Un endroit solitaire pour mourir: l’infâme forêt suicidaire du Japon

Si vous vous trouvez dans la forêt d’Aokigahara, restez sur le chemin et n’écoutez pas les arbres – peu importe à quel point leurs paroles peuvent être convaincantes.

La forêt d’Aokigahara est devenue l’une des destinations les plus populaires au monde pour se suicider. Cette réputation découle en partie de représentations populaires comme le récent film d’horreur The Forest mettant en vedette Natalie Dormer en tant que sœur à la recherche de son jumeau dans ce paysage de montagne. Cependant, cette réputation a commencé avec sa réputation dans tout le Japon comme l’endroit idéal pour les tendances suicidaires. Plus important encore, il y a une longue histoire de décès dans cette forêt étrangement belle située au pied du mont Fuji – une forêt qui mérite plus que le nom de forêt suicide.

Une merveille naturelle

Un endroit solitaire pour mourir: l'infâme forêt suicidaire du Japon
[Image via traveltripjourney ]

La géographie plus vaste de la région d’Aokigahara est constituée de roches volcaniques encombrées d’arbres tordus et de plantes. Les touristes viennent voir les grottes de glace rocheuses et les vues spectaculaires depuis le majestueux mont Fuji. En particulier, ils viennent voir la mer des arbres, qui est un autre nom pour les 14 miles carrés tentaculaires de la forêt d’Aokigahara. Malgré sa réputation plus sinistre, Suicide Forest est verte toute l’année et ressemble beaucoup à un océan de feuilles verdoyant d’en haut.

Pourtant, le sol inégal le rend peu attrayant pour les habitants, qui veulent éviter de tomber sur des rochers et des découvertes horribles tout en profitant de la beauté de la nature. Même à son plus beau, il y a une qualité sinistre à ces bois qui coupent tout son. On peut presque sentir son histoire sombre sous la surface.

Une histoire mortelle

Un endroit solitaire pour mourir: l'infâme forêt suicidaire du Japon
Signes de vie et de mort: les personnes indécises au sujet du suicide laissent des traces de bandes pour remonter hors de la forêt.

La zone autour de la forêt Suicide a longtemps été associée à un sinistre folklore. Dans le passé, c’était un site commun pour ubasute, une forme d’euthanasie qui impliquait l’abandon des aînés nécessiteux dans des environnements éloignés. De telles tactiques étaient réservées aux moments difficiles où il n’y avait pas assez de nourriture pour se déplacer, et la jeune génération devait prendre la priorité. Dans le même temps, Aokigahara est longtemps associé aux yurei, une forme d’esprits malveillants de la mythologie japonaise vouée à errer sur Terre et à torturer l’humanité. En particulier, les yurei sont les âmes de personnes décédées dans la colère, une profonde tristesse ou un désir de vengeance.

Beaucoup pensent que les énergies malveillantes des yurei et des ubasutes morts depuis longtemps se combinent pour imprégner les arbres de la forêt d’Aokigahara. À chaque nouveau décès, ils deviennent plus forts et les visiteurs découragés sont plus susceptibles de s’écarter du chemin et de mourir.

Un choix dangereux

Un endroit solitaire pour mourir: l'infâme forêt suicidaire du Japon
[Image via Daysleeper ]

Dans la culture japonaise, les valeurs associées au suicide des samouraïs ou au seppuku ont conduit à une association entre l’acte et le sens de l’honneur. Pour beaucoup, se suicider semble être le seul moyen d’assumer la responsabilité de leurs actes. Le lien entre ce choix et les forêts d’Aokigahara a été solidifié par l’écrivain japonais Seicho Matsumoto. Dans ce roman classique et tragique de 1960, Kuroi Jukai, une amante en détresse choisit de mettre fin à ses jours dans la mer alors romantique des arbres.

Au fil du temps, les forêts sont devenues un site beaucoup trop populaire pour une telle décision de fin de vie. D’autres publications, comme The Complete Suicide Manual , ont également souligné que la zone était l’endroit idéal pour se suicider et que le sort de la forêt était scellé. Dans les années 1970, le gouvernement japonais avait institué des balayages annuels pour éliminer les morts, avec des taux en hausse chaque année.

Une série de suicides

Un endroit solitaire pour mourir: l'infâme forêt suicidaire du Japon
Les panneaux autour de la forêt indiquent «Votre vie est un cadeau précieux de vos parents» et «Veuillez consulter la police avant de décider de mourir», afin de décourager les auteurs de suicide.

L’actualité n’a guère aidé les choses. Les taux de suicide au Japon ont augmenté de 15% après la crise financière mondiale de 2008. Bien que les chiffres aient finalement diminué, ils sont restés relativement élevés en raison de problèmes financiers persistants. Les gardiens de la forêt organisent des fouilles régulières pour essayer de convaincre les gens de ne pas se suicider, avec des signes de doute, notamment une tente ou des rubans utilisés pour aider les gens à sortir de la forêt. Ils sont également là pour vous aider, car les téléphones portables et les systèmes GPS ne fonctionnent pas correctement en raison du fer magnétique dans le sol de la forêt. Cependant, les gardiens se concentrent généralement sur la collecte des corps du défunt. Lorsqu’un cadavre est récupéré, ils prennent des précautions contre la création d’un autre esprit yurei en gardant le corps sur un lit dans une pièce désignée juste à l’extérieur de la forêt. Selon la croyance populaire.

D’autres précautions comprennent des caméras de sécurité aux entrées, plus de patrouilles et des panneaux encourageant les gens à reprendre leur vie avec des messages comme «Votre vie est un cadeau précieux». Malheureusement, le nombre croissant de suicides indique que leur travail peut simplement être vain.

Ce qui était autrefois une forêt pittoresque est devenu un endroit sombre et morbide pour que les gens mettent fin à leurs jours dans la douleur. Alors que la méthode de suicide la plus populaire à Aokigahara est suspendue, d’autres essaient des drogues ou des somnifères, ce qui peut les faire souffrir pendant une journée complète avant la mort. Peut-être que les yurei prennent vraiment le contrôle des gens une fois arrivés à Suicide Forest, mais, heureusement, le gouvernement et ses gardiens ne les abandonneront pas de si tôt. Pourtant, si vous vous trouvez dans la forêt suicidaire, restez sur le chemin et n’écoutez pas les arbres – peu importe la persuasion de leurs mots.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : OCCULTMUSEUM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *