De mystérieux monstres marins seraient ils à l’origine des baleines et dauphins retrouvés sur nos plages?

Les documents historiques relatifs aux jours anciens et modernes contiennent de nombreux récits de témoins oculaires de rencontres plutôt dangereuses entre les humains et les mystérieuses créatures marines. Ces comptes ont été fournis par des marins de la marine marchande et de la marine, rapporte «Pravda».

Par exemple, Y. Starikov, un ancien officier de la marine soviétique, a indiqué que lui et la plupart de son équipage avaient vu un serpent de mer à proximité de Kunashir, l’une des îles du Sud-Kurile. L’incident a eu lieu en 1953. La créature a nagé à grande vitesse devant le navire. Ensuite, il a plongé en douceur dans l’eau, sans faire d’éclaboussures.

Six ans plus tard, dans la mer de Barents, des membres d’équipage à bord du patrouilleur de la marine soviétique SKR-55 sous le commandement du capitaine A. Lezov ont vu à plusieurs reprises un serpent de mer nager à proximité de leur navire. Les serpents de mer des mers du Nord étaient pour la plupart brun foncé et ceux des mers du Sud près de l’Antarctique étaient de couleur marron clair et nageaient en bancs comprenant jusqu’à 30 animaux chacun.

Les explorateurs américains Bleat et Ridgeway ont rendu compte de leur rencontre nocturne avec le Grand Serpent de mer en juillet 1966. Les explorateurs traversaient l’Atlantique à l’aviron. Une nuit, ils ont été surpris de voir une grosse tête en forme de serpent sortir de l’eau. La tête était attachée à un long cou flexible. Les yeux saillants de la créature avaient la taille d’une soucoupe.

Il y avait un scintillement verdâtre dans ces yeux alors qu’ils regardaient les humains. La créature a nagé parallèlement au bateau, fixant ses yeux sur les explorateurs. Après avoir dépassé le bateau, le mystérieux animal a flashé son corps volumineux pendant un moment et a plongé sous l’eau, laissant une piste fluorescente à la surface de l’océan.

Selon les explorateurs, le monstre leur faisait peur. Ils se sentaient comme deux lapins surveillés par un constricteur. Les gens peuvent être frappés de crainte, même s’ils arrivent à voir les yeux d’un serpent de mer à distance.

Par exemple, le compte suivant a été fourni par George Zegers, un pêcheur canadien. Un jour, il pêchait près de l’île de Vancouver.

«Soudain, je me suis senti très bizarre. Des frissons froids coulaient dans mon dos. Puis j’ai senti qu’on me regardait et je me suis retourné. J’ai vu la tête d’une créature sortir de l’eau à environ 50 mètres de mon bateau. La tête était assise sur un cou qui faisait au moins deux mètres de long, ce cou mesurait 30 centimètres de diamètre. Deux yeux d’un noir profond me fixaient. Ces yeux bombaient la tête, qui mesurait environ 40 centimètres de diamètre », a déclaré Zegers.

Bernard Eiwelmans, zoologiste bien connu à l’Institut royal des sciences naturelles de Bruxelles, a collecté et systématisé de nombreux comptes et rapports similaires pour publier un livre intitulé The Giant Sea Serpent. Le chercheur a divisé les créatures en neuf classes principales.

Les serpents sont une partie importante des mythologies dans de nombreuses cultures. En particulier, la culture orientale a une profonde vénération pour les serpents, qui sont considérés comme de bonnes créatures en Orient, par rapport à une position plutôt négative sur les serpents en Europe, où les créatures sont largement considérées comme le diable incarné.

Le «roi des dragons» oriental est une bête puissante; il s’étire sur un demi-kilomètre. La bête garde le contrôle des éléments. Il peut également contrôler les océans, les mers, les rivières et les habitants des cinq royaumes sous-marins, par exemple les dragons peuplant les pays verts, rouges, jaunes, blancs et noirs du Nord et de la Terre.

Le scientifique suédois Olaus Magnus a publié ses travaux sur l’histoire et la géographie intitulés Les cartes marines au début du XVIe siècle. Entre autres choses, il commente les périls des monstres marins, qui émergent des profondeurs de la mer et attaquent les marins.

Magnus écrit que les monstres sont particulièrement dangereux pour ceux qui naviguent sur de petits navires. Les équipages auraient abandonné leurs navires pour des raisons inconnues. Certains des navires abandonnés ont ensuite été récupérés. Rien que plusieurs chats tremblants sur le pont et des repas froids dans le réfectoire ont été trouvés.

Oeil de dauphin

Au cours des dix dernières années, de nombreuses baleines, requins et dauphins se sont jetés à terre en grand nombre dans différentes parties du monde. Les animaux marins ont régulièrement débarqué sur les côtes d’Amérique du Sud et du Nord, d’Afrique du Sud, d’Australie (île de Tasmanie) et du Japon.

Les animaux marins se sont jetés à terre de décembre à mars. Certains animaux se dirigeraient vers le rivage à grande vitesse comme s’ils tentaient de se mettre à l’abri d’un danger, tandis que d’autres arrivent à terre assez lentement mais avec persistance. Les animaux ont tendance à regagner le rivage une fois retournés dans l’océan par les secouristes. Cependant, ils nagent en toute sécurité s’ils sont relâchés dans la mer dans un endroit différent.

Il y a un endroit sur la côte ouest des États-Unis où les dauphins nagent le long de la côte avant de se jeter à terre année après année sous le regard de milliers de spectateurs. Le phénomène a été surnommé «défilé». Qu’est-ce qui fait débarquer les animaux à la fin de ce «défilé»? Certains scientifiques pensent maintenant que les animaux débarquent à la suite d’un impact physique ou physique et biologique généré par une source incompréhensible.

Des études impliquant un certain nombre de voyants indiquent qu’une puissante libération d’énergie provoque le rejet à terre des espèces de cétacés. La libération d’énergie peut être produite par un animal qui ressemble à un lion de mer ou à un phoque. Nous l’appellerons un «lion de l’océan».

Comparé au cerveau d’un dauphin, le cerveau d’un lion de l’océan est beaucoup plus avancé. Son activité cérébrale peut provoquer un effet hypnotique sur les espèces cétacées en émettant des impulsions à haute fréquence, qui déclenchent des tendances paniques et suicidaires chez les animaux marins susmentionnés. En conséquence, ils commencent à s’enfuir s’ils se trouvent à la portée d’un rayonnement provoqué par les lions de l’océan.

Quant aux lions d’océan, ils vivent dans les grottes océaniques, qui sont interconnectées via les conduits sous-marins avec des grottes au-dessus du sol dans les îles et les zones côtières. Il existe au moins sept familles de lions de l’océan dans différentes parties du monde. On pense que les espèces peuplent les régions proches du Groenland et les zones situées à l’est de la mer des Caraïbes.

On pense également qu’ils vivent à l’est de la Terre de Feu; dans la partie la plus méridionale de l’océan Indien (près de l’Antarctique); à proximité des îles Salomon; dans la mer des Tchouktches (au nord de l’île Wrangel).

Les lions de mer ne se nourrissent pas des espèces de cétacés – ils les envoient emballés à l’aide de la libération d’énergie à haute fréquence mentionnée ci-dessus.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *