Témoignage : Un message venu d’outre tombe

Début septembre 1997, j’ai eu trois mois à vivre. J’avais 15 ans à l’époque et un jour ordinaire, suspendu avec des amis sur le perron devant ma maison, je me suis évanoui et j’ai été transporté d’urgence à l’hôpital, où mes parents m’ont dit que j’avais subi une grave crise cardiaque. Découvrez vite ce témoignage…

Je me suis réveillé et j’ai trouvé ma famille blottie dans un coin. Les médecins sont entrés, m’ont traité de la meilleure façon possible au chevet du patient, puis m’ont dit que j’avais un cœur malade et que si je n’obtenais pas de greffe, je mourrais.

Mes parents et mes sœurs sont entrés et ont pleuré. Mais je ne pouvais pas, j’étais toujours sous le choc. J’ai entendu les paroles de ma famille, mais je n’ai pas pu répondre. J’étais sur le point de mourir. J’ai prié tous les soirs pour un miracle. Pour quelque chose pour me sauver.

J’ai passé la plupart de ces trois mois à l’hôpital à récupérer des effets de mon insuffisance cardiaque. J’ai commencé à me détériorer. J’ai perdu 65 livres (j’avais 187 ans quand j’ai été admise le premier jour à l’hôpital). Je ne pouvais même pas trouver la force de parler. J’étais en train de mourir et je le savais.

Fin novembre, j’étais encore en vie, si vous pouviez appeler mon état de vie. J’étais déprimé, affamé et mourant. J’ai fait ma paix avec Dieu et j’étais prêt à mourir. Un après-midi, j’étais allongé dans ma chambre quand on a frappé à la porte. Une infirmière est entrée et m’a dit que mon grand-père était là pour me voir et qu’il attendait dehors.

Mon grand-père vit à Porto Rico et pour lui, voyager jusqu’à New York a été un très grand voyage. Sa santé se détériorait et la vie touchait à sa fin, mais il a quand même décidé de venir me voir. Je n’ai pas répondu à l’infirmière, mais elle a dit qu’elle l’enverrait.

Une minute plus tard, une voix derrière moi m’a demandé de me retourner. Je me suis lentement tourné pour voir mon grand-père assis à côté de mon lit. Des larmes se sont accumulées dans mes yeux et ce qu’il m’a dit que je peux encore réciter aujourd’hui, car ce qu’il m’a dit restera avec moi pour toujours.

Il m’a dit: «Ne pleure pas, mon petit-fils. Bientôt, ce sera fini. Vous irez mieux. Je le sais à coup sûr. Je mourrai avant toi. « 

Il a souri et m’a parlé de son «voyage» pour venir me voir. Il m’a dit qu’il avait attendu un peu puis il a décidé de «voler avec les anges» pour me voir. Je lui ai demandé comment il allait et il m’a répondu qu’il se sentait mieux qu’à n’importe quel autre moment de sa vie.

Pendant un peu plus d’une heure, nous avons parlé et il s’est ensuite levé de sa chaise, a déposé un baiser sur mon front et a dit: «Je vous verrai bientôt, mon adorable petit-fils. Mais pas si tôt. Je pars déjeuner avec ta grand-mère. »

Je l’ai regardé bizarrement parce que ma grand-mère était morte depuis quelques années. Je lui ai demandé: « grand-père, grand-mère est morte, tu te souviens? » Il m’a regardé et m’a dit: «oui à toi, mais pas à moi.» Je souris et il m’embrassa à nouveau et partit.

Ce soir-là, ma mère est venue me voir et je lui ai demandé quand mon grand-père venait me voir. Elle a évité la question et a commencé à parler un moment de son enfance à Porto Rico et ainsi de suite. Je lui ai de nouveau demandé, elle a dit qu’elle partait et avant de partir, je lui ai demandé si elle venait avec grand-père demain.

Elle m’a regardé et s’est assise, j’ai eu peur. Je pouvais voir que quelque chose n’allait pas et je lui ai demandé ce qui était arrivé à grand-père. Elle m’a dit qu’il était mort en faisant une sieste. Elle a commencé à pleurer et je l’ai juste regardée, ne comprenant pas comment cela avait pu arriver.

J’ai laissé échapper: «Mais il était juste là, il m’a vu aujourd’hui. Comment aurait-il pu mourir? Ma mère vient de me regarder, ses larmes ont cessé. Je pouvais voir ses cheveux se dresser sur son bras. « Quelle? » elle a demandé. Je lui ai dit qu’il avait pris l’avion juste pour me voir et qu’il était ici aujourd’hui.

Elle était assise dans le même siège que lui. Elle m’a dit que ça ne pouvait pas être. Mon grand-père est décédé près d’un mois plus tôt et ils ne me l’avaient pas dit parce qu’ils avaient peur que ma situation empire.

Je suis resté là, figé, incapable de parler. Ma mère a dit que ça devait être un rêve, mais j’ai frappé la cloche des infirmières et mon infirmière est entrée. »Mme Janice, dis à ma mère que mon grand-père est venu me voir aujourd’hui! » Elle a dit à ma mère qu’un jeune homme était assis devant ma chambre et quand elle a demandé si elle pouvait l’aider, il a dit qu’il était mon grand-père.

Elle a ri et il lui a dit de lui dire qu’il était là, il saurait qui j’étais. Ma mère lui a demandé si elle l’avait laissé entrer et elle a répondu: «Oui. Il est entré. Et je l’ai vu sortir environ une heure plus tard. »

Ma mère m’a regardé et m’a dit que je mentais. Mon père est alors entré et ma mère s’est enfuie, elle était en larmes. J’ai dit à mon père que j’avais vu son père à l’hôpital de mes propres yeux. Il m’a dit non, ça ne pouvait pas être le cas, mon grand-père était décédé il y a un mois.

Je lui ai dit s’il te plaît, crois-moi. J’ai expliqué ce qu’il a dit, ce que ma mère m’a expliqué et ce que l’infirmière a expliqué à nous deux. Il a été choqué et a quitté la pièce sans dire un mot.

Je n’ai vu mes parents que deux jours plus tard. Mon père a un dossier contenant le certificat de décès et des photos de la marche funèbre. Il a également apporté des photos de mon grand-père, dont une quand il était marin pendant la Première Guerre mondiale. Je lui ai demandé de montrer cette photo à Mme Janice.

Il a appelé Mme Janice et a demandé si c’était l’homme qui était entré dans ma chambre ce soir-là. Elle a confirmé qu’il s’agissait du même homme, donner ou prendre quelques années. La mâchoire de mon père tomba. Il m’a regardé et c’était la seule fois où j’ai vu mon père pleurer. Il m’a pris dans ses bras et a dit que j’irais bien. Mon grand-père l’a dit et cela se réaliserait.

De toute évidence, cela s’est réalisé. Mon cœur a été remplacé pas plus d’une semaine après ce jour et j’ai repris progressivement mes forces. Maintenant à 27 ans, je vois à quel point cette nuit a été importante et changeante. J’espère que cette histoire aide tout le monde à savoir que nos proches sont là-bas et qu’ils veillent sur nous.

Lecteur Anomalien.com G.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Vous aussi vous avez un témoignage, une histoire à raconter, envoyez moi un message !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *