Reflets sombres: la légende de Bloody Mary

D’une génération à l’autre, les garçons et les filles à la recherche de sensations fortes ont transmis la légende de Bloody Mary.

Peut-être avez-vous même relevé le défi de vous élever les cheveux à l’adolescence – scandant «Bloody Mary» dans le miroir d’une salle de bain sombre trois fois, pour finir par crier avant que l’esprit maléfique n’apparaisse. Certains prétendent que la femme ensanglantée apparaît simplement dans la surface réfléchissante, tandis que d’autres prétendent qu’elle vous griffera le visage, vous hantera pour la vie ou même vous tuera.

Bien avant que cette femme malveillante ne vienne hanter les vivants, le rituel original a pris racine dans la maturité d’une jeune femme. Il y a des centaines d’années, des filles pubères curieuses de leur véritable amour destiné remontaient un escalier, puis regardaient dans un miroir dans une pièce sombre tout en tenant une bougie. Cela aurait révélé le visage de leur futur mari. Parfois, cependant, un crâne se matérialisait, signifiant la mort avant d’avoir la chance de se marier.

Une explication scientifique de ces visions met en évidence les hallucinations qui se produisent inévitablement après des périodes prolongées de regard dans un miroir sous un mauvais éclairage. Souvent, ces images semblent se tordre ou fondre.

Reflets sombres: la légende de Bloody Mary
Crédit d’image: wiki

Il n’est donc pas étonnant que le rituel du miroir matrimonial ait finalement pris un tour pour le sinistre. Au fil du temps, la sombre légende de Bloody Mary a remplacé la recherche adolescente du véritable amour. Il s’est transformé en un test de peur pour les garçons et les filles, un jeu de société aux conséquences désastreuses.

L’identité de la femme connue sous le nom de Bloody Mary est difficile à déterminer. Il y a plusieurs femmes à travers les âges qui ont été associées à la légende. Le plus célèbre est Marie , reine d’Angleterre , un souverain catholique du 16 e siècle qui craint dans tout le pays pour sa persécution des protestants, les brûler souvent à l’enjeu pour le crime de leur religion. Une variation du rituel impliquait de chanter «J’ai volé ton bébé, Bloody Mary» en référence aux tentatives infructueuses de la reine d’avoir un héritier.

Une autre Bloody Mary était la vampirique Elizabeth Bathory alias The Blood Countess. Au XVIe siècle en Hongrie, Elizabeth a torturé, mutilé et assassiné de jeunes vierges, et a même bu leur sang dans une quête maniaque pour rester jeune.

Reflets sombres: la légende de Bloody Mary
Crédit d’image: magnolialux / Flickr.

Une itération plus récente de Bloody Mary appartient à un moment sombre de l’histoire américaine. L’hystérie du procès des sorcières de Salem au 17 e  siècle a attisé la peur et la superstition dans toute la Nouvelle-Angleterre. Les enfants de l’époque scandaient «Je crois en Mary Worth» en référence à un supposé pratiquant des arts sombres qui a été brûlé vif pour être une sorcière.

Il existe peu ou pas de preuves pour confirmer l’existence de Mary Worth. En fait, sa trame de fond a reçu une mise à jour au cours du 20 e  siècle. Beaucoup vous diront maintenant que Mary Worth était une belle femme décédée dans un accident de voiture, le visage gravement défiguré et ensanglanté. Lorsqu’elle est invoquée, elle apparaît au conjurateur vêtu de blanc, avec du sang coulant sur son visage.

Hollywood a également saisi la légende et l’a transformée en personnage masculin pour le film de 1992  Candyman . Chanter son nom dans un miroir résumait l’esprit sinistre qui vous déchirerait en morceaux avec sa main de crochet.

De toute évidence, le rituel de Bloody Mary refuse de mourir. Nous attendons avec impatience de voir quelle apparition des temps modernes apparaîtra de l’autre côté du miroir.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Cet article a été publié pour la première fois sur The Line Up .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *