Le mystère fantôme de la gamme Croglin

L’histoire du vampire date juste après la guerre civile anglaise (1650). Les propriétaires de Croglin Low Hall étaient une famille appelée Fisher et l’histoire a été racontée à un Augustus Hare par un descendant de la famille en 1896.

Pour une raison qui leur est propre, les pêcheurs ont décidé d’aller vivre dans le sud de l’Angleterre et de louer la ferme. Les locataires qu’ils ont trouvés étaient deux frères et une sœur du nom de Cranswell. La nouvelle famille est restée dans leur ferme isolée pendant le premier hiver sans événement.

L’été est venu et, cette année-là, il faisait une chaleur étouffante alors ils ont dormi avec les fenêtres ouvertes. A cette époque, la salle ne faisait qu’un étage – l’étage a été construit par la suite. Près de la salle se trouvait une chapelle et un petit cimetière qui appartenaient autrefois à la famille Howard, grands propriétaires terriens dans ces régions.

Une nuit d’été sans air particulière, les hommes se sont assis avec leur sœur en regardant la lune se lever. Après un certain temps, ils ont décidé d’aller se coucher. La sœur était allongée dans son lit, les draps jetés à cause de la chaleur.

Elle avait fermé sa fenêtre, mais n’avait pas fermé les volets. Elle regarda par sa fenêtre, appuyée sur ses oreillers alors que la longue journée d’été s’estompait et que la nuit prenait sa place. En Cumbrie au milieu de l’été, car il est assez loin au nord, il ne fait pas très sombre du tout entre le coucher et le lever du soleil.

Mlle Cranswell se rendit bientôt compte de deux lumières dans la ceinture d’arbres à une certaine distance de la maison qui séparait la pelouse du cimetière. Elle a regardé et, après un certain temps, elle a aperçu une forme sombre se déplaçant vers la maison – vers sa fenêtre. Une horreur terrible la saisit.

Elle voulait se lever et quitter la pièce, mais aller à la porte aurait signifié qu’elle devait se rapprocher de la fenêtre. De plus, elle avait verrouillé la porte de l’intérieur et devait donc rester là et la déverrouiller – tout en étant clairement visible par tout ce qui se trouvait là-bas.

Gelée sur place, elle regarda la forme mais elle se retourna et au lieu de se rapprocher de sa fenêtre, elle commença à se déplacer dans la maison. Elle se leva d’un bond et courut vers la porte. Ses mains tremblaient tellement qu’elle avait du mal à tourner la clé.

Et puis son cœur s’est presque arrêté. Derrière elle – près d’elle même si elle n’osait pas regarder – elle entendit un grattage à la fenêtre. C’était dehors. À quelques pas. Elle était là, pétrifiée de peur, ne tournant toujours pas la tête.

Puis elle en entendit le son décrocher le plomb qui maintenait le verre en place. Elle se força à regarder et vit qu’une vitre à meneaux s’était détachée et qu’une longue main osseuse s’étira et tourna le loquet de la fenêtre.

Quoi qu’il en soit, il est entré par la fenêtre avec précipitation et l’a saisie – ses doigts dans ses cheveux, sa bouche à sa gorge. Il lui a mordu le cou et l’a forcée au sol. En la mordant, elle hurla.

Ses frères ont entendu le bruit et sont venus frapper à la porte verrouillée. La créature leva les yeux et lorsque la porte fut ouverte, elle se retourna et s’enfuit par la fenêtre, la laissant allongée sur le sol, saignant abondamment d’une blessure au cou.

Un frère a grimpé par la fenêtre et l’a poursuivi. Mais c’était rapide et avant qu’il ne puisse l’attraper – peut-être qu’il avait de la chance qu’il ne l’ait pas fait – cela a disparu dans la noirceur d’encre autour du cimetière.

En essayant de l’expliquer par la suite, la fille a rationalisé le fait que la créature devait être une folle dangereuse. Mais elle était toujours horriblement choquée et ses frères l’ont emmenée de Croglin pour se remettre – sur le continent.

Ils sont restés à l’écart pendant un certain temps, mais ensuite, à l’approche de l’automne, c’est elle qui les a exhortés à retourner à Croglin. Ils avaient payé la location, et en plus, plaisanta-t-elle, ce serait très malheureux de rencontrer deux fous en fuite.

Ils sont retournés à Croglin et y ont passé l’hiver. Elle avait la même pièce, mais fermait toujours les volets en bois. Les frères ont emporté avec eux des pistolets chargés dans la maison. Mais rien ne s’est passé avant une nuit de mars.

La sœur était allongée dans son lit quand elle entendit un grattement terriblement familier à la fenêtre. Elle a lutté pour se réveiller complètement et a cherché une bougie et quelque chose pour l’allumer. Quand elle a eu une flamme, elle a vu que les volets étaient ouverts.

La fixant était un visage brun et ratatiné et elle vit ses longues mains osseuses cueillir en avant des fenêtres. Cette fois, elle a immédiatement crié. Ses frères se sont précipités avec leurs pistolets.

Elle désigna la fenêtre, mais la créature était partie. Les frères ont couru par la porte d’entrée et l’ont vue se déplacer à travers la pelouse vers le cimetière. Ils ont tiré et l’un d’eux l’a touché à la jambe. Il s’est enfui dans l’obscurité et ils l’ont perdu.

Le lendemain, les frères ont convoqué leurs voisins et, avec leur aide, ils sont allés au cimetière. Les locataires du Croglin High Hall voisin en avaient également subi des visites et leur jeune fille avait des blessures à la gorge.

Le père avait pensé qu’elle avait été mordue par un rat, mais quand les Cranswell ont dit ce qui était arrivé à leur sœur, ils ont craint le pire et le père a rejoint la fête alors qu’elle se dirigeait vers le cimetière.

L’un des habitants avait entendu des rumeurs selon lesquelles un coffre-fort particulier abritait un monstre, alors il l’a ouvert. Ils se tenaient là, pistolets et autres armes prêts. La voûte était pleine de cercueils mais la plupart ont été brisés et les restes mutilés et éparpillés sur le sol. Un seul cercueil n’a pas été dérangé.

Ils ont soulevé le couvercle et là, ils ont vu la silhouette momifiée et ratatinée qui avait bougé comme si elle était vivante la nuit précédente. Pour confirmer ce qu’ils craignaient, ils ont regardé la jambe et ont trouvé une blessure récente d’une balle de pistolet. Là et puis ils ont mis le feu au cercueil sec et y ont brûlé le vampire.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *