La femme en noir et le mystère des enfants du chemin de fer de Charfield

La catastrophe ferroviaire de Charfield était une tragédie nationale, mais au milieu des débris brûlants et des restes carbonisés de ceux à bord du train, un mystère a été révélé, un mystère qui n’a pas été résolu à ce jour.

La catastrophe ferroviaire de Charfield a longtemps retenu l’imagination et est restée dans la mémoire des habitants de la ville pendant des générations. À peine 60 secondes était la différence entre la vie et la mort pour seize personnes aux dernières heures du 10 octobre 1928 alors qu’un train rempli de passagers traversait la campagne anglaise. Après être entré en collision avec un autre train à l’arrêt, les bouteilles de gaz se sont enflammées et en quelques secondes, le train était un enfer, dévorant tout et tout le monde sur son passage. L’accident a été une tragédie nationale et une scène effrayante et terrifiante pour ceux qui étaient là pour en être témoins. Mais au milieu de l’épave en flammes et des restes calcinés de ceux à bord, un mystère a été révélé.

Les événements étranges qui ont suivi le crash ont laissé un point d’interrogation éternel sur l’identité de deux jeunes victimes qui, à ce jour, restent inconnues. Et puis il y a eu ensuite l’observation d’une femme entièrement vêtue de noir, qui arrivait mystérieusement chaque année pour déposer des fleurs sur la tombe des enfants.

À 4 h 28, le samedi 10 octobre 1928, un train postal en direction de Leeds à Bristol traversait la gare du village de Charfield, situé dans le Gloucestershire, où un autre train de marchandises était déjà stationné. La nuit a été décrite comme brumeuse par des témoins, mais les responsables du chemin de fer avaient jugé la visibilité suffisamment bonne pour ne pas utiliser les signaleurs de brouillard.

S’ils l’avaient fait, cela aurait pu empêcher toute la catastrophe.

La femme en noir et le mystère des enfants du chemin de fer de Charfield
[Image via Charfield ] Photo aérienne de la catastrophe du chemin de fer de Charfield

Selon les enquêtes postérieures à l’accident, les jurys n’ont trouvé aucune faute au signaleur Henry Button, qui a accepté à la fois ce train et le train de marchandises à la gare avant de mettre le panneau rouge en danger pour arrêter le train de courrier afin que le train de marchandises puisse partir en toute sécurité. Cependant, dans l’air brumeux de la nuit, le chef d’orchestre Henry Aldington Aldington et son pompier Frank Want ont lu le signal en vert pour clair et ont continué leur voyage à travers la gare. Quelques secondes avant la collision, Want et Aldington ont vu le train devant eux et ont serré les freins avant de s’abaisser pour éviter le choc de l’impact initial.

Lorsque les trains ont percuté, le train postal a déraillé partiellement, envoyant plusieurs wagons et le moteur hors des voies et se dirigeant vers la zone entourant la voie. Le reste du train n’a pas eu autant de chance que les deux véhicules se sont télescopés et se sont coincés sous le pont voisin. Horriblement, les bouteilles de gaz des quatre premières voitures ont été percées dans l’accident, provoquant une inflammation du gaz et un incendie qui serait responsable de 14 des 16 décès dans l’accident. Les flammes de 40 pieds de haut pouvaient être vues brûler dans le ciel nocturne à des kilomètres à la ronde.

Les villageois à proximité et les préposés de la gare se sont immédiatement précipités sur les voies pour essayer de libérer ceux qui avaient été piégés à l’intérieur des voitures avec le feu qui se déplaçait rapidement et qui brûlait tout sur son passage. Plusieurs survivants ont raconté des histoires culpabilisantes de laisser derrière eux des passagers qui n’ont pas pu être libérés avant que les flammes ne se rapprochent trop.

Pendant ce temps, Aldington et Want se sont immédiatement disputés avec Button au sujet de la confusion des signaux, mais les systèmes utilisés pour la signalisation ont rendu presque impossible que l’erreur humaine de Button soit responsable de l’accident. Et tandis que les flammes se frayaient un chemin dans le train, 14 passagers supplémentaires sont morts alors que leurs appels à l’aide sont restés sans réponse, malgré les meilleurs efforts des premiers intervenants.

La femme en noir et le mystère des enfants du chemin de fer de Charfield
[Image via Charfield ] Gare de Charfield.

Sur les 14 corps carbonisés, 12 étaient si gravement brûlés qu’ils n’étaient reconnaissables aux membres de la famille que par des bijoux et des effets personnels trouvés près d’eux. Pour cette raison, de nombreux membres de la famille des victimes ont convenu d’un charnier, tel que fourni par la compagnie de chemin de fer, pour y reposer leurs proches décédés. Cependant, toutes les identifications corporelles n’étaient pas de routine.

Deux corps soupçonnés d’être ceux d’un jeune garçon et d’une jeune fille, peut-être un frère et une sœur, ont été retrouvés dans l’épave mais n’ont pas été identifiés et n’ont pas été réclamés dans les jours et les semaines qui ont suivi l’accident. Quand il est devenu clair que personne n’allait se présenter pour les deux corps, ils ont été placés dans la fosse commune avec les autres victimes.

La question de savoir qui étaient les enfants a tourmenté ceux qui ont été impliqués dans la tragédie. Plusieurs théories ont commencé à émerger à travers le pays sur l’identité des enfants et pourquoi personne n’était venu les revendiquer. Parmi les théories qui ont surgi, il y avait que les deux corps n’étaient pas du tout humains, mais des mannequins ventriloques. Une autre théorie populaire était qu’ils n’étaient pas des corps d’enfants, mais plutôt de petits jockeys d’équitation. Certains ont même affirmé que toute l’histoire était un canular généré par les médias pour faire plus d’une histoire de la tragédie. Il a également été question d’une femme qui s’est présentée à un moment donné affirmant que les corps appartenaient à ses deux frères, mais l’affirmation n’a jamais reçu beaucoup de poids et n’a jamais été suivie. Quoi que soit passé par le moulin à rumeurs, les corps n’ont pas été identifiés.

Et, comme tous les bons mystères, cela ne s’arrête pas là. Pendant des années après l’accident et l’enterrement, une femme vêtue entièrement de noir a été vue périodiquement visiter le mémorial des deux enfants à Charfield. Ceux qui prétendaient avoir vu la mystérieuse femme ont dit qu’elle était vieille, frêle et avait autour d’elle un air de grande tristesse. Au mémorial, elle laisserait des fleurs avant de partir précipitamment dans sa limousine avec chauffeur. Personne ne savait qui elle était ni pourquoi elle avait visité le mémorial. Beaucoup ont commencé à spéculer qu’elle savait quelque chose sur l’accident que personne d’autre n’a fait et peut-être même l’identité des enfants. Cependant, comme beaucoup d’histoires perdues avec le temps, la femme en noir a cessé ses visites au début des années 1960 et son identité et son but sont restés un mystère depuis.

La femme en noir et le mystère des enfants du chemin de fer de Charfield
Mémorial à l’ancienne église des victimes de la catastrophe ferroviaire

Au fil des ans, la catastrophe ferroviaire de Charfield a fait l’objet de nombreux films et livres. Le roman de Nick Blackstock, Something Hidden, dépeint une histoire romancée pour les deux enfants inconnus, et beaucoup pensent que ce n’est peut-être pas loin de la vérité. Le crash entier faisait-il partie d’une conspiration massive ou était-il dissimulé? Les enfants étaient-ils simplement des orphelins sans famille pour les réclamer? La femme en noir savait-elle vraiment quelque chose sur l’accident que le reste du monde ne connaissait pas? Malheureusement, nous ne connaîtrons peut-être jamais les réponses.

Cependant, dans une dernière torsion de l’histoire, la légende locale raconte que dans la zone entourant le lieu de l’accident, des personnes ont été témoins d’étranges observations au fil des ans d’enfants fantômes qui se tiennent ensemble, main dans la main, regardant silencieusement les pistes. Les habitants disent qu’ils sont les enfants, attendant patiemment le jour où quelqu’un les identifie pour qu’ils puissent enfin se reposer en paix.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : OCCULTMUSEUM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *