Les résidents de Bahla à Oman prétendent être agressés par le démon Jinn

Les djinns sont une classe de créatures surnaturelles faites de «feu sans fumée» qui sont mentionnées dans le Coran et dans la mythologie islamique. Bien qu’il y ait des exemples bienveillants à trouver, comme le génie de la lampe de l’histoire d’Aladdin, les djinns sont souvent décrits comme des filous malveillants qui changent de forme.

Ces êtres extrêmement puissants seraient enclins à commettre des actes répréhensibles, surtout après que beaucoup d’entre eux ont suivi la mauvaise direction d’Iblīs, un djinn qui a désobéi aux ordres et a refusé de s’incliner devant la supériorité du premier homme, Adam. L’équivalent islamique de Satan du christianisme, Iblīs, soutenu par sa horde de djinns démoniaques, s’est engagé à égarer les humains et à provoquer leur chute.

On pourrait dire que ce vœu destructeur peut être ressenti principalement dans une ville déserte d’Oman. Située à l’ombre d’une vaste chaîne de montagnes, la ville de Bahla abrite l’une des plus anciennes forteresses du pays. De cette forteresse médiévale, le Banu Nebhan, la tribu dominante de la région, a régné pendant trois siècles. C’est l’importance historique de la ville en tant que «centre militaire, religieux et politique»  qui aurait fait d’elle un foyer d’activité démoniaque, car on dit que «des gens puissants attiraient de puissants djinns».

Des histoires circulaient dans la ville sur l’apparition fréquente d’esprits puissants. Une légende locale prétend même que les djinns ont construit le mur de douze kilomètres qui englobe le fort en une seule nuit. Cependant, toutes supposées rencontres ont été décrits comme étant si compatissant. On chuchota que des djinns maléfiques parcouraient la ville, attaquant et mangeant à la fois des chiens et des humains.

Une vue sur la ville omanaise depuis le fort historique. (Crédit d’image: Matthew Smith / Flickr / Wikimedia Commons )

Loin d’appartenir au passé médiéval de Bahla, la prévalence des djinns dans la ville est encore largement considérée par les habitants d’aujourd’hui. Interrogé par un journaliste d’une publication hebdomadaire omanaise en 2018, un commerçant local de 76 ans a déclaré que «Bahla est très différente des autres villes d’Oman». Le vieil homme a décrit comment «les arbres, les rochers, les montagnes» et même les ombres de la ville abritent une pléthore de djinns. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi, il a expliqué comment «ils gardent un œil sur tout ce qui se passe ici», faisant référence à l’importance historique de Bahla.

Lors de la recherche d’autres histoires, il n’est pas difficile d’en trouver d’autres, sinon plus, des rapports sinistres de djinns à Bahla.

Une famille a raconté comment ils se réveillaient chaque semaine à un faible bruit gémissant venant de l’extérieur de leur maison – et comment chaque semaine, ils trouveraient des monticules de roches et de sable particuliers et méticuleux placés directement sous la fenêtre de la pièce où dormait leur fils . 

Un autre cas décrit la possession d’un homme de 30 ans par des djinns. Son frère prétend l’avoir trouvé « murmurant des mots inintelligibles » contre un mur pendant plusieurs nuits. Un exorciste qui opère dans la région prétend avoir traité plus de 5 000 personnes affligées de la même manière au cours de ses deux décennies de carrière. 

«Ils veulent nous déchirer – nos esprits, nos communautés, avec des arguments, l’incrédulité, tout. Et tout le temps, les djinns sont toujours là, en attente. C’est le fardeau de Bahla. » – Harib al-Shukhaili, un exorciste zar 

On peut dire que le plus effrayant est cependant un incident décrit par Muhammed al-Hinai ,un homme du coin qui a fréquenté la première université du pays et a occupé un poste de direction dans une usine voisine. Les tirs spontanés, selon lui, étaient dus à des djinns. Début 2015, derrière sa maison de Bahla, des flammes vertes auraient éclaté du sable et plané au-dessus du sol pendant plusieurs minutes. Alors que le feu flambait, l’homme a affirmé avoir entendu un caquetage effrayant résonner dans les flammes. L’enfer était spontané et n’avait aucune cause connue – s’étant produit par une nuit froide et sans nuages ​​au milieu de l’hiver. Le journaliste qui a enregistré son expérience a rapporté que les doigts de l’homme tremblaient alors qu’il se souvenait de cette nuit. Il était clairement terrifié et a rapidement fait entrer le journaliste à l’intérieur, loin du lieu de l’événement sinistre, de peur que les djinns ne frappent à nouveau. sept 

La fréquence des événements tout aussi terrifiants signalés à Bahla est inquiétante. Avec autant de rapports, il semblerait que cette ville déserte puisse très bien être attaquée par des forces démoniaques.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : PARANORMALSCHOLAR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *