L’histoire de l’enfant qui a sauvé un fantôme

Beaucoup d’histoires sont retapissées dans son récit, en particulier les histoires de fantômes, mais la suivante est, autant que je sache, composée uniquement de faits simples.

Liverpool était la marraine de la petite Mary Pepper. Elle était maintenant âgée de 7 ans et avait été prise en charge par des personnes de tous horizons depuis qu’elle était une enfant trouvée.

En ce début de matinée crue de la veille de Noël 1887, elle avait quitté l’abri d’une maison en ruine abandonnée quelque part au milieu des warrens des ruelles autour de Hackins Hey pour aller à la recherche de quoi que ce soit; des morceaux de charbon qui étaient tombés des wagons, du bois, et qui sait – même la pièce perdue de quelqu’un.

Elle mendiait généralement du pain rassis à la boulangerie de Dale Street et parfois, si elle traînait assez longtemps dans la confiserie, M. Mallard la faisait signe et lui donnait un sac de bonbons bouillis ou un morceau de caramel au beurre. Ce matin, Mary suivait un rouge-gorge dans la rue Crosshall lorsqu’elle a vu le fantôme, et elle n’avait pas peur parce qu’elle en avait vu tant.

L’enfant était sans aucun doute ce que nous appellerions maintenant psychique. Il était grand et mince et tout ce qu’il portait était blanc comme la neige, de son chapeau haut de forme et de ses cheveux blanc argenté à ses bottes, et même son visage triste était blanc craie.

Il tendit les mains vers Mary et émit un gémissement en s’approchant, marchant dans la neige sans laisser de trace.

Ce fut les débuts peu impressionnants de Henry Silver, un homme mort depuis les années 1860. «Tu n’as pas peur de moi, mon enfant? demanda-t-il, avec agacement dans ses yeux roses – la seule partie de lui avec une certaine couleur.

« Non, tu n’es rien – juste un fantôme triste, » dit Mary, et soupira tandis que le rouge-gorge s’envolait.

«Je ne suis rien! s’écria M. Silver, les yeux exorbités de rage, « Je suis un mauvais esprit! »

«Bye bye», dit Mary, et elle se tourna et s’éloigna mais le fantôme vola après elle et à travers la fille et après avoir essayé diverses façons de l’effrayer, il la suivit jusqu’à sa maison, à travers un trou dans un mur jusqu’à une cave humide où un talon de bougie vacilla. Il a raconté son histoire à Mary.

Il y a longtemps, il avait joué des blagues aux couples, les séparant de la plantation de fausses lettres d’amour – jusqu’à ce qu’une amie qui pensait qu’elle avait été trompée saute dans le Mersey.

Il a ensuite été visité par un parent du suicide – une femme gitane – qui l’a maudit de rester froid – car il était si froid. Le médecin de Silver a fait tout ce qu’il pouvait, mais Henry est mort d’hypothermie – en été.

«J’ai envie de ressentir la chaleur d’un feu – et la chaleur de l’amour», a-t-il dit en pleurant.

«Alors, allez dans l’église Saint-Jean et dites à Dieu que vous êtes désolé! claqua Mary, surprenant le fantôme.

«Je suis trop fier! Non!’ Silver répondit, sanglotant, mais Mary le convainc de partir et le conduit à l’église à côté de St George’s Hall.

Avec précaution, le fantôme est entré dans l’église et a disparu pendant un certain temps, mais finalement il est sorti – et son haut de forme était noir et son costume était brun, et il avait les joues roses. Il a serré Mary dans ses bras, a dit: «Merci, mon petit» et a disparu.

Mary Pepper a survécu à bien d’autres hivers et à 15 ans, elle a été adoptée et emmenée en Amérique, où elle a épousé plus tard un riche magnat du pétrole.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Auteur: Tom Slemen , qui est un écrivain de Liverpool, connu principalement comme l’auteur de la série de livres Haunted Liverpool la plus vendue qui documente les incidents paranormaux et les crimes non résolus ou inhabituels. Consultez ses livres sur Amazon ici .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *