Femmes méchantes: 13 tueuses en série les plus meurtrières de l’histoire

Presque tous les tueurs en série les plus notoires de l’histoire sont des hommes, mais avec leurs charmes féminins, le sexe plus juste peut être aussi mortel que leurs homologues masculins.

NOUS avons tendance à considérer les hommes comme des tueurs en série plus probables et, selon The Journal of Forensic Psychiatry & Psychology, seulement 16% sont des femmes. Cependant, il y a une longue histoire de femmes tueuses en série, bien qu’elles soient plus susceptibles de tuer pour un gain matériel que pour le plaisir, et leurs méthodes sont généralement plus secrètes.

Comme le montrent les exemples suivants, elles sont souvent beaucoup plus intelligentes et créatives dans leurs efforts effroyables.

1. Elizabeth Báthory de Ecsed (1560-1614)

Femmes méchantes: 13 tueuses en série les plus meurtrières de l'histoire
[Image via wikipedia.org ]

La «comtesse de sang» était une noble du royaume de Hongrie qui a épousé le comte Nadasdy et géré ses domaines pendant qu’il était en guerre et après sa mort en 1604. Malgré sa réputation d’aider les femmes démunies, un prêtre luthérien local l’a impliquée dans la disparition de filles locales en 1609, et des décennies de meurtre ont été révélées. Aux côtés de quatre collaborateurs, Báthory avait attiré des paysannes et des petites dames avec une promesse de leçons de travail ou d’étiquette. À leur arrivée, ils ont été battus, brûlés, gelés et affamés à mort. La comtesse a été condamnée à l’isolement, bien qu’elle n’ait vécu que 5 ans dans des pièces fortifiées de sa maison, le château de Csetje. Les histoires se sont répandues qu’elle avait baigné dans le sang de ses victimes pour maintenir sa beauté, bien que les historiens soutiennent qu’elle a été tuée par une conspiration courtoise.

2. Lavinia Fisher (1792-1820)

Femmes méchantes: 13 tueuses en série les plus meurtrières de l'histoire
[Image via findery.com ]

Lavinia Fisher et son mari John étaient membres d’un gang de bandits de grande route à Charleston, en Caroline du Sud, où ils dirigeaient la Six Mile Wayfarer House. Ils ont accueilli les voyageurs avant de les interroger, de les droguer et de les voler. Selon le récit, ils ont poignardé les hommes à mort ou les ont déposés dans des fosses sous des lits qui s’effondraient. Finalement, un gang d’autodéfense a incité les autorités locales à agir et le couple a été pendu pour vol. En tant que première femme tueuse en série des États-Unis, Lavinia aurait écrasé la tête des hommes avec ses jambes et aurait crié à son exécution: «Si vous avez un message que vous voulez envoyer en enfer, donnez-le-moi et je le porterai!  »

3. Amelia Dyer (1837-1896)

Femmes méchantes: 13 tueuses en série les plus meurtrières de l'histoire
[Image via wikipedia.org ]

Amelia Dyer est née en Angleterre en 1838 et a été formée en tant qu’infirmière avant de devenir infirmièrelavinia fisherpour les bébés abandonnés. En permettant à ses accusations de mourir de faim, Dyer a pu augmenter ses revenus, mais le nombre élevé de décès a conduit à des accusations et du temps a servi à la négligence. Elle retourna bientôt à l’élevage de bébés, bien que ses crimes furent bientôt mis au jour sous la forme de plusieurs centaines de restes d’enfants. Le « Reading Baby Farmer » est donc l’un des tueurs en série les plus prolifiques de l’histoire, bien que Dyer ait été jugé et pendu en 1896 pour un seul meurtre avéré.

4. Maria Swanenburg (1839-1915)

Femmes méchantes: 13 tueuses en série les plus meurtrières de l'histoire
[Image via wikipedia.org ]

Maria Swanenburg était une mère hollandaise de sept enfants connue sous le nom de «Good Mee» pour les soins qu’elle prodiguait aux malades de son quartier pauvre. Cependant, entre 1880 et 1883, elle est responsable d’une épidémie d’empoisonnement à l’arsenic. Les autorités ont finalement compris que «Good Mee» était tout sauf bon en tentant d’empoisonner la famille Frankhuizen. Elle avait apparemment commencé par empoisonner ses propres parents avant de tenter de tuer au moins 102 personnes pour leurs héritages et leur assurance. Swanenburg a été emprisonné à perpétuité en 1885 pour la mort de 27 personnes et la mort de 45 personnes qui ont survécu à des complications de santé.

5. Jane Toppan (1857–1938)

Femmes méchantes: 13 tueuses en série les plus meurtrières de l'histoire
[Image via wikipedia.org ]

Toppan était une infirmière de Boston qui a testé des opiacés et tué des patients avant d’être renvoyée pour imprudence. En tant qu’infirmière privée, elle a tué ses propriétaires, sa sœur adoptive et sa patiente âgée, Alden Davis, dont elle a également empoisonné la femme et les filles. Toppan a ensuite courtisé et empoisonné le mari de sa défunte sœur et a tué sa sœur. En 1901, ses crimes ont été révélés lorsque les Davise ont ordonné des rapports de toxicologie, et elle a avoué trente et un meurtres – décrivant le plaisir de détenir des personnes au moment de leur mort. Elle avait espéré «tuer plus de personnes – des personnes sans défense – que tout autre homme ou femme qui ait jamais vécu». Toppan a été déclaré non coupable pour cause d’aliénation mentale et «Jolly Jane» est décédée à l’hôpital Taunton Insane.

6. Belle Gunness (1859 – inconnu)

Femmes méchantes: 13 tueuses en série les plus meurtrières de l'histoire
[Image via wikipedia.org ] Portrait de Belle Gunness et de ses enfants prise en 1908.

Belle Gunness, haute de 6 pieds, a quitté la Norvège pour les États-Unis, où elle s’est mariée et a ouvert une confiserie de Chicago avec Mads Sorenson. Ensemble, ils ont collecté l’assurance de la mort de deux enfants et du magasin lorsqu’il a brûlé. Après la mort de Mads, Belle a utilisé son assurance pour acheter une ferme à LaPorte, dans l’Indiana, et épouser Peter Gunness, qui est également décédé. Elle a ensuite attiré des prétendants avec des annonces dans les journaux, bien que chaque homme ait disparu, laissant ses objets de valeur derrière. Après les menaces de son ancien ouvrier agricole, sa maison a pris feu en 1908 avec ses enfants à l’intérieur. L’ouvrière agricole a avoué avoir aidé Gunness à s’échapper et à enterrer ses victimes, dont une quarantaine ont été trouvées dans son porcherie. Ni Belle, ni les 250 000 dollars qu’elle a retirés la semaine avant l’incendie, n’ont été retrouvés.

7. Dagmar Overbye (1887-1929)

Femmes méchantes: 13 tueuses en série les plus meurtrières de l'histoire
[Image via wikipedia.org ]

Dagmar Overbye était une gardienne d’enfants nés hors mariage à Copenhague. De 1913 à 1920, elle a étranglé, noyé ou brûlé environ vingt-cinq charges. Les crimes d’Overbye ont été découverts lorsqu’elle a pris la fille de Karoline Aagesen en 1920, et Aagesen a demandé à Overbye de rendre l’enfant. La police a fouillé l’appartement du quartier Vesterbro du gardien et a découvert les os de la fille dans le radiateur, ainsi que les restes d’autres enfants. Le «Vesterbro Baby Burner» a été condamné à mort mais condamné à la prison à vie, bien que ses actions horribles conduisent à une importante législation danoise en matière de garde d’enfants.

8. Leonarda Cianciulli (1894-1970)

Femmes méchantes: 13 tueuses en série les plus meurtrières de l'histoire
[Image via wikipedia.org ]

Cianciulli était une femme au foyer, une diseuse de bonne aventure et une commerçante à Correggio, en Italie, qui espérait utiliser le sacrifice humain pour protéger son fils dans l’armée. Elle a parlé à trois voisins d’âge moyen d’opportunités – la première, Faustina Setti, d’un prétendant et les deux dernières, Francesca Soavi et Virginia Cacioppo, d’emplois. Chacun a envoyé des cartes postales à des amis et à sa famille avant que Cianciulli ne les tue. Elle a jeté la chair dans une fosse septique et a utilisé leur sang pour des gâteaux de thé, bien que la «douceur» du troisième l’a incitée à faire du savon à partir de sa chair. Cianciulli a avoué quand la belle-sœur de Cacioppo a appelé les autorités et, en 1946, le «savonnier de Correggio» a été condamné à trente ans de prison, où elle est décédée.

En tant que directrice de l’hôpital de maternité Kotobuki de Tokyo dans les années 40, Ishikawa s’occupait d’enfants dont les parents n’avaient pas les moyens. Sa solution était de les laisser mourir de négligence. Avec l’aide de son mari et d’un médecin qui a falsifié des certificats de décès, Ishikawa était responsable de la mort d’une centaine d’enfants et a tenté de faire payer les parents pour le service. Lorsque des officiers sont tombés sur des restes en 1948, les Ishikawas ont été arrêtés mais condamnés à seulement 2 à 4 ans de prison chacun. Plus tard, les crimes des «Demon Midwife» ont conduit à la légalisation de l’avortement pour des raisons économiques au Japon.

10. Nannie Doss (1905–1965)

Femmes méchantes: 13 tueuses en série les plus meurtrières de l'histoire
[Image via wikipedia.org ]

Connue sous le nom de «Lonely Hearts Killer» pour avoir trouvé des hommes sur les pages du Lonely Hearts Club, Nancy Hazel a épousé son premier mari, Charley Braggs, en 1921, bien qu’ils se soient séparés après la mort de deux enfants. Nannie a ensuite épousé Robert Harrelson en 1929, mais, en 1945, elle a mis du poison à rat dans son whisky après l’avoir violée. Ses trois maris suivants – Arlie Lanning de Caroline du Nord, Richard L. Morton du Kansas et Samuel Doss d’Oklahoma – ont péri dans des circonstances similaires. En 1954, Nannie a été arrêtée pour le meurtre de Doss et a avoué avoir tué ses quatre maris, deux enfants, deux sœurs, une mère, un petit-fils et une belle-mère. Elle «cherchait le compagnon parfait» mais ne l’a jamais trouvé et est décédée en prison.

11. Aileen Wuornos (1956-2002)

Femmes méchantes: 13 tueuses en série les plus meurtrières de l'histoire
[Image via youtube.com ]

La mère d’Aileen Wuornos l’a laissée, elle et son frère, avec leurs grands-parents, mais son grand-père l’a molestée et a engendré un enfant avec elle à l’âge de 14 ans. Elle a abandonné l’école, a été expulsée de sa maison et est tombée dans une spirale de criminalité qui conduit à la Floride. Là, elle est tombée amoureuse et a emménagé avec Tyria Moore, les soutenant tous les deux par le biais du travail du sexe. En 1989, elle a été violée par Richard Mallory, qu’elle a abattu. L’année suivante, Wuornos a tué six autres hommes, dont un major à la retraite de l’US Air Force. Après avoir été arrêtée dans la voiture d’une victime, elle a revendiqué la légitime défense mais a reconnu plus tard sa culpabilité pour sortir du couloir de la mort. Elle a été exécutée en 2002, ses actions inspirant le film acclamé Monster .

12. Juana Barraza (1957)

Femmes méchantes: 13 tueuses en série les plus meurtrières de l'histoire
[Image via crimescenedb.com ]

Le père de Juana Barraza a prostitué sa fille pour de la bière quand elle était enfant. Pourtant, c’est son ressentiment envers sa mère qui a provoqué l’étranglement ou le matraquage de onze femmes âgées (même si certains estiment le nombre aussi élevé que quarante-neuf). Bien qu’elle ait eu une carrière de lutteuse professionnelle La Dama del Silencio (La dame silencieuse), Barraza a assassiné les femmes pour aider la société. La police pensait au départ que le meurtrier était un travesti, mais Barraza a été surpris en train de fuir la maison d’une victime en 2006 après s’être fait passer pour un responsable de l’aide sociale pour gagner la confiance de la femme. Des preuves l’ont liée à au moins 10 meurtres et la «La Mataviejitas» ou la «Vieille dame tueur» a été condamnée à 759 ans de prison.

13. Dorothea Puente (1929-2011)

Femmes méchantes: 13 tueuses en série les plus meurtrières de l'histoire
[Image via wikipedia.org ]

Puente a acheté la fameuse maison de soins de 16 chambres à Sacramento en 1968 et a commencé à gérer le courrier et l’argent des résidents. Avant cela, elle avait subi plusieurs mariages et accusations de faux chèques, d’exploitation d’un bordel, de vagabondage et de fraude. Son premier meurtre était probablement la colocataire Ruth Monroe, qui avait fait une overdose en 1982. Après avoir purgé 3 ans pour vol, elle s’est liée d’amitié avec Everson Gillmouth – jusqu’à ce que ses restes soient retrouvés dans une boîte que Puente avait construite pour le stockage. Lorsqu’un locataire a disparu en 1988, la police a enquêté et découvert sept corps dans la cour. Bien que Puente ait affirmé qu’ils étaient tous morts naturellement, la «propriétaire de la maison de la mort» a probablement dosé chacun des somnifères avant de les étouffer et de les enterrer dans la cour. Puente elle-même est décédée en prison à l’âge de 82 ans.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : OCCULTMUSEUM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *