/script>

Possession démoniaque et ancienne pratique de l’exorcisme

L’année dernière, l’Église catholique romaine a annoncé qu’elle formait une nouvelle armée d’exorcistes pour répondre à la demande croissante d’experts pour débarrasser les gens des mauvais esprits. L’Église affirme que «l’augmentation sans précédent» des demandes d’exorcisme provient d’un plus grand nombre de personnes qui se sont lancées dans les «arts sombres» à l’aide d’informations trouvées sur Internet.

« Les possessions diaboliques sont en augmentation en raison des personnes qui souscrivent à l’occultisme », a déclaré le père Francesco Bamonte, président de l’Association internationale des exorcistes basée en Italie. «Les quelques exorcistes que nous avons dans les diocèses ne sont souvent pas en mesure de traiter le nombre énorme de demandes d’aide», a-t-il déclaré à La Repubblica.

La possession «démoniaque» se manifesterait chez les personnes babillant dans des langues qui leur sont étrangères, secouant de manière incontrôlable et vomissant des ongles, des morceaux de métal et des éclats de verre, selon ceux qui croient au phénomène. Ils doivent subir le rite catholique officiel d’exorcisme, qui implique un prêtre consacré invoquant le nom de Dieu, ainsi que divers saints et l’archange Michel, pour chasser leurs démons.

Cependant, l’Église catholique n’est pas la seule organisation religieuse à mener des rites pour débarrasser une personne de possession démoniaque. Presque toutes les traditions religieuses et culturelles du monde entier ont épousé l’idée de possession spirituelle et la nécessité d’une forme d’exorcisme, et cette coutume remonte à des milliers d’années.

Peinture sur panneau par un artiste inconnu (1512), sur un autel dans le sanctuaire de Zell au duché de Styrie. Source d’image .

Dans l’ancienne Mésopotamie, on croyait que toutes les formes de maladie provenaient d’esprits puissants pénétrant dans le corps d’une personne et s’attachant à une personne. Les tablettes assyriennes font référence à l’utilisation d’incantations et de prières aux dieux, ainsi qu’à des défis directs aux démons, qui étaient censés infliger tous les types de maladies, physiques et psychologiques. Les anciens prêtres babyloniens ont accompli des rituels en détruisant une image d’argile ou de cire d’un démon. 

Dans la religion hindoue, les anciens textes connus sous le nom de Vedas, qui ont été composés vers 1000 avant JC, se réfèrent à des êtres pervers qui interfèrent dans le travail des dieux hindous et nuisent aux vivants.

Des récits de la Perse ancienne, datant d’environ 600 avant JC, offrent des preuves d’exorcisme utilisant la prière, le rituel et l’eau bénite par le chef religieux Zoroastre, qui était considéré comme le premier magicien, et qui a fondé la religion zoroastrisme.

Dans le christianisme, il existe de nombreuses références à Jésus effectuant des exorcismes, et la capacité de jeter nos mauvais esprits était le signe d’un vrai disciple. Dans une histoire bien connue, Jésus a rencontré un fou et a ordonné que les mauvais esprits le quittent; les esprits sont alors entrés dans un troupeau de porcs, qui a couru sur une falaise et s’est noyé dans les eaux en contrebas.

Le Moyen Âge (500-1500 après JC) a vu un renouveau de la superstition ancienne et la démonologie et la maladie mentale étaient considérées comme le résultat d’une mauvaise possession. Le traitement barbare des maladies mentales était principalement laissé au clergé qui exorcisait les patients par diverses techniques qui causaient des douleurs physiques, comme la flagellation. 

La maladie mentale était considérée comme le résultat d’une possession démoniaque et les patients ont subi des traitements brutaux au Moyen Âge. 

Au fil des siècles, les rites d’exorcisme ont inclus l’utilisation de prières, de commandes, de fumigations, d’eau bénite, d’hellébore, de rue, de sel et de roses. Cependant, les exorcismes ont également attiré leur juste part de scepticisme. De nombreux scientifiques pensent que la soi-disant possession démoniaque est simplement une forme de maladie mentale, comme l’hystérie, la manie, la psychose, le syndrome de Tourette, la schizophrénie ou les troubles de la personnalité. Les sceptiques affirment que l’illusion que l’exorcisme fonctionne sur les personnes présentant des symptômes de possession est attribuée au pouvoir de la suggestion, ou à l’effet placebo, qui a également été utilisé pour expliquer des phénomènes tels que la guérison par la foi.

Les croyances en la possession spirituelle sont restées pratiquement inchangées depuis le début de la civilisation et existent encore à ce jour. Mais que la possession par des forces démoniaques soit réelle ou simplement le résultat d’un déséquilibre médical ou psychologique est toujours vivement débattue.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANCIENTORIGINS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *