Les Scientifiques Recherchent Le Refuge Temporaire De L’âme

Quelle est l’origine de l’âme? Comment l’âme est-elle liée à Dieu? Qu’arrive-t-il à l’âme après la mort? D’anciens érudits ont tenté de répondre à ces questions dans le «Livre des morts» tibétain, paru au VIIIe siècle.

Les chercheurs pensent que l’auteur, le légendaire gourou bouddhiste Padmasambkhave, a basé son travail sur des sources plus anciennes. Le livre enseigne aux lecteurs comment mourir correctement et prépare leur âme à la réincarnation.

Le «Livre des morts» dit que l’âme est omnisciente après la mort, mais incapable de transmettre des pensées ou des sentiments. Au cours de son voyage dans l’au-delà, l’âme voit ses proches et ses connaissances tels qu’ils existaient dans la vie. L’âme observe le corps déshabillé et préparé pour l’enterrement. Plus tard, l’âme accueille sans crainte et avec joie les esprits de l’au-delà. L’âme se regarde dans un miroir, voit les choix qu’elle a faits dans la vie et comprend le but de son dernier passage sur Terre. Après jugement, l’âme attend 49 jours avant de renaître.

«L’intérêt scientifique pour le« Livre des morts »a décuplé au cours du siècle dernier», a déclaré Igor Garin, professeur de physique, directeur de l’Institut de physique et de technologie de Kharkov, lauréat du prix d’État. «Surtout lorsque des recherches détaillées sur les conditions après la mort ont été publiées par le docteur Raymond Moody, auteur du best-seller« Life After Life ». Ses recherches étaient presque identiques aux descriptions décrites dans le chef-d’œuvre tibétain. On ne sait pas où Padmasambkhave a appris ce qui n’est connu que des médecins d’aujourd’hui. »

Garin croit que l’âme est située dans le sous-cortex où sont stockés les souvenirs de nos vies passées. Il dit que ces souvenirs sont accessibles par la psychanalyse ou l’hypnose.

L’organe le plus vital

Depuis des temps immémoriaux, les humains ont recherché la racine de leur âme. Son emplacement est traditionnellement associé aux processus biologiques considérés comme les plus vitaux pour un peuple donné à un moment donné de l’histoire. De nombreux peuples croyaient que la poitrine, l’estomac et la tête abritaient l’âme – les organes engagés dans le processus respiratoire. De même, les Juifs croyaient que le sang était le foyer de l’âme. Les Témoins de Jéhovah sont de cette croyance aujourd’hui. Ils refusent les transferts de sang, craignant que l’âme du donneur ne soit partiellement transférée au patient. Les Esquimaux croyaient que l’âme se trouvait dans les vertèbres cervicales, car ils savaient que les coups portés à la région étaient mortels. Enfin, les Babyloniens considéraient les oreilles comme l’organe le plus vital et croyaient que l’âme était là.

Aujourd’hui, les gens ont toujours des esprits différents quand il s’agit du havre terrestre de l’âme. Des psychologues allemands de l’Université de Luebeck ont ​​mené une expérience pour voir où les enfants âgés de 7 à 17 ans pensaient que leur âme se trouvait. Les enfants les plus âgés disaient que l’âme était partout et pointaient de la tête au genou. La parenthèse centrale a indiqué que l’âme était dans la tête, et a encerclé leur tête avec leurs mains. Les plus jeunes enfants ont placé leurs doigts à gauche de leur cœur. C’était la réponse la plus populaire.

Le cœur est la tête

L’âme pourrait-elle réellement être dans le cœur? Ces dernières années, les scientifiques ont découvert des preuves choquantes à l’appui de cette affirmation.

Paul Pearsall, psychiatre au Mount Sinai Hospital à Detroit, Michigan, a parlé à 140 patients qui ont subi une transplantation cardiaque. Ses recherches ont été publiées dans le livre sensationnel «Heart’s Code».

Pearsall croit que l’âme est située dans le cœur – et non dans la tête. Le livre affirme que les personnalités, les sentiments, les peurs, les rêves et les idées sont encodés dans les cellules du cœur. Pearsall dit que cette «mémoire cellulaire» est l’âme humaine et peut être partiellement transférée à un patient lors d’une transplantation cardiaque.

Pearsall raconte des histoires réelles de patients qui ont fondamentalement changé après avoir reçu un nouveau cœur. Il parle d’un homme de 41 ans qui est soudainement devenu colérique, agile et enthousiaste après avoir reçu le cœur d’une jeune fille de 19 ans. Toute sa vie, dit Pearsall, l’homme avait été lent et réfléchi. Le livre parle également d’une femme mariée de 35 ans qui a reçu le cœur d’une étudiante de 24 ans. Après l’opération, elle est devenue passionnée et a commencé à tromper son mari, même si elle avait été froide et distante. Plus tard, elle a appris que la donneuse avait gagné de l’argent pour ses études en vendant son corps.

Aussi convaincant que cela puisse paraître, d’autres organes transplantés ont également eu un effet sur leurs receveurs. Après avoir reçu un rein d’un homme de 60 ans, une femme de 37 ans est passée de soignante à difficile et grossière. Son goût pour la littérature a radicalement changé, passant de romans d’amour à Dostoïevski, une déchirante âme.

Même les horloges s’arrêtent

« Beaucoup de gens veulent identifier l’origine de l’âme », a déclaré Garin. «Ou du moins prouver que l’âme existe. Aujourd’hui, des scientifiques sérieux étudient ce sujet, comme le professeur Charles Tart de l’Université de Californie à Davis. Le célèbre physicien Robert Monroe a également fondé un institut à Fairway, en Virginie. Ils soutiennent une idée qui est difficile à comprendre – cette partie de la conscience vit après la mort physique du cerveau. Ils veulent savoir si l’âme existe au sens matériel. Leurs recherches comprennent la rencontre de personnes qui croient avoir rencontré l’âme d’un parent décédé quelques jours après sa mort. »

Le docteur Melvin Morris, un chercheur renommé des expériences après la mort, a découvert qu’un quart de ceux qui ont vécu ce phénomène ont déclaré que leurs montres-bracelets s’arrêtaient lorsqu’ils rencontraient leur proche décédé. Morris dit que cela signifie que l’âme est accompagnée d’un champ d’énergie suffisamment puissant pour affecter les objets matériels.

Peu importe si une vie après la mort existe vraiment, c’est la foi qui compte le plus.

« Il est beaucoup plus facile de vivre en sachant qu’il est possible de revenir ou de rejoindre Dieu », a déclaré Garin.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Par Svetlana Kuzina, source: kazan.kp.ru

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *