et qui, à Beltane, peut être trouvée dansant «skyclad» avec son clan dans la forêt. Vous pouvez également rencontrer une militante féministe et environnementale comme Starhawk, auteur du classique The Spiral Dance , un livre de référence moderne sur le néopaganisme basé sur la déesse. Ou une jeune femme au foyer et sa mère qui bloguent sur la parentalité Wiccan.

Une sorcière femme fatale classique du milieu du siècle

En 1986, la Wicca était légalement reconnue comme une religion organisée aux États-Unis. En Grande-Bretagne, d’anciennes lois anti-sorcellerie ont été supprimées des livres en 1951, mettant officiellement fin à des siècles de peur, de persécution sanglante et de mort.

Alors que la spiritualité s’est généralisée, le nombre de personnes s’identifiant comme Wiccans aux États-Unis est passé d’environ 400 000 en 2008 à environ 1,5 million en 2014. Les jeunes générations de Wiccans rejettent les stéréotypes – de nombreux jeunes convertis adoptent l’activisme environnemental et féministe, appelant à une réévaluation du féminin, de la matière au sublime. Selon Starhawk, la tendance plaît aux femmes qui cherchent à récupérer le pouvoir féminin sacré.

Wicca contre la sorcellerie

Alors que la Wicca est une religion avec des principes et des observances, la sorcellerie est une pratique de lancer de sorts, d’herboristerie et de divination – les individus choisissent leurs propres disciplines. Un Wiccan peut pratiquer la sorcellerie, mais un «sorcier», ou un praticien de la sorcellerie, n’est pas nécessairement un Wiccan.

Ces traditions descendent des pratiques chamaniques paléolithiques des offrandes rituelles et des danses dédiées à une chasse réussie. Des preuves sous forme d’art rupestre et d’artefacts peuvent être trouvées sous une forme ou une autre sur tous les continents.

Le concept de la déesse féminine est à cheval sur les modèles Wiccan et sorcellerie – le grec ancien Hécate sous une forme ou une autre. Elle règne sur la magie, les carrefours et les seuils, et la lune. Elle est la déesse de la haie, symbole de passage de la matière aux dimensions subtiles. Dans le roman romain antique,  » The Golden Ass « , par Apuleius, Hecate dit,

«Je suis la maîtresse de tous les éléments et la mère naturelle de toutes choses. À ma volonté, les planètes de l’air, les vents des mers et les silences de l’enfer soient disposés. Certains m’appellent Juno, d’autres m’appellent Queen Isis. « 

Le cercle magique de John William Waterhouse

Bien qu’il existe plusieurs écoles de Wicca et de sorcellerie, il s’agit d’un échantillon des plus connus.

Wicca

La Wicca est une religion basée sur la nature, la magie cérémonielle et, à l’exception de la Dianic Wicca, adorant les principes masculins et féminins en tant que dieux et déesses. La Wicca est basée sur les initiations, l’enseignement, l’étude, la pratique et la discipline chuchotés à l’oreille. Les initiations finales et les plus élevées sont le grand prêtre et la prêtresse. La Wicca en tant que combinaison de culte de la nature et de sorcellerie est apparue en 1954 avec le lancement du livre « La sorcellerie aujourd’hui ».

  • Gardnerian
    Gerald Brousseau Gardner, auteur de « Witchcraft Today », est considéré par beaucoup comme le père de la Wicca moderne. Il était impliqué dans la communauté occulte d’après-guerre en Angleterre avec les auteurs occultes Dion Fortune et Aleister Crowley. Gardner a cherché à préserver ce qu’il appelait les «anciennes manières» et à faire revivre les traditions païennes basées sur la nature.
  • Dianic Wicca
    Une tradition «néopagan», ne reconnaît que des divinités telles que la Diane romaine (déesse de la lune, la chasse et la nature) ou l’omniprésente triple déesse, le grec Hekate (magie, phases de la lune, seuils et carrefours, créatures nocturnes , les nouveau-nés et les morts) les considérant comme les aspects d’un seul principe féminin créateur divin.
  • Seax-Wicca
    En 1973, Raymond Buckland a quitté la tradition gardnerienne et a fondé Seax-Wicca. Buckland a éliminé les initiations, les degrés, les serments et les vœux. Il s’est inspiré du paganisme saxon mais n’a pas prétendu avoir récupéré des formes païennes préchrétiennes. Les divinités Seax-Wicca sont issues des traditions scandinaves classiques et incluent Odin comme principe masculin et Freya comme féminin. Seax-Wicca est connu pour être démocratique – les dirigeants sont élus. Le système utilise également des runes saxonnes et peut être pratiqué en solitaire ou en groupe.

La sorcellerie

  • Sorcellerie de cuisine
    cuisine La sorcellerie de cuisine, parfois appelée haie, chalet et sorcellerie verte, est dédiée au foyer et à la maison. Le folklore pratique à domicile et les sorts liés à la cuisine et à l’artisanat, c’est-à-dire la fabrication de talismans, font partie intégrante de la sorcellerie de cuisine. Un pratiquant peut garder un sanctuaire d’autel ou de déesse près de son poêle et avoir un jardin dédié aux plantes et herbes magiques et médicinales. Il ou elle peut également planter et récolter par cycles lunaires et produire des teintures à base de plantes comme médicament. Les sorcières de cuisine peuvent être Wiccan, ou simplement des pratiquantes.
  • Stregheria
    Du sud de l’Europe, Stregheria a voyagé avec des immigrants italiens aux États-Unis à la fin du XIXe et du XXe siècle. Le pratiquant Raven Grimassi dit que la tradition descend du paganisme étrusque et s’est mélangée avec les traditions folkloriques et le catholicisme sous forme de saint culte et de pétition. Stregheria est l’une des plus anciennes formes de sorcellerie européenne – deuxième dans l’antiquité seulement après la sorcellerie grecque, datant d’Homère.Grimassi a appelé sa version la tradition «aridienne», du nom du folklorique Aradia, une sorcière toscane qui enseignait la magie protectrice et le rituel à ceux opprimés et exploités par l’église catholique et l’aristocratie. Stregheria reconnaît la Diane romaine pré-chrétienne et les saints catholiques sont considérés comme d’anciens dieux païens déguisés en symboles chrétiens. La tradition honore également les ancêtres et les esprits terrestres locaux.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : GAIA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *