Peine capitale: 9 histoires de fantômes obsédants dans le couloir de la mort

Contraints de faire face à leurs exécutions en attente, les condamnés à mort sont soumis à une perspective tout aussi effrayante: être hanté par l’esprit des criminels décédés avant eux.

Death Row n’est pas un endroit où quiconque souhaite se retrouver. Néanmoins, plus de trois mille hommes et femmes vivent actuellement dans le couloir de la mort et beaucoup ne savent pas quand ils seront exécutés. On pourrait penser qu’attendre la mort serait une punition suffisante, mais certains détenus ont plus peur de leurs cellules que l’idée d’une injection létale. Pourquoi? Parce que ces détenus ont affirmé qu’ils étaient hantés par les fantômes du passé des prisonniers. Et ils sont carrément terrifiés par ces esprits.

Il y a ceux qui croient que ces anciens détenus étaient trop méchants pour continuer, tandis que certains ont des comptes à régler et d’autres errent simplement dans les blocs de cellules à la recherche d’un moyen de s’échapper. Voici neuf histoires fantômes effrayantes de criminels notoires et les prisons qu’ils hantent à ce jour.

1. Raymond Snowden

Peine capitale: 9 histoires de fantômes obsédants dans le couloir de la mort
[Image via The Dead History ]

Le 23 septembre 1956, Raymond Snowden a rencontré Cora Dean. Fraîchement veuve, Cora passait une nuit seule en ville, jouant et buvant son chagrin. Les sources ne savent pas comment les deux se sont rencontrés et qui a fait le premier pas, mais c’est finalement Raymond qui a attaqué. Il a tranché la gorge de Cora et l’a poignardée entre 29 et 35 fois. Ce qui l’a finalement envoyé dans le couloir de la mort, c’est le fait que Raymond a délibérément plongé le couteau dans la nuque de Cora et a creusé jusqu’à ce que sa moelle épinière soit sectionnée.

Raymond a été exécuté le 18 octobre 1957, par pendaison. Cependant, la corde ne lui a pas cassé le cou au départ et il a fallu plus de vingt minutes pour que le meurtrier périsse. Maintenant, son fantôme continue de hanter l’ancien pénitencier de l’Idaho. De nombreuses équipes d’enquête paranormales ont exploré la région et ont enregistré une voix désincarnée riant et hurlant. Quelques enquêteurs ont même prétendu avoir vu l’apparition de Raymond, errant sur le terrain. Aujourd’hui, la prison a été transformée en musée, mais la cellule de Raymond reste sombre en permanence, à l’exception de son mauvais esprit.

2. Frederick Hollman

Peine capitale: 9 histoires de fantômes obsédants dans le couloir de la mort
[Image via Frederick Hollman ] Prise le 13 mai 1897, un jour avant l’exécution de Hollman. Sur la photo de gauche à droite: le shérif Benjamin Franklin Mason, Ira Gilmore et Frederick Hollman.

Frederick Hollman était un Allemand qui a immigré aux États-Unis en 1883. Il a vécu dans l’Illinois pendant plusieurs années, jusqu’à ce qu’il commence une série de meurtres en 1896. Frederick a été arrêté et reconnu coupable du meurtre de Wiebke Geddes, mais beaucoup pensaient qu’il en avait tué autant que dix-sept femmes, couvrant deux États. Il a été condamné à mort et emmené à la prison du comté de Ford à Paxton, Illinois. Malgré sa condamnation, Frédéric a refusé d’avouer toute l’ampleur de ses crimes. Lors des entretiens, l’homme violent a juré qu’il reviendrait et hanterait ceux qui l’avaient aidé à le mettre derrière les barreaux. «Je les hanterai dans leurs tombes», a-t-il dit. «Je vais violer sur leurs fenêtres la nuit, et ils verront mon visage à leurs fenêtres.»

Fidèle à sa parole, Frederick a commencé à hanter la prison peu de temps après son exécution en mai 1897. Des personnages ténébreux ont été vus dans et autour de sa cellule. Les visiteurs ont également affirmé avoir entendu des voix désincarnées à proximité de la zone. Une équipe d’enquête paranormale prétend même avoir réussi à capturer Frederick sur pellicule, en regardant dans sa cellule de prison depuis la fenêtre.

3. Ted Bundy

Peine capitale: 9 histoires de fantômes obsédants dans le couloir de la mort
[Image via Wikipedia ]

Ted Bundy est l’un des tueurs en série les plus célèbres d’Amérique. Officiellement accusé du meurtre de trente-six femmes, de nombreuses personnes sont convaincues que Ted a traqué, violé et tué près d’une centaine de victimes. Après avoir découvert que Ted avait eu des relations sexuelles après que certaines de ses victimes étaient déjà décédées, de nombreuses personnes ont été excitées. Il n’est pas surprenant qu’il ait été condamné à mort à la prison d’État de Floride. Le 24 janvier 1989, était la journée officielle d’exécution de Ted. Là, il a fait la connaissance du «vieux pétillant», le fauteuil électrique de la prison.

La mort n’a cependant pas semblé empêcher Ted de tourmenter les gens. Un grand nombre de gardes se sont manifestés en 2001 pour signaler qu’ils avaient eu affaire au fantôme de Ted depuis son exécution. L’apparition de Ted avait été vue plusieurs fois par plusieurs gardes, assis, frais comme vous le souhaitez, sur la chaise électrique avec un sourire lugubre sur le visage.

D’autres gardes ont également rapporté l’avoir entendu et vu dans son ancienne cellule. Un garde jure qu’il a entendu Ted lui murmurer: « Eh bien, je vous ai tous battus, n’est-ce pas? » En effet, la figure fantomatique de Ted a été vue tellement de fois que maintenant les agents de sécurité et les autres membres du personnel pénitentiaire refusent d’entrer seuls dans la salle d’exécution.

4. Lavinia Fisher

Peine capitale: 9 histoires de fantômes obsédants dans le couloir de la mort
[Image via Alchetron ]

Lavinia Fisher est connue comme la première femme tueuse en série aux États-Unis. Elle et son mari, John, possédaient et exploitaient une modeste petite auberge en Caroline du Sud dans les années 1800. Bien aimés et respectés par leurs voisins, personne ne soupçonnait que Lavinia et John étaient des meurtriers méthodiques. Lavinia commençait par mélanger du poison dans le thé et le servait à leurs invités. Une fois inconsciente, elle jetait alors les corps à travers une trappe où John attendait, prêt à démembrer les corps.

Le couple a été arrêté en 1820, après qu’une de leurs victimes potentielles ait réussi à échapper à leurs griffes. Ils ont été placés dans une cellule de la prison de Old Charleston avant d’être exécutés. Après l’exécution de John, Lavinia a été envoyée à la potence devant les habitants. Elle a regardé les personnes rassemblées avec défi et a dit: «Si vous avez un message que vous voulez envoyer en enfer, donnez-le moi – je le porterai.» Elle a ensuite sauté de la plate-forme et s’est pendue sans aide.

Depuis ce jour, la prison de Charleston est pleine d’activités paranormales. De nombreux habitants de Charleston ont affirmé voir son visage apparaître par la fenêtre de son ancienne cellule. Son fantôme semblait redevenir actif en 1886, à la suite d’un tremblement de terre. Les geôliers ont rapporté avoir vu son apparition régulièrement. Une équipe d’enquête paranormale a visité l’ancienne prison et a demandé à l’esprit de Lavinia à qui elle allait transmettre un message. La réponse de Lavinia? « Le diable. »

5. John Ellis

Peine capitale: 9 histoires de fantômes obsédants dans le couloir de la mort
[Image via Together Trust ] Les portes de la prison de Strangeways.

La prison de Strangeways, maintenant connue sous le nom de HM Prison Manchester, a été ouverte pour la première fois en 1868. Avec une chambre d’exécution, une centaine de criminels ont été exécutés à Strangeways avant que la Grande-Bretagne n’abolisse la peine capitale en 1965. Beaucoup de gens affirment que la prison est hantée par de nombreux esprits, mais le plus actif n’est pas un ancien criminel.

John Ellis a été employé de la prison pendant vingt-trois ans. Il y a traité des dizaines d’exécutions avant de se suicider en 1932. D’anciens gardiens de prison ont déclaré avoir vu le fantôme d’Ellis errer dans les couloirs vêtu d’un costume sombre. Beaucoup de gens théorisent que John Ellis est revenu à la prison sous forme spirituelle afin de garder les autres fantômes plus volatils en ligne. Son esprit continue la ligne de travail à laquelle l’homme était si attaché de son vivant.

6. Susan Newell

Peine capitale: 9 histoires de fantômes obsédants dans le couloir de la mort
[Image via Herald Scotland ]

La prison de Duke Street est l’endroit où les criminels les plus notoires d’Écosse se sont retrouvés. Construit en 1798, d’innombrables prisonniers y ont été exécutés jusqu’à sa fermeture en 1955, en raison de problèmes structurels et de conditions déplorables. La structure a finalement été démolie, sauf pour un mur extérieur qui reste à ce jour. Malgré le fait que la prison n’existe plus, les environs continuent d’être hantés par les détenus du passé. Une femme, nommée Susan Newell, semble particulièrement active. En 1923, Susan a été accusée d’étrangler le jeune garçon qui a livré son journal du matin chaque matin. Elle a été arrêtée alors qu’elle tentait de se débarrasser de son corps et a été suspendue pour le crime. Susan a été la dernière femme à être exécutée dans toute l’Écosse.

Maintenant, son esprit agité continue de hanter le pays où se trouvait la prison. Son apparition a été vue à plusieurs reprises par des passants, effrayant presque chacun à mort.

7. Le «bourreau» de la prison de San Quentin

Peine capitale: 9 histoires de fantômes obsédants dans le couloir de la mort
[Image via Chronicle ] San Quentin, la plus ancienne prison de Californie, a ouvert ses portes en 1852.

Amos Lunt a travaillé comme bourreau à la prison de San Quentin à la fin des années 1800. L’homme a supervisé de nombreuses pendaisons alors qu’il y était employé, mais a commencé à craquer sous d’immenses sentiments de culpabilité pour ses fonctions. Amos a commencé à dire à ses collègues que 21 fantômes le suivaient partout où il allait. Ces fantômes étaient couverts de sang et tentaient continuellement de lui passer un nœud coulant autour du cou. Soucieux de sa santé mentale, Amon est relevé de ses fonctions en octobre 1899. Amos dit à son remplaçant, Frank Arobogast, que les esprits des morts s’attardent souvent sous son lit. Amos a cessé de dormir parce qu’il était tellement convaincu que les esprits le tueraient au moment où sa tête toucherait l’oreiller.

8. Al Capone

Peine capitale: 9 histoires de fantômes obsédants dans le couloir de la mort
[Image via l’ historique ]

Al Capone est devenu un criminel notoire dans les années 1920. S’enrichissant de la Prohibition, il était assez intelligent pour enrôler et payer plusieurs policiers locaux pour se garder de prison. Cependant, Al n’a pas déclaré ses revenus au gouvernement au moment des impôts, et il a finalement été jeté à Alcatraz.

Le célèbre gangster avait créé une liste de blanchisserie d’ennemis pendant son règne. Pour cette raison, Al craignait les déplacements quotidiens des détenus dans la cour à des fins récréatives. Au lieu de cela, il s’est arrangé pour passer son temps libre dans les douches abandonnées lorsque les autres prisonniers sont sortis. Al a ramassé le banjo et est devenu si compétent qu’il a finalement rejoint le groupe de la prison.

Aujourd’hui, Alcatraz est une destination touristique populaire, non seulement à cause des célèbres criminels qu’elle détenait autrefois, mais aussi pour les hantises. De nombreux visiteurs ont affirmé avoir entendu le banjo fantôme d’Al Capone provenant de la salle de douche. La plumaison désincarnée peut même parfois être entendue depuis les murs extérieurs de la prison.

9. Les fantômes du pénitencier de l’État de l’Est

Peine capitale: 9 histoires de fantômes obsédants dans le couloir de la mort
[Image via Radiolab ] La façade du pénitencier de l’État de l’Est dans les années 1920.

De nombreuses histoires de fantômes persistent dans le pénitencier de l’État de l’Est. Construite en 1829 par un groupe de Quakers, la prison a été spécialement conçue pour que ses habitants vivent à l’isolement. La prison avait un couloir de la mort, mieux connu sous le nom de Cell Block 15. Bien qu’aucune exécution officielle n’ait eu lieu sur le terrain, de nombreuses personnes y ont trouvé la mort. Certains ont été poussés à la folie en raison de leur isolement. D’autres ont été torturés et finalement tués par des gardes. Tout prisonnier qui mettait en colère un garde était soumis à la langue attachée à ses mains ou à une chaise si étroitement que ses membres devaient être amputés.

Il n’est pas surprenant que le pénitencier de l’État de l’Est soit considéré comme l’un des endroits les plus hantés des États-Unis. Chaque année, des hordes d’enquêteurs paranormaux affluent vers la prison de Pennsylvanie et capturent de nombreuses voix, cris et cris sur des appareils électroniques. Les apparitions sombres et les pas désincarnés sont également fréquents, en particulier autour du tristement célèbre Cell Block 15.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : OCCULTMUSEUM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *