Asile américain: les ruines abandonnées de l’hôpital d’État de Géorgie

C’était autrefois l’un des plus grands asiles d’aliénés des États-Unis … maintenant il est en ruine.

Centrale State Hospital est plus d’un asile il fou solitaire abandonné est une ville véritable fantôme, une fois composé de près de 200 structures réparties sur 2000 acres en dehors de Milledgeville, en Géorgie. Avant la guerre civile, l’État de Géorgie se retrouvait avec un surplus de citoyens indésirables et abandonnés. Il a ouvert «l’asile d’aliénés, d’idiots et d’épilepsie» en 1842. Au cours des 100 années suivantes, l’asile d’aliénés de Milledgeville est devenu l’un des plus importants du pays, avec plus de 13 000 patients à son apogée démographique.

Beaucoup de ces patients n’ont jamais quitté l’établissement, comme en témoignent les 2 000 stèles funéraires du cimetière de Cedar Lane à proximité qui commémorent les 25 000 âmes enterrées dans l’enceinte de l’hôpital.

Au Sud, l’hôpital central de l’État est un endroit à craindre. Les parents ont souvent averti les enfants de se comporter de peur d’être transportés à Milledgeville. Malheureusement, comme dans de nombreux établissements de santé mentale de l’époque, les pratiques de l’État central étaient grossières et malavisées; bon nombre de ses patients présentaient des symptômes qui ne justifiaient pas une institutionnalisation.

Asile américain: les ruines abandonnées de l'hôpital d'État de Géorgie
[Crédit d’image: Wikipedia ] Une représentation symbolique de plus de 25 000 patients enterrés dans des tombes anonymes sur le terrain de l’hôpital.

Les médecins de l’État central ont utilisé de nombreux traitements brutaux, y compris les lobotomies, la thérapie de choc à l’insuline et la thérapie électro-convulsive sans sédation. D’autres procédures comprenaient une thérapie d’isolement, des bains glacés et, si tout le reste échouait, des camisoles de force. Une enquête de 1959 publiée par la Constitution de l’  Atlantique a  conclu que seulement 48 médecins s’occupaient des milliers de patients de l’État central, et qu’aucun n’était un psychiatre agréé. En fait, certains membres du personnel étaient à l’origine des patients qui avaient été embauchés dès la sortie de l’établissement.

Grâce aux progrès des soins psychiatriques, l’État central a commencé son déclin dans les années 1970. Jimmy Carter, alors gouverneur de la Géorgie, a mené le combat en transférant de nombreux patients du Central vers de nouveaux hôpitaux et des cliniques communautaires plus adaptées. L’institution a officiellement fermé ses portes en 2010, bien que quelques bâtiments administratifs soient restés opérationnels. Cependant, la majorité de l’État central jadis majestueux réside désormais dans l’abandon.

Milledgeville était une ville animée à son apogée. La puissante rivière Oconee a apporté un flux constant de trafic maritime; pendant la guerre civile, la ville a été la capitale de la Géorgie. Aujourd’hui, c’est un village endormi avec de charmantes boutiques qui attire les visiteurs à la ferme Anadalusia, la maison préservée de l’écrivain Flannery O’Connor. O’Connor est enterré au cimetière Memory Hill de Milledgeville, à deux pas de Central State.

Asile américain: les ruines abandonnées de l'hôpital d'État de Géorgie
[Crédit d’image: David Scaglione / Flickr ]

En fait, Flannery était la raison pour laquelle j’ai visité Milledgeville avec ma famille il y a plusieurs années. Alors que nous nous retirions de Memory Hill, essayant de retrouver la route menant à l’autoroute, nous passâmes une grande allée, entourée de grands et beaux bâtiments. J’ai demandé ce que c’était. Ma mère, née et élevée en Géorgie, a répondu: «Oh, c’est l’État central.»

Nous étions à quelques kilomètres du centre-ville. Pourtant, l’énergie joyeuse de Main Street Milledgeville semblait un monde loin du silence inquiétant de l’État central. La plupart des bâtiments ont été fermés. Si j’avais été seul, j’aurais pu me glisser à l’intérieur. Au lieu de cela, nous avons simplement regardé, entouré par les ruines.

Asile américain: les ruines abandonnées de l'hôpital d'État de Géorgie
[Crédit d’image: David Scaglione / Flickr ]
Asile américain: les ruines abandonnées de l'hôpital d'État de Géorgie
[Crédit d’image: David Scaglione / Flickr ]
Asile américain: les ruines abandonnées de l'hôpital d'État de Géorgie
[Crédit d’image: David Scaglione / Flickr ]
Asile américain: les ruines abandonnées de l'hôpital d'État de Géorgie
[Crédit d’image: David Scaglione / Flickr ]
Asile américain: les ruines abandonnées de l'hôpital d'État de Géorgie
[Crédit d’image: David Scaglione / Flickr ]
Asile américain: les ruines abandonnées de l'hôpital d'État de Géorgie
[Crédit d’image: David Scaglione / Flickr ]
Asile américain: les ruines abandonnées de l'hôpital d'État de Géorgie
[Crédit d’image: David Scaglione / Flickr ]
Asile américain: les ruines abandonnées de l'hôpital d'État de Géorgie
[Crédit d’image: David Scaglione / Flickr ]

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Via  Atlanta Magazine ; Atlanta Journal-Constitution ; Le Voyant Morbide ; OnlyInYourState.com ; La route au clair de lune

Cet article a été publié pour la première fois sur The Lineup .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *