Ange de la mort: Jane Toppan, l’infirmière qui a avoué avoir tué plus de 30 personnes

Jane Toppan n’allait jamais avoir une vie parfaite. Cédée à un orphelinat de Boston et engagée dans une famille d’accueil à l’âge de six ans, elle était condamnée, au mieux, à une vie de servitude. Mais personne n’aurait pu prévoir les endroits sombres de sa vie.

Toppan a grandi en dépit de sa famille d’accueil pour l’avoir mal traitée. En particulier, Toppan détestait sa belle sœur adoptive, Elizabeth Toppan, qui était aimée de ses amis et de sa famille. Au milieu de la vingtaine, Toppan a quitté la famille pour devenir infirmière à l’hôpital de Cambridge dans le Massachusetts. Bientôt, une traînée de corps a commencé à s’accumuler derrière elle. Avant d’être arrêtée en 1901 pour le meurtre de toute une famille, Toppan aurait, de son propre aveu, tué et tué au moins 31 patients et amis

Ange de la mort: Jane Toppan, l'infirmière qui a avoué avoir tué plus de 30 personnes
[Crédit d’image: Wikipedia ] Le tueur en série Jane Toppan accusé d’avoir tué plus de 30 personnes a été reconnu non coupable pour cause d’aliénation mentale.

Au début, Toppan a simplement expérimenté avec des patients à l’hôpital de Cambridge. Elle testerait différents niveaux de morphine et d’autres stupéfiants sur des patients réticents. Elle a affirmé que c’était uniquement pour tester les réponses de leurs systèmes nerveux. Bientôt, cependant, ces tests terribles ont conduit au meurtre. Toppan a commencé à donner aux patients de la strychnine (poison à rat) plutôt que d’augmenter simplement les doses de morphine.

Contrairement à de nombreuses femmes tueuses en série, Toppan semblait trouver un profond sentiment de gratification dans l’acte de meurtre. Elle a avoué qu’après avoir empoisonné bon nombre de ses victimes, elle grimperait dans son lit à côté d’eux. Une victime qui a survécu à une tentative d’empoisonnement s’est souvenue que Toppan lui avait donné de la strychnine, l’avait rejointe dans son lit et avait commencé à l’embrasser sur le visage avant qu’une autre infirmière ne l’interrompe.

Finalement, l’hôpital a remarqué – ou ne pouvait plus ignorer – les multiples surdoses survenues pendant la surveillance de Jane. Parce qu’elle avait un air si «gai», elle a été transférée au général du Massachusetts plutôt que licenciée. En fait, les patients qui n’ont pas été assassinés aimaient beaucoup Jane.

Le général du Massachusetts a congédié Toppan en 1891, une fois de plus en raison de ses patients en surdose. À ce stade, Toppan avait déjà été responsable de plusieurs décès. Après son licenciement, Toppan est devenue infirmière privée et a poursuivi ses voies mortelles.

Au cours des 10 prochaines années, Toppan assassinerait non seulement pour le plaisir mais pour le gain.

Ces meurtres ont toujours été atteints grâce à sa méthode d’empoisonnement préférée, bien qu’elle se soit éloignée de la morphine au profit d’autres produits chimiques mortels. En 1895, Toppan a empoisonné son propriétaire. Puis, en 1897, Toppan a également empoisonné sa femme, laissant la maison vide pour son usage.

Ange de la mort: Jane Toppan, l'infirmière qui a avoué avoir tué plus de 30 personnes
[Crédit d’image: Clinton Morning Age ] Croquis de Jane dans un journal contemporain.

Elle continuerait à tuer jusqu’à la fin du 19e siècle. Elle a empoisonné un autre groupe de propriétaires, un ami dont elle voulait le travail, même sa sœur adoptive.

Lorsque Jane a tenté de vaincre toute une famille, les Davise, elle s’est retrouvée au-dessus de sa tête. La matriarche de la famille, avec qui Jane vivait, a été la première à mourir. L’une des filles de Davis est ensuite allée voir Jane pour se réconforter mais s’est retrouvée morte à la place. En trois mois, toute la famille Davis était dans leurs tombes.

Le mari d’une fille Davis était naturellement méfiant. Il a ordonné un rapport de toxicologie sur sa femme. Lorsque les résultats ont montré qu’elle avait été empoisonnée, la police a commencé à rechercher Toppan. Elle a été arrêtée en octobre 1901. Elle a avoué 31 meurtres, mais n’a pas été déclarée coupable pour cause d’aliénation mentale.

Dans ses aveux, Jane a  admis ne ressentir aucune culpabilité . « Non, je n’ai absolument aucun remords », a-t-elle déclaré. «Je ne me suis jamais senti désolé pour ce que j’ai fait. Même lorsque j’ai empoisonné mes amis les plus chers, comme l’étaient les Davise, je n’ai éprouvé aucun regret par la suite. J’ai réfléchi à tout et je ne peux pas détecter la moindre peine de ce que j’ai fait. »

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Via  Lowell Sun ,  Wikipedia .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *