Sorcellerie : La main de la magie sinistre de la gloire

Selon la légende, la main séchée et marinée d’un pendu possède des pouvoirs obscurs.

Quiconque a entendu parler de la Main de Gloire lève votre, euh, main.

Peut-être connaissez-vous ces horribles objets magiques – les mains coupées d’hommes démoniaques qui sont marinés et séchés et transformés en talismans. De tels objets apparaissent fréquemment dans les jeux de rôle comme Dungeons & Dragons et Pathfinder , offrant aux personnages un endroit supplémentaire pour porter un anneau magique. Pourtant, la Main de gloire a une longue histoire dans le folklore, les mythes et les faits – et fournirait des pouvoirs beaucoup plus sinistres que quelques chiffres supplémentaires.

La main folklorique de gloire remonte au moins aux années 1600, où elle est mentionnée dans des grimoires comme Le Petit Albert de 1722 et le Compendium Maleficarum, un manuel pour les chasseurs de sorcières publié en Italie en 1608. Les méthodes de création de la main varient, tout comme ses prétendues propriétés magiques, mais pratiquement toutes impliquent la main coupée d’un criminel pendu, ou parfois la main coupée d’un enfant mort.

main de gloire
Crédit photo: Hulton Archive / Getty Images

Le Petit Albert – probablement inspiré des écrits de Saint Albertus Magnus – propose la recette suivante pour créer une Main de gloire, comme l’a plus tard cité Grillot De Givry dans son livre Sorcellerie: magie et alchimie.

Prenez la main droite ou gauche d’un criminel suspendu à un gibet à côté d’une autoroute; envelopper dans une partie d’un drap funéraire et bien emballé le presser. Ensuite, mettez-le dans un récipient en terre cuite avec du zimat, du nitre, du sel et de longs poivrons, le tout bien en poudre. Laissez-le dans ce récipient pendant quinze jours, puis sortez-le et exposez-le au plein soleil pendant les jours de chien jusqu’à ce qu’il devienne assez sec. Si le soleil n’est pas assez fort, mettez-le dans un four avec fougère et verveine. Ensuite, faites une sorte de bougie à partir de la graisse d’un criminel à gibier, de la cire vierge, du sésame et du ponie et utilisez la Main de gloire comme un chandelier pour tenir cette bougie allumée …

Les praticiens d’aujourd’hui peuvent avoir du mal à reproduire cette recette à la maison. Non seulement il est rare de repérer un criminel à gibier mûr pour la dissection, mais vous découvrirez bientôt que votre épicerie locale ne vend pas de zimat ou de ponie. En fait, même Gillet De Givry n’était pas un peu clair sur la signification de ces deux mots, spéculant que «ponie» pouvait faire référence au fumier de cheval.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : LINEUP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *