L’histoire vraie de « massacre à la tronçonneuse » et les terribles crimes d’Ed Gein

Bien que Leatherface puisse terrifier dans les salles de cinéma, ce sont les créations bizarres de l’imagination horrible de Gein qui ont d’abord fixé une nation sur les terreurs qui se cachent derrière la plus banale des petites villes.

BEAUCOUP considèrent les crimes infâmes d’Ed Gein comme un réveil d’une nation de sa propre innocence, alors même que le changement social transformait l’Amérique des années 50. En particulier, la découverte des façons d’arracher et de tuer le corps de ce fermier a réveillé une nation entière dans l’obscurité tourbillonnant sous la façade du rêve américain. Sa pratique de faire des souvenirs de cadavres et de ses propres victimes a inspiré de nombreux films d’horreur, romans et autres histoires – y compris les films phares Psycho et The Texas Chainsaw Massacre . Ce dernier incarnait spécifiquement ce même sentiment de crainte – que quelque chose d’aussi horrible puisse se cacher à la vue.

À ce jour, le terrible héritage de Gein nous rappelle que les visages souriants d’amis et de voisins cachent trop souvent une obscurité insondable – qui peut être une partie essentielle de l’Amérique elle-même.

Edward Theodore Gein est né le 27 août 1906 dans la petite communauté agricole de Plainfield, Wisconsin. Entre une légère croissance sur un œil et sa personnalité efféminée, Ed était régulièrement victime d’intimidation. Cependant, il a trouvé peu de réconfort à la maison, où son père alcoolique, George, a subi des violences verbales de la part de sa mère, Augusta, parce qu’il n’était pas en mesure d’occuper un emploi. Ils avaient déménagé dans leur ferme de 155 acres après avoir vendu une épicerie dans la ville, mais il avait eu peu de chance de garder un emploi de charpentier, tanneur ou vendeur d’assurance.

Le vrai massacre à la tronçonneuse au Texas et les terribles crimes d'Ed Gein
[Crédit d’image: Murderpedia ] La maison d’Ed Gein à Plainfield, WI.

August, quant à lui, a imposé une interprétation stricte des enseignements luthériens et a régulièrement lu des versets bibliques sur la mort et la rétribution à ses fils. Elle a instillé une forte peur de la sexualité et de la boisson chez ses deux fils, ainsi qu’une conviction que toutes les femmes étaient intrinsèquement mauvaises. De plus, il leur était interdit d’avoir quelqu’un et ils étaient souvent punis pour avoir même noué des amitiés en premier lieu. Ainsi, il est loin d’être surprenant que, selon tous les témoignages, Ed ait grandi en un jeune homme solitaire qui se moquait souvent des blagues qu’il semblait entendre.

Puis, le 1er avril 1940, George Gein est décédé à 66 ans lorsque son cœur a cédé. Les frères ont commencé à prendre des petits boulots pour soutenir la ferme, et leurs voisins ont trouvé que les deux étaient des bricoleurs fiables, bien qu’Ed ait également pris le baby-sitting à côté. Pendant ce temps, Henry a commencé à sortir avec une mère divorcée de deux enfants et a envisagé d’emménager avec elle. Il a commencé à dire du mal de leur mère co-dépendante abusive autour d’Ed pour essayer de le tirer de ses griffes, mais cela a plutôt attiré un fossé entre les frères.

Au milieu de ces changements, Henry est mort dans une tragédie apparente – ou un signe précoce possible des tendances homicides d’Ed. En 1945, les deux frères géraient un feu de brousse sur leur propriété à l’extérieur de Plainfield lorsqu’elle est devenue incontrôlable, et le service d’incendie a été appelé. Après que les flammes se soient éteintes, Ed a signalé que son frère avait disparu, bien qu’il soit bientôt retrouvé, mort par asphyxie. Le coroner n’a rien remarqué de suspect, bien qu’il se souvienne plus tard qu’Henry avait un traumatisme crânien qui aurait pu résulter d’un acte criminel.

Pendant ce temps, Augusta avait grandi pour dépendre d’Ed, car un AVC l’avait laissée relativement immobile pendant plusieurs années. Elle est restée aussi fanatique que jamais, cependant, avec une histoire locale racontant comment elle a vu un homme tuer un chien mais s’est concentrée sur le fait qu’il a invité une femme non mariée dans sa maison. Cependant, elle aussi est décédée en 1945, à l’âge de 67 ans, et Ed s’est retrouvé sans amis ni famille. Il s’est accroché à leur ferme mais est monté à bord des pièces que sa mère avait utilisées, y compris le salon et tout l’étage.

Avec le temps, il est devenu de plus en plus reclus, la cuisine et la chambre individuelle qu’il utilisait devenant de plus en plus délabrées. Livré à lui-même, Ed Gein ne quittait la maison que pour faire des travaux occasionnels pour une équipe de voirie municipale ou pour aider au battage des récoltes. Après avoir vendu la terre de son frère, il a commencé à compter sur une subvention agricole en 1951. En même temps, ses passe-temps se sont concentrés sur la dévoration de livres sur les cannibales, les atrocités des nazis et divers aspects de l’anatomie humaine. Bientôt, il a commencé à déterrer des femmes récemment enterrées qui ressemblaient à sa mère – les disséquant et bronzant la peau pour expérimenter la taxidermie. Mais les choses ont changé quand il a commencé à chasser les vivants.

Le 16 novembre 1957, Bernice Worden, propriétaire de la quincaillerie de Plainfield, a disparu – son camion ayant quitté la ville vers 9 h 30. Après que le magasin soit resté fermé toute la journée, son fils, le shérif adjoint Frank Worden, est entré vers 17 heures pour trouver le registre ouvert avec du sang sur le sol et un seul reçu d’antigel sur le comptoir. Rappelant qu’Ed Gein avait dit qu’il allait s’arrêter pour acheter de l’antigel la nuit précédente, Worden a souligné le lien et Gein a été arrêté le soir même.

Le vrai massacre à la tronçonneuse au Texas et les terribles crimes d'Ed Gein
[Crédit d’image: Murderpedia ] Le shérif du comté de Waushara Art Schley, à gauche, escorte Ed Gein, à l’hôpital central d’État pour les criminels aliénés.

En fouillant la ferme de sa famille, les autorités ont trouvé bien plus que ce qu’elles avaient négocié. Pour commencer, ils ont découvert le corps décapité de Bernice suspendu à l’envers de ses poignets dans le hangar. Elle avait été abattue avec un fusil de calibre .22 et habillée comme un animal, la tête bourrée dans un sac de jute et son cœur assis devant le poêle. En examinant plus en détail la maison de Gein, la police a également trouvé les restes de la propriétaire de la taverne Mary Hogan, 54 ans, disparue en décembre 1954. Elle était également en morceaux – son visage bronzé comme un masque dans un sac en papier et son crâne caché dans une boîte.

Mais ce n’était pas la fin du sang dans la maison de la famille Gein. Ils ont trouvé des crânes montés au sommet de ses colonnes de lit, d’autres transformés en bols. La peau avait été utilisée pour créer une corbeille à papier et des revêtements de chaise, et Gein avait également façonné des vêtements d’entre les morts. La police a trouvé un corset d’épaule à la taille fabriqué à partir du torse bronzé d’une femme, ainsi que de multiples masques et leggings fabriqués à partir de peau de jambe humaine. Ed avait stocké 9 vulves dans une boîte à chaussures, dont 2 d’adolescents, et il gardait une boîte de nez, une ceinture de mamelons, un abat-jour et un cordon de store de fenêtre fait d’une paire de lèvres. Au total, les restes provenaient d’une quinzaine de corps de femmes.

Gein a déclaré aux enquêteurs qu’il était régulièrement entré dans un état hypnotique et avait visité des cimetières locaux à environ 40 reprises entre 1947 et 52. Bien qu’il puisse normalement s’empêcher de piller des tombes, Ed rentrait souvent chez lui avec des parties de femmes qu’il pensait ressembler à sa mère . À ces occasions, il bronzerait leur peau pour faire le matériel horrible découvert dans sa maison. Il a avoué avoir volé 9 tombes et conduit les autorités à certaines pour prouver qu’il avait été assez fort pour faire le travail par lui-même.

À un moment donné, Gein a admis qu’il avait réalisé qu’il voulait devenir une femme après la mort de sa mère. Pour satisfaire son désir, il avait commencé à créer un costume pour femme et avait souvent revêtu la peau bronzée. Pendant l’interrogatoire, cependant, le shérif Art Schley a cogné la tête de Gein face contre un mur de briques – prétendant plus tard être traumatisé par les crimes de l’homme. Schley a été horrifié lorsque cela a rendu les aveux inadmissibles devant le tribunal, et il est décédé plus tard d’une insuffisance cardiaque juste avant le procès de Gein. Sans aucun aveu ni mandat pour avoir procédé à la perquisition en premier lieu, l’accusé a plaidé non coupable et a été déclaré inapte au procès.

Le vrai massacre à la tronçonneuse au Texas et les terribles crimes d'Ed Gein
[Crédit d’image: Murderpedia ] En fouillant la maison, la police a fait des découvertes horribles.

Pendant ce temps, les habitants de Plainfield qui avaient été les voisins de Gein ont essayé de traiter ses actions. Pour certains, l’horreur était écrasante, y compris un adolescent qui avait interrogé Gein sur ses masques pour se faire dire qu’il s’agissait de reliques des Philippines, envoyées par un cousin pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans le même temps, d’autres meurtres semblaient soudainement liés, notamment la disparition de la baby-sitter Evelyn Hartley en 1953. Avec les crimes de Gein mis en évidence sur les couvertures Life and Time , la ville et le pays tout entier ont été secoués.

Ed Gein a finalement été jugé pour le meurtre de Bernice Worden et condamné à la prison à vie. Cependant, lors d’un deuxième procès, il a été déclaré non coupable pour cause d’aliénation mentale et envoyé à l’hôpital central pour les criminels aliénés de Waupun, Wisconsin. Il a été diagnostiqué comme schizophrène et n’a jamais jugé pour le meurtre de Mary Hogan, car il passerait le reste de sa vie dans un établissement de santé mentale de toute façon. En 1968, Gein a été envoyé au Mendota Mental Health Institute de Madison, où il est décédé d’un cancer du poumon à 77 ans en 1984.

De retour à Plainfield, la ferme Gein a brûlé après avoir été vendue aux enchères en 1958, et sa voiture a été vendue à un spectacle de carnaval pour que les gens puissent la regarder. À long terme, les actions de Gein ont également inspiré une longue liste de tueurs en série fictifs, de Norman Bates de Psycho à Leatherface de The Texas Chainsaw Massacre , et, plus récemment, Bloody Face dans American Horror Story: Asylum . Chacun joue sur les cauchemars sous le rêve américain, mais aucun ne capture la véritable horreur de l’esprit d’Ed Gein – ou des objets qu’il a fabriqués à partir d’êtres humains.

Article traduit par DAmien pour preuves du paranormal

Source : OCCULTMUSEUM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.