La légende du Gringa sans tête

Les îles Galapagos, lumineuses et ensoleillées, loin dans l’océan Pacifique, semblent être un endroit étrange pour un fantôme! Mais selon les habitants, l’ancienne base de l’American Air Force abrite un esprit errant qui cible les hommes seuls tard dans la nuit.

«The Headless Gringa» écrase ses victimes dans leur sommeil et bouscule les voyageurs solitaires. Voici l’histoire, comme le disent les habitants.

La base de l’American Air Force

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’armée américaine craignait que le canal de Panama, d’une importance vitale, soit attaqué et / ou capturé par les Japonais. Ils ont cherché un endroit où ils pourraient mettre une base de l’armée de l’air qui protégerait le canal et donnerait beaucoup d’avertissement de toute sorte d’invasion.

Les îles Galapagos, sur l’équateur, à environ 500 miles du continent, étaient parfaites. Les États-Unis ont rapidement conclu un accord avec la République de l’Équateur, propriétaire des îles, et une base a été construite à la hâte.

La base a fonctionné jusqu’à peu de temps après la guerre. À son apogée, il y avait environ 5000 hommes, ainsi que des pistes d’atterrissage, des casernes, un casino / bar et même une petite piste de bowling et une salle de cinéma. Les soldats s’y sont occupés à patrouiller à la recherche de navires et de sous-marins ennemis, mais l’invasion redoutée du Panama ne s’est jamais concrétisée et aucune des forces stationnées aux Galapagos n’a jamais vu de combat.

Après la guerre, les militaires américains sont partis et ont donné la base démolie à l’Équateur, qui y a installé une base militaire, en utilisant les mêmes pistes d’atterrissage et bâtiments de caserne que les Américains avaient laissés.

La meilleure structure était l’ancien bar et les quartiers des officiers, un bâtiment en pierre robuste appelé par les Équatoriens la «maison en pierre». Mais les Américains ont laissé plus que des casernes et des pistes d’atterrissage, semble-t-il.

La légende du Gringa sans tête

Selon la légende locale, un militaire et sa petite amie, tous deux américains, vivaient à la base («gringa», soit dit en passant, est un terme local qui fait référence à une femme américaine ou européenne). La petite amie trompait le soldat et il l’a découvert.

Dans une rage jalouse, il l’a tuée en la poussant d’une falaise: alors qu’elle dégringolait, sa tête s’est accrochée à quelque chose et a été arrachée.

Le soldat l’a couvert, cachant le corps et disant à tout le monde qu’elle était allée nager et n’était pas revenue. C’était plausible: les courants aux Galapagos peuvent être difficiles.

Le Gringa et ses pouvoirs surnaturels

Bien que les Américains soient partis, le fantôme est resté. Certains des anciens bâtiments américains (y compris la maison en pierre) sont toujours utilisés par la marine et la force aérienne équatoriennes, et c’est là qu’elle est généralement vue ou ressentie. Elle est connue en espagnol comme «la Gringa sin Cabeza» ou «la Gringa sans tête».

Elle n’apparaît que la nuit aux hommes seuls. Ceux qui l’ont vue affirment qu’elle apparaît comme une forme sombre et brumeuse, évidemment humaine mais sans tête.

Malgré tout, il y a quelque chose en elle qui attire les hommes, qui prétendent qu’elle peut les ensorceler. Certains hommes affirment qu’elle a un parfum comme le palo santo (un arbre parfumé commun sur les îles) mais quand elle est en colère, elle sent la chair pourrie.

Parfois, elle accostera des hommes qui dorment. L’homme endormi sent un poids, comme si quelqu’un s’était glissé sur le lit au-dessus d’eux. Le poids devient rapidement oppressant, écrasant l’homme. Au moment où il se réveille, le poids et la sensation ont immédiatement disparu.

Le Gringa sans tête aime tromper les hommes solitaires qui se promènent dans la base la nuit. Elle peut les désorienter: quelqu’un qui marche dans l’obscurité jusqu’à la caserne peut soudainement se retrouver à la place au port ou à la piste d’atterrissage. Parfois, elle séduit les hommes, essayant de les attirer dans des endroits solitaires.

La victime ivre

Dans un épisode célèbre, un soldat équatorien s’est enivré, a volé une petite camionnette (le seul véhicule sur la base) et s’est rendu dans un poteau de communication, coupant accidentellement la radio vers et depuis l’aéroport pendant un certain temps.

Il a été gravement blessé mais a survécu et a dit qu’il avait bu quand il a vu le fantôme. Elle est apparue comme une belle femme et l’a ensorcelé. Il avait volé le camion pour trouver plus d’alcool parce qu’elle le lui avait dit.

Il n’y a pas de magasins sur la base militaire: le plus proche était sur l’île voisine, alors l’homme était soit très ivre, très stupide, soit ensorcelé par un fantôme.

Selon les hommes qui sont arrivés les premiers sur les lieux de l’accident, le camion en ruine sentait le palo santo et la chair pourrie.

Prendre des précautions

Les militaires équatoriens stationnés sur Baltra prennent très au sérieux le fantôme du Gringa sans tête.

Un ancien officier a rapporté que la dizaine de soldats cantonnés à la maison en pierre dormaient tous dans la même pièce (même s’ils n’y étaient pas obligés), ne sortaient jamais seuls après la tombée de la nuit et obligeaient leur pauvre chien à rester dehors toute la nuit. pour les garder. « 

Ils ont rapporté que parfois les lumières du petit camion (le même que le soldat avait volé) clignotaient parfois et que le klaxon retentissait, alors que le fantôme tentait d’inciter les hommes à sortir.

Des milliers de touristes affluent vers les îles Galapagos chaque année, attirés par les belles îles, la plongée et la plongée en apnée de classe mondiale, et la chance de suivre les traces du célèbre naturaliste Charles Darwin et de voir par eux-mêmes les fameux pinsons qu’il a utilisés pour illustrer ses théories.

Cependant, ces visiteurs n’auront pas la chance de voir le Gringa sans tête. La base militaire de Baltra est fermée aux étrangers et il n’y a en tout temps qu’une poignée de soldats, d’aviateurs et de marins.

La plupart des visiteurs atterrissent sur Baltra (en utilisant l’ancienne piste d’atterrissage américaine, maintenant modernisée) mais prennent rapidement le ferry pour l’île de Santa Cruz à proximité pour un transfert à Puerto Ayora, la plus grande ville des Galapagos.

Vous n’avez pas à avoir peur si vous prévoyez une visite des îles: le Headless Gringa ne montre aucun intérêt à quitter la base pour hanter Puerto Ayora ou l’un des navires de croisière de luxe!

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *